L’écho de l’écoute.. Cette voix !

ivan-ecouteLa notion de l’écoute est omniprésente dans la didactique des langues et demeure la pierre angulaire de toute action pédagogique. Se fixer comme objectif d’amener un public  d’apprenants à s’approprier la notion de l’écoute, notamment l’écoute active, n’est pas une mince affaire. En effet, parvenir à ce dessein stipule la réunion effective d’un ensemble d’outils susceptible dont favorise l’aboutissement. De ce fait, le souci qui doit animer tout enseignant est de s’ingénier à concevoir une manière de captiver l’attention de l’apprenant, de l’aider à développer cette capacité afin de réaliser la finalité attendue.

A la maison de recherche, on était là… En train de construire une, des écoutes !

C’est à cet endroit, et plus précisément la salle Claude Simon, où la journée d’étude «  Expériences d’écoute : Pratiques et théories en didactique des langues et des cultures »  a été organisée par Nathalie Borgé, Carla Campos Cascales, Charlotte Guennoc et Monsieur Serge Martin.

Mme Valérie Spaëth a inauguré cette journée centrée sur l’écoute. Ensuite, il y avait un échange sous forme d’ateliers de communication avec Mme Molinié et une rencontre-débat avec Malika Ferdjoukh durant toute la matinée.

Après la pause déjeuner, nous avons réactivé notre écoute avec Ivan Jimenez Garcia, professeur en danse et littérature et maître de conférence en espagnol à l’université de Créteil.

Muni de son sablier pour contrôler le temps, il a remercié d’abord le professeur Serge Martin pour son invitation qu’il estimait chaleureuse. Ensuite, il nous a demandé de nous mettre debout puis d’écouter un extrait d’une dance théâtrale et de dire trois mots qui résument ce qu’il évoque par rapport à l’écoute. On n’en a pas discuté que vers la fin de sa communication.

Ensuite, Il nous a fait part d’une réflexion importante sur l’écoute comme étant une intersubjectivité par les signes et par les langues que Roland Barthes dénomme « l’écoute de l’implicite et de l’inconnu ». Puis, il nous a parlé de l’apport de l’injonction dans la pratique de l’oral.

Ce qui était si impressionnant c’était son appel à notre participation dans des expériences d’écoute. Prenant l’exemple de la seconde expérience qui partait du principe suivant : Faire passer un paquet rempli de papiers de toute sorte (des pétales, formes d’oiseaux et du papier cadeau) et demander à quelqu’un de chanter en sa langue maternelle en faisant des mouvements avec ces feuilles. Deux participantes ont accepté de chanter des comptines en espagnol et en Ourdou. Le but de cette expérience était de mieux comprendre la notion de la corporéité qui rassemble le corps et sa dynamique.

Dans la même perspective, il nous a invités à vivre une troisième expérience d’écoute basée sur la marche à laquelle j’avais participé en compagnie de deux autres personnes. La règle du jeu était de marcher les trois, l’un derrière l’autre, se concentrant uniquement sur le bruit de ses pas. Les conclusions qu’il a pu tirer de cette expérience c’est que nous n’avions pas le même rythme de marche et qu’il n’y avait pas de synchronisation au niveau des mouvements.

De surcroît, on a assisté à la table –ronde avec les anciens étudiants M2, dont les uns sont à présent en cycle doctoral, portant sur la recherche et plus particulièrement sur l’écriture d’un mémoire et son rapport avec la question de l’écoute.

La journée a été clôturée avec un spectacle de théâtre partagé, présenté par l’acteur Simon Copin et Charlotte Guennoc,  où nous étions perdus dans les ténèbres absolues en continuant à suivre la voie de sa voix.  


Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

4 réflexions sur « L’écho de l’écoute.. Cette voix ! »

  1. Bonsoir Justine,
    Je te remercie énormément pour ta lecture et ton commentaire. Tu as parlé de la scène dans ton commentaire, un détail important que je n’ai pas cité dans mon article et qui me semble très intéressant ! merci d’avoir complété ! En ce qui concerne la rencontre avec les anciens Master 2, c’était très motivant de voir ce rêve, qu’on partage tous, s’est réalisé pour la promotion précédente. Ceci dit qu’un jour, nous pourrons également avoir notre projet de mémoire entre les mains. J’avoue que je suis en retard et que je dois retrousser mes manches pour accomplir cette tâche ! bon courage à tous !

  2. Merci pour ce compte rendu complet qui nous fait revivre cette journée de ton point de vue, et qui est très utile car je n’avais pas pu assister au colloque le matin !
    L’intervention de Monsieur Ivan Jimenez Garcia était très enrichissante et son parcours atypique (qui mêle danse et didactique de l’espagnol) le rendait très intéressant !
    La pièce de théâtre était également très bien interprétée, avec pour seul décor un public en arc de cercle et des volets fermés…
    Mais ce qui m’a le plus intéressée a été l’intervention des anciennes Master 2 (et jeunes doctorantes) car le fait d’avoir leur retour sur leur expérience et de pouvoir consulter leurs mémoires a rendu ce projet moins lointain, plus concret et plus accessible (car oui, je ne m’imagine pas encore tenant mon mémoire entre les mains…).

  3. Je te remercie Hanane pour ta lecture et ton commentaire ! Ah oui ! Je suis du même bord que toi ! C’était merveilleusement bien passé et, à l’occasion, je félicite monsieur Martin ainsi que ses doctorants pour ce travail exhaustif sur cette agréable et fructueuse journée.

  4. Merci Soukaina pour ce compte rendu bien clair! J’ai beaucoup apprécié cette demi-journée qui était si passionnante et enrichissante notamment la dernière expérience de théâtre que nous avons vécue ensemble avec attention et concentration…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *