Pourquoi sensibiliser les apprenants à la culture de la langue cible en classe de FLE?

Même si l’objectif premier des apprenants est d’apprendre à communiquer dans la langue étrangère visée, il est indéniable que la culture a sa place en classe de FLE et que les élèves sont censés y être sensibilisés et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, un des premiers objectifs d’un enseignant est de participer à l’enrichissement culturel personnel de ses élèves. Si cela est vrai quelle que soit la matière enseignée par le professeur, cela l’est d’autant plus lorsque l’on est dans un cours de langues étrangères, là où l’apprenant est directement en relation avec une autre culture que la sienne. En effet apprendre une langue étrangère c’est aussi appréhender une culture nouvelle, des modes de vivre et des façons de penser différents. Ainsi, en intégrant la dimension culturelle à la dimension langagière dans un cours de langues permettra aux apprenants de s’ouvrir à d’autres cultures et donc de favoriser une vision des choses plus objective, un état d’esprit plus tolérant, plus respectueux. Les apprenants pourront alors combattre les stéréotypes et les généralités de la culture cible en les confrontant aux éléments culturels vus (ex : mode de vie, comportements conventionnels au sein de la culture cible) au cours du dispositif d’enseignement/apprentissage de la langue. Il serait alors intéressant pour le professeur de mettre en évidence les repères culturels véhiculés par la langue, les médias, la publicité etc de sorte à ce que les apprenants puissent les interpréter, et s’en servir pour mieux connaître le pays de la langue cible. De plus, la culture est un soutien pour la langue et elle vient ainsi, non pas handicaper l’apprenant mais l’aider dans son apprentissage, en cela qu’elle lui ouvre une autre passerelle.

Par ailleurs, il nous paraît évident que les apprenants se doivent d’être initiées à la culture de la langue cible en cours de langue dès lors que « la communication dans une langue étrangère consiste à maitriser en premier des usages langagiers mais aussi à apprendre à adapter ces compétences en langue, aux situations de communication, aux contextes dans lesquels prennent place ces échanges et cela s’acquiert via la culture. »( Le français langue étrangère, Fabrice Barthélémy Dominique Groux et Louis Porcher, 2011). Ainsi nous sommes véritablement devant une complémentarité de l’élément langagier avec l’élément culturel. L’un ne peut pas aller sans l’autre dans le processus d’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère.

En outre, chaque langue, chaque code de communication dessine l’identité culturelle de chaque société, dès lors enseigner/apprendre une langue étrangère c’est aborder du culturel. De ce fait, il est impossible de faire l’impasse sur la culture en cours de langue étrangère.

 

 


Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

8 réflexions au sujet de « Pourquoi sensibiliser les apprenants à la culture de la langue cible en classe de FLE? »

  1. Salut Nada, Merci pour cet article que je le trouve tellement riche et utile pour notre parcours. Je partage avec toi la même
    idée que « une complémentarité de l’élément langagier avec l’élément culturel. L’un ne peut pas aller sans l’autre dans le processus d’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. » et je me permet d’ajouter : apprendre une langue étrangère signifie en effet tout simplement, avoir accès à une culture inconnue, s’ouvrir à d’autre mentalité, dans la classe d’une langue étrangère, on trouve plusieurs langes et plusieurs cultures, alors le danger de comparer les langues et de les hiérarchiser. Chaque langue est différente de l’autre, chaque langue-culture va actualiser, selon son histoire, et chaque apprenant selon son histoire personnelles, aura telles ou telles représentation de ces différents thèmes. Quelquefois le danger aussi le jugement de la langue peut devenir un jugement sur la personne ou le groupe qui la parle. Ce processus est très gênant dans le cadre de l’enseignement-apprentissage de la langue étrangère et il convient d’en prendre conscience pour l’éviter.
    En cours de langue, l’apprenant se trouve dans un contexte d’interaction avec la culture de la langue apprise. Cette interaction se produit grâce à la communication entre l’apprenant et les représentants de l’autre culture par exemple : le journal-télévisé, des livres, des journaux, des films, des romans, des chansons, des B.D
    Bon courage Nada !

    1. Merci beaucoup Rana. Je suis tout à fait de ton avis. Il ne faut jamais hiérarchiser les langues,bien évidemment, il n’existe pas une langue supérieure et une langue inférieure mais par contre on peut très bien comparer les langues, cela pourrait se faire d’un point de vue linguistique mais aussi historique. Par exemple, d’un point de vue linguistique, il y a certaines langues comme le chinois qui n’ont pas de temps verbaux mais ils ont des mots qui expriment les différents temps. Aussi, d’un point de vue historique on pourrait parler de l’histoire de langues, cela pourrait être très intéressant.
      En effet, comme tu l’as mentionné dans ton commentaire, il existe différents supports pour aborder le thème de la culture en classe. Donc, il ne faut jamais négliger ce point très important à mon sens.
      Merci beaucoup et bon courage à toi également.

  2. Votre article est vraiment riche. Je suis tout à fait d’accord avec vous en ce qui concerne l’inséparabilité de la langue et de la culture. Ces derniers sont indissociables ; il ne faut jamais les séparer.
    L’objectif de l’enseignement de la langue et de la culture est de rendre possible la communication active avec des locuteurs de la langue visée, et notamment dans leur contexte usuel (dans un autre pays), car il n’est pas possible de communiquer en situation de vie sans mettre en œuvre un certain nombre de compétences culturelles. Toutes les méthodes ont donc développé cet aspect, de façons diverses.

    Nous pouvons dire, de manière plus approfondie, que la langue est indissociable de
    la culture, car toutes deux sont, selon les termes de E. Benveniste, « les deux facettes
    d’une même médaille ». En effet, toute langue véhicule et transmet, par l’arbitraire de ses
    lexiques, de ses syntaxes, de ses idiomatismes, des schèmes culturels d’un ou plusieurs
    groupes qui la parlent. Elle offre des « versions du monde » spécifiques, différentes de
    celles offertes par d’autres langues .
    De ce fait, il faut que les enseignants des langues soient conscients de l’utilité et de l’importance de l’enseignement de la culture de la langue cible.
    Bon courge à vous!

    1. Merci beaucoup Sumaia, pour ta réflexion et pour la citation de Benveniste qu’elle résume très bien la relation étroite entre l’enseignement de la langue et la culture dans une classe de langues. En effet, c’est primordial de prendre cela en considération tout au long de l’apprentissage de la langue cible. Bon courage à toi!

  3. Bonjour Nada,

    Je viens de lire ton article et je suis tout à fait d’accord avec toi quand tu dis que la culture est centrale dans un cours de langue étrangère. Cependant, je ne pense pas que cet échange culturel se fasse seulement dans un sens : enseignant – apprenants. Mais, je pense aussi que cet échange culturel est réciproque : l’apprenant apprend de l’enseignant et l’enseignant apprend de l’apprenant.
    L’interculturalité est importante mais dans les deux sens (pour l’apprenant et pour l’enseignant). De plus, cet échange culturel permet de combattre contre les stéréotypes des apprenants mais aussi de l’enseignant.
    Cela peut varier (mais pas tellement à mon sens) si le professeur est natif du pays dans lequel il enseigne le français, dans le cas donc où il n’y a qu’une seule nationalité (celle des apprenants et de l’enseignant). Même s’il est tout à fait possible d’apprendre des apprenants puisque que nous sommes tous au final des « maîtres ignorants » (Jacques Rancière, Le maître ignorant, 1987).
    Je voulais juste réagir sur ce point-là, et te remercier pour ton article.

    Bonne continuation à toi.

    1. Merci Sumaia et Johanna pour cette discussion forte… Je voulais dire à Nada qu’il faudrait qu’elle donne au moins une catégorie à son billet… Bravo à toutes les trois !

    2. Merci beaucoup Johanna d’avoir lu l’article. Je suis tout à fait d’accord avec toi, cet échange se fait évidemment de deux côtés soit du côté de l’enseignant ou bien du côté de l’apprenant. Aussi, je suis tout à fait de ton avis, l’apprenant apprend de l’enseignant et l’inverse est vrai également, c’est cela que je trouve très passionnant dans le métier d’enseignement. On apprend toujours tout au long de sa carrière! je trouve cela formidable!
      Je te remercie aussi infiniment pour la référence de Jacques Rancière, le titre de son livre me donne déjà trop envie de le lire! je vais le lire d’ailleurs!
      Très bonne continuation à toi également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *