Théories sur la motivation et mes réflexions

Il y a plus d’un siècle, un grand nombre de théories différentes sur la motivation ont été proposées par les psychologues. Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse, pense que les être humains naissent avec certaines pulsions biologiques ou instincts qui les motivent à se comporter de certaines manières. Dans cette perspective, on considère que, dans son métier, l’enseignant a aussi la mission d’« aider les élèves à contrôler et diriger ces pulsions ». Les behavioristes comme Skinner (1988) déclarent l’idée que les individus sont comme une « page vierge » ; les expériences de la vie et les facteurs extérieurs s’y inscrivent petit à petit, conditionnant ainsi les comportements suivants. On peut utiliser des méthodes extérieures pour contrôler la motivation et l’apprentissage des élèves, comme des récompenses externes ou des bonnes notes. Abraham Maslow et Carl Rogers, les psychologues humanistes trouvent que les individus naissent avec une tendance naturelle à progresser et se remettre en cause constamment. L’apprentissage, le développement naturel, le contact avec d’autres individus significatifs et la confrontation à des événements non moins significatifs, facilitent expressément ce processus (Barbara L. McCombs et James E. Pope, 2000).

Ce sont des théories initiales sur la motivation, nous pouvons y percevoir des concepts généraux de pratique mais peu précis. Nous posons donc les questions suivantes : Qu’est-ce que la pulsion d’instincts ? Comment peut-on la contrôler ? Quelles pratiques de l’enseignant peuvent diriger les apprenants vers un résultat positif ? Et quel type de contact avec les autres peut faciliter le processus de développement d’un apprenant ?

Au cours des trente dernières années, ces théories primitives se sont affinées à travers des perceptives cognitivistes, sociocognitives ou socio-behavioristes. La perspective cognitiviste se centre sur des facteurs intrinsèques. Elle souligne que l’apprentissage est un processus mental et que la perception de l’individu joue un rôle capital dans l’apprentissage et la mémorisation. En un mot, l’esprit structure le vécu. Donc, nous pouvons dire que « la motivation repose sur les convictions que l’individu acquiert de sa propre valeur, de ses capacités ou de ses compétences (ex : image qu’il se forge de lui en tant qu’élève) ; des objectifs et des chances de réussite ou d’échec qu’il anticipe ; des sentiments positifs ou négatifs (ex : curiosité, anxiété) qui résultent des processus d’auto-évaluation auxquels il se livre » (Barbara L. McCombs et James E. Pope, 2000 :25)

Un autre ensemble de théories s’inscrit dans la perspective sociocognitive ou socio-behavioriste qui insiste sur les facteurs externes dans la motivation d’apprendre, comme « le soutien social et psychologique des proches », « les récompenses externes et les incitants liés à l’environnement ». Par rapport à l’importance des facteurs de motivation internes et externes, il existe toujours des divergences d’opinion. Mais, ces désaccords n’empêchent pas une apparition de consensus et une intégration des deux théories contradictoires dans des travaux importants pour définir la nature de la motivation et trouver des moyens de la développer et de la soutenir.

Les travaux de Clifford (1984), Deci (1985), notamment, démontrent non seulement que les individus sont intrinsèquement motivés quand ils ont des objectifs d’apprentissage personnels, mais aussi, qu’ils sont motivés naturellement par des conditions externes : quand ils n’ont pas peur de l’échec, quand ce qu’ils apprennent a un sens et une résonance personnelle pour eux, quand ils se situent dans une relation bienveillante avec leurs professeurs et quand ils se sentent soutenus et respectés.

En outre, les travaux de Connell (1991), Ryan (1991) et quelques autres, affirment qu’il est important d’encourager l’autonomie et l’autodétermination des élèves. Ainsi, l’apprenant sera intrinsèquement motivé quand l’enseignant lui donnera des occasions de faire ses propres choix en toute liberté.

Les théories récentes sur la motivation mettent l’accent sur les relations qui existent entre les convictions, les sentiments et les motivations. Le psychologue Suarez soutient que « c’est la fonction de la pensée davantage que son contenu qui fournit un niveau de gestion primaire (convictions, valeurs, attentes et objectifs) », nous pensons que dans un niveau supérieur de compréhension, les élèves doivent pouvoir découvrir qu’ils ont un contrôle personnel (contrôle actif) sur le contenu et le fonctionnement de leur pensée, au travers de cette conscience, ils peuvent se motiver eux-mêmes.

Par ailleurs, d’après Deci et Ryan, « le contrôle actif est une tendance inhérente du moi à générer du comportement, à se rattacher à des événements, à les intégrer et à acquérir un sentiment de contrôle et de compétence personnel ; la perception de soi comme agent donne alors naissance à des actes et est à la source de toute autodétermination. » Donc, nous pouvons dire que la motivation est naturelle et inhérente. Comment la stimuler doit être un objectif de réflexion.

Les recherches précédentes nous amènent à chercher des méthodes efficaces pour motiver les apprenants. Mais quels sont les principes de ces méthodes? L’enseignant doit bien savoir que l’objectif d’enseignement est de laisser comprendre les apprenants puisque leur pensée peut influencer leur émotion, leur motivation et leur comportement. Nous savons bien que, pour que les facteurs extrinsèques fonctionnent, il faut que l’apprenant doive tout d’abord motiver intrinsèquement. Autrement dit, les facteurs externes n’fonctionnent que à travers les facteurs internes. Donc, pour que les élèves puissent faire appel à leur motivation naturelle d’apprendre, il leur faut comprendre le mécanisme de leur pensée. L’enseignant doit réfléchir à des méthodes externes : l’environnement d’apprentissage doit être pris en compte : un climat scolaire de bienveillance, des interactions avec les enseignants et les camarades, des relations positives avec l’entourage. Il doit aussi inclure des pratiques pédagogiques pertinentes (ex : le contenu du cours, la tâche proposée, ou autre approche qui favorise la réflexion).

 

Bibliographie :

Barbara L. McCombs et James E. Pope (2000), motiver ses élèves- donner le goût d’apprendre, Belgique, De Boeck Université.

Deci E. L. et Ryan R. M. (1985), Intrinsic motivation and self-determination in human behavior, New York, Plenum Press.

Connell J. P. et Wellborn J. G. (1991). « Competence, autonomy, and relatedness: A motivational analysis of self-system processes », Self processes in development: Minnesota symposium on child psychology, England, In M. R. Gunnar & L. A. Sroufe, N°23, p. 43–77.

Skinner B. F. (1988), L’analyse expérimentale du comportement : un essai théorique, Bruxelles, P. Mardaga (Psychologie et sciences humaines Psychologie et sciences humaines).

 

 


Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l’Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Une réflexion sur « Théories sur la motivation et mes réflexions »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *