La créativité en classe de FLE

Être créatif en tant qu’enseignant de français est avoir l’habileté de créer un cours motivant à partir des éléments disponibles dans le contexte éducatif. Il s’agit de faire le meilleur pour exploiter le plus que possible les ressources disponibles qu’on a en classe, de créer des activités inattendues et de savoir s’en sortir si elles ne donnent pas les résultats prévus, de promouvoir la créativité chez l’apprenant en donnant l’exemple, de montrer une pensée ouverte et un esprit jeune, de ne pas s’interdire de proposer une activité en classe juste parce qu’on pense d’avance qu’elle pourrait être perçue comme non productive.

En effet, il s’agit d’une qualité chez nous en tant qu’apprenants et de l’attitude qu’on a face un groupe de classe de vingt ou trente personnes ; des explications qu’on donne à des questions comme « à quoi ça sert de jouer en classe ? », des solutions qu’on trouve quand on a oublié d’apporter les fiches de l’activité ou bien quand on n’a pas disponible la radio ou l’ordinateur. Il s’agit aussi des changements de directions qu’on donne aux activités quand on remarque qu’elles pourraient nous causer des ennuis majeures. Je pense qu’être créatif ce n’est pas seulement connaître la théorie, c’est de la vivre dans la pratique, dans la contrainte, dans la réussite de nos activités, dans le rire produit, dans l’ambiance de classe qu’on développe, dans les bons résultats qu’on obtient ou dans l’attitude qu’on a vers les mauvais résultats.

Je considère que si l’enseignant s’enferme dans la quotidienneté donnée par une méthode avec des exercices de remplir des espaces en blanc, il peut tomber dans le désespoir quand ses étudiants ne peuvent même pas produire un petit discours oral ou écrit, ou quand ils n’arrivent pas à s’en sortir dans des situations de communications réelles. L’enseignant doit être créatif car le processus d’apprendre une langue, étant un processus dans lequel l’imitation joue un rôle important, demande de la créativité de l’enseignant pour détendre l’ambiance de classe, baisser le filtre affectif et laisser que les apprenants se sentent à l’aise avec leur participation dans des activités qui peuvent ne pas avoir aucune utilité apparente dans leurs vies, mais qui vont leur donner de la confiance en eux même et en leur groupe. Il s’agit d’une confiance nécessaire pour arriver à apprendre la nouvelle langue et à la faire une partie de leurs vies. Si l’apprenant est déjà créatif, on a un plus dans la salle de classe, au contraire, s’il ne l’est pas et on arrive à leur faire découvrir la créativité chez eux de manière amusante, on aura donc atteint notre objectif de promouvoir la confiance chez eux pour qu’ils puissent se sentir à l’aise avec leurs participations en classe. Probablement pour beaucoup d’entre eux, le cours de langue est l’opportunité parfaite pour mettre en pratique ce côté jeune qu’ils ont oublié à cause de leur âge, de leurs responsabilités, de leurs soucis personnels, mais l’enseignant doit être capable de sortir l’apprenant de son contexte et de l’insérer dans un environnement d’apprentissage productif et en plus créatif et amusant.


MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

2 réflexions sur « La créativité en classe de FLE »

  1. Bonjour Grecia, je vous félicite pour votre article, vous avez abordé des points que je trouve très important dans le domaine de l’enseignement des langues qui concernent non seulement les apprenants mais aussi les enseignants. Il faut que l’enseignant éveille la créativité des apprenants; de les aider à sortir cette créativité de l’intérieur d’eux, car chaque apprenant possède une sorte de créativité chez lui, mais quand même chacun sa version. De ce fait, il faut que l’enseignant soit conscient de la nécessité de rénover les supports pédagogiques en classe des langues.
    Pour COMENIUS, un philosophe, grammairien et pédagogue tchèque. : « pour être efficace, un enseignement doit éveiller l’intérêt. Pour ce faire, tous les sens doivent être mis à profit et stimulés ». Pour lui, l’acte d’apprendre doit pouvoir s’opérer rapidement d’une façon agréable. Il propose également d’accorder la plus grande attention à la façon dont l’étudiant apprend, aux modes d’apprentissage pourrait-on reformuler de façon contemporaine.
    Il est aussi nécessaire de rénover les supports et les manières de transmission du savoir au sein de nos classe; traditionnellement, l’enseignant est ce lui qui sait et qui transmet les connaissances. Il doit maintenant prendre conscience que son rôle n’est plus de transmettre des connaissances, mais d’amener les apprenants à acquérir des compétences en lui apportant des outils et non plus des savoirs, car nous vivons dans un monde de l’audiovisuel qui nécessite aussi de la part des enseignants de s’ouvrir à la nouvelle technologie de l’information et de communication.
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *