La première rencontre imaginaire avec la directrice de mémoire

C’est une journée ensoleillé d’octobre 2016. Nous sommes devant le bureau des professeurs. L’étudiante attend un rendez-vous avec un professeur. Elle suit le séminaire de ce dernier depuis un mois. Il s’agit de la première rencontre concernant le contenu du mémoire.

P : professeur     E : Etudiante

Le professeur arrive.

E : Bonjour Madame Samoyault, comment allez-vous?

P : Très bien. Merci, et vous, vous allez bien?

E : Oui, ça va bien aussi, merci.

P : Entrez et installez-vous.

E : Merci.

P : Alors, racontez-moi, vous voudriez travaillez sur quels sujets ?

E: Je m’intéresse aux questions suivantes : le contact des langues, le plurilinguisme et l’acquisition.

P : Oui, ça a l’air intéressant. Vous pouvez précisez le contexte peut-être ?

E : Avec plaisir. Le contexte est un établissement supérieur en Chine. Je voudrais travailler sur la question du contact des langues au cours de l’acquisition du français langue étrangère chez les jeunes apprenants chinois, notamment les phénomènes de l’alternance codique et l’emprunt. L’influence de L2 sur L3 et aussi l’influence de L3 sur L2 et L1.

P : Très bien. D’où vient votre idée ?

E : Oui, les études concernant le contact des langues sont concentrées sur l’influence entre langue maternelle et langue étrangère. Rarement est pris en compte l’influence inter-linguistique entre les deux langues étrangères ou l’influence de la langue étrangère sur la langue maternelle. Basée sur mon observation et mes expériences, l’influence de L2, l’anglais dans notre cas, sur L3, le français, est considérable.

P : Très bien. C’est un très bon début. Avez-vous une hypothèse ou avez-vous pensé à la problématique ?

E : Oui, dans quelle mesure le niveau en l’anglais influence-t-il sur l’acquisition du français ? Le niveau élevé de l’anglais favorise-t-il ou empêche-t-il le processus d’apprentissage ? Pour la méthodologie, je pense comparer deux groupes d’apprenants de compétence différente en anglais, un groupe « fort » et un groupe « faible », pour voir si et dans quelle mesure la compétence élevée en anglais influence positivement sur l’acquisition du français.

P : C’est pas mal. Continuez. Vous voulez travailler sur l’oral ou l’écrit ?

E : En réalité, j’ai un doute, travailler sur l’oral ou l’écrit.

P : Oui… pourquoi ?

E : Comme les apprenants chinois sont, en général, faibles en oral, j’aimerais travailler cet aspect.

P : Oui, vous avez raison c’est plus intéressant. Vous pouvez prendre votre temps à réfléchir aussi. Pour l’oral vous pouvez demander à des étudiants sur votre terrain voir une vidéo et raconter l’histoire. Pour l’écrit, vous pouvez élaborer des exercices aussi. C’est à vous à décider.

E : Oui merci, les données à collectionner sur le terrain seront l’interlangue des apprenants, qu’importe que je travaille sur l’oral ou sur l’écrit. Je pense à faire des entretiens ou des questionnaires pour collectionner les données et distinguer le niveau de langue plus clairement. Le niveau varié est un élément important dans notre recherche. J’ai vu quelques études dans lesquelles les élèves auto-évaluent leur compétence. Il est possible qu’ils ne soient pas assez objectif.

P : Oui, il faut équilibrer le travail et penser au temps aussi. Pour votre recherche, il s’agit de quels domaines principalement ?

E : Je pense à la sociolinguistique et la psycholinguistique, et peut-être aussi l’anthropologie culturelle et la sociologie.

P : Attention, il vaut mieux se limiter à deux ou trois domaines mais pas trop. Sinon, ce sera trop compliqué pour vous.

E : Merci pour le conseil. Je vais y réfléchir de nouveau et bien préciser.

P : Très bien, prenez votre temps. Nous en discuterons la prochaine fois, d’accord ?

E : D’accord.

P : Vous êtes en option recherche ou en option stage ? Vous allez faire un stage ?

E : Je suis en option recherche mais j’aimerais faire un stage aussi. En ce cas, je pourrai bien observer sur le terrain, collectionner les données et pratiquer l’enseignement en même temps.

P : Courageuse. Attention à maitriser le temps aussi. Sinon, le projet en deux ans est aussi un bon choix, si vous voulez.

E : Merci pour votre conseil.

P : Bon alors, je vous laisse à travailler et nous reprendrons un autre rendez-vous dans deux semaines.

E : Oui, bien entendu. Merci bien, Madame.

P : Je vous en prie. A la prochaine.

E : Merci. Bonne journée.

 

 


Jiaxing ZHOU

2016-2017 Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3
Spécialité: Didactique du français langue étrangère
M2

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *