La Ritournelle

J’ai eu l’occasion  d’assister cette semaine dans le séminaire de méthodologie de Mr Serge Martin à une présentation de thèse intitulée « Clinique-Musique-Rhétorique ». Dans cette thèse, le doctorant Maël Guesdon  traite du thème de la Ritournelle.

Après avoir lu Deleuze et Lacan, Maël Guesdon s’est rendu  compte que la ritournelle occupe une place importante dans la vie quotidienne d’un être humain. Ce qui l’a amené rejoindre la pensée de ces deux chercheurs et à s’interroger sur la symbolique des gestes répétitifs que les individus accomplissent tout au long de leur existence.

La ritournelle ou la stéréotypie sont des synonymes d’après ce chercheur. Les deux concepts mettent l’accent sur la voix qui donne lieu à une évasion.  L’exemple le plus représentatif de cela peut être l’enfant et les chansonnettes. En chantonnant, l’enfant se crée un nouvel environnement, une espèce de bulle protectrice dans laquelle son mental  se sentira libéré de toute agression extérieure en même temps, qu’il  se jette vers l’inconnu car à  travers  la  chanson, l’enfant découvre un nouveau monde.

Certains  psychothérapeutes  à l’exemple de  Guattari et Deleuze, conçoivent la ritournelle comme une pathologie où un traitement est possible avec la participation du sujet au processus de  thérapie. Ceci dit, Guattari va mettre en place différentes étapes pour le traitement. Ces étapes  vont de «la reconnaissance de la voix» jusqu’à « la reconnaissance d’autrui » et il va expérimenter cela sur le cas d’un malade dont le nom est R.A.

Dans ce processus de traitement,  R.A va réaliser certaines actions. En premier lieu, Guattari va enregistrer les moments décisifs de la crispation. Puis, il va demander à R.A  de recopier le château de Kafka et de prendre en compte les moments décisifs de la thérapie. Par la suite, une autre tâche sera demandée à R.A. Il va devoir dactylographier toutes ses notes. Ainsi, R.A aboutira à un journal intime. En reconnaissant qu’il est l’auteur de ce travail, le  journal de R.A pourra être lu par tous.

AU travers de ce journal, Guattari souhaite que son patient passe de la stéréotypie stérile à la stéréotypie inventive. Ce qui préoccupait Guattari dans le cas de R.A, c’est de l’amener à se débarrasser de la répétition qui protège et isole à un état de la répétition qui protège et construit.

 


Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Une réflexion au sujet de « La Ritournelle »

  1. Merci, grand merci Tassadit pour ce compte rendu après l’exposé et la discussion qui a suivi sur la thèse de Maël Guesdon (http://cral.ehess.fr/index.php?1099) à propos de la ritournelle (enfantine mais aussi rituelle dans toutes les activités humaines, culturelles et autres) à partir des travaux cliniques et philosophiques de Félix Guattari. Je pense que vous pointez bien comment du coeur de la répétition, on peut accompagner des répétitions constructives, protectrices et donc pas seulement soigner mais enseigner, apprendre… Pour continuer, on peut écouter M. Guesdon ici : https://www.youtube.com/watch?v=Gc8wgknhwBs

    Résumé de sa thèse : En 1980, Deleuze et Guattari consacrent un chapitre entier de Mille Plateaux à la ritournelle. Plus de vingt ans avant cette conceptualisation, en 1956, Guattari utilise le terme pour qualifier, dans un bref compte-rendu clinique, les réponses « stéréotypées » d’un patient psychotique qu’il suit en psychothérapie. Partant d’une analyse de cette première occurrence, de son inscription dans la thérapie expérimentale proposée alors par Guattari et de la manière dont celle-ci déplace les approches psychiatriques et psychanalytiques dont elle hérite, cette étude se propose de retracer une histoire des rapports entre répétition et expression vitale dans la philosophie deleuzo-guattarienne. Comment, de l’expérimentation clinique des effets concrets de la répétition dans les thérapies pratiquées par Guattari à La Borde jusqu’à la définition de la musique comme « déterritorialisation de la ritournelle » dans Mille Plateaux, cette ligne se module-t-elle en intégrant successivement, par croisements, confrontations ou couplages, les approches analytiques du sujet, les expériences politiques des années 1960 et 1970, la pensée deleuzienne de la répétition différenciante, les études éthologiques des semiotiques animales et l’histoire de la musique, des chansonnettes enfantines aux oeuvres canoniques ? Appuyé sur des lectures comparatives restituant les reprises et les transformations des sources sollicitées par Deleuze et Guattari, ce parcours propose de relire le concept sous son versant écologique, décrivant, dans une perspective pragmatique, les prises de consistance – subjective, éthologique et esthétique – comme les résultantes de jeux relationnels entre variables expressives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *