L’interculturel en classe de langue : Initiation à une réflexion!

La diversité culturelle demeure une réalité à laquelle nous ne pouvons échapper. Un contexte dans lequel l’école est désormais au cœur des enjeux culturels dont le devoir est de voir quel individu elle peut, elle veut et elle doit former pour la société de demain. Cette dernière doit être à l’image de la société afin de développer le savoir vivre ensemble en dépit des différences linguistiques, sociale ou éthique.

Pour ce qui est de l’enseignement des langues étrangères, objet de nos différentes recherches, l’objectif se veut de préparer l’apprenant à la rencontre de l’autre qui dispose d’une culture qui lui est inconnue. Pour un tel objectif, la question qui se pose est comment peut-on, ‘nous’, comme futurs enseignant(e)s de français langue étrangère, garantir la cohabitation entre des Êtres de différentes cultures qui se trouvent sur un même espace (notamment la classe de langue) ?

De nombreuses recherches s’accordent pour dire que l’interculturalité peut aider à réaliser cet objectif d’où le concept de l’éducation interculturelle et la nécessité de développer la compétence interculturelle chez l’apprenant.

Cette réflexion sur la notion d’interculturalité en classe de langue m’a permis de faire un retour sur la prise en compte du concept d’interculturel par les programmes scolaire d’enseignement du français en Algérie. En effet, d’après mon expérience en tant qu’enseignante de français au secondaire en Algérie, j’ai pu constater que les contenus du programme d’enseignement de la langue française sont davantage enfermés dans des compétences linguistiques toute en négligent l’aspect culturel de la langue enseignée. Même si l’éducation nationale adopte comme approche pédagogique la perspective actionnelle « une approche pédagogique proposée par le CECRL ‘Cadre européen commun de référence pour les langues’. Sachant que la prise en compte de la composante culturelle dans l’enseignement des langues étrangères demeure un principe primordial de l’approche actionnelle car « Les langues sont un trésor et véhiculent autre chose que les mots. Leur fonction ne se limite pas au contact et à la communication. Elles constituent d’une part des marqueurs fondamentaux de l’identité, elles sont structurantes d’autre part de nos perspectives » (SERRE M., Atlas, Flammarion, Paris, 1996, P.112).

En somme, la présente problématique reste loin d’être close, cependant il est bien indispensable de noter que  l’enseignement d’une langue étrangère doit avoir pour but de former un citoyen du monde capable de s’intégrer aisément dans une société multiculturelle et multilingue, il est nécessaire de lui apprendre dès le jeune âge à relativiser ses valeurs et sa culture, lui apprendre à se décentrer afin de comprendre l’autre et cohabiter pacifiquement avec lui. Cette éducation interculturelle prend tout son sens dans l’ère de la mondialisation où l’éducation interculturelle devient la clé d’une coexistence pacifique entre les citoyens du monde.


FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche.
Parcours:
* Diplôme de professeur d’enseignement secondaire de langue française à l’ENS d’Oran (Algérie).
* Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l’université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

10 réflexions sur « L’interculturel en classe de langue : Initiation à une réflexion! »

  1. Bonjour Hanane,
    J’ai lu votre article et je le trouve très important. L’interculturalité est une notion épineuse mais centrale de notre époque. Je trouve que la diversité des individus, des groupes, des compétences et des points de vue enrichit l’éducation elle-même, ainsi que la coopération et la collaboration professionnelle, car elle nous permet de réfléchir à des solutions plus variées et / ou alternatives. A mon avis, l’éducation interculturelle ne concerne pas seulement les différences culturelles, mais toutes nos caractéristiques en tant qu’individus et en tant que membres de groupes, allant au-delà de diverses coutumes, car même si nous sommes divers, nous partageons une humanité commune. Ainsi, l’expression « éducation interculturelle » ne doit pas être redoutée, mais nous devons réfléchir à la diversité culturelle et fournir un scénario pour discuter, échanger et partager des outils pratiques et une formation continue des enseignants face à une situation d’éducation interculturelle.

  2. Bonjour Hanane
    J’ai lu attentivement ton article. Je le trouve très intéressant. Tout comme toi j’ai eu une expérience d’enseignement en Algérie et j’ai remarqué que la dimension interculturelle n’est pas prise en compte dans les programmes. Ce qui est à mon avis dommage !
    Enseigner l’aspect linguistique sans pour autant s’intéresser à la composante culturelle de la langue enseignée prive l’apprenant de connaître de nombreux éléments culturels, lesquels éléments pouvant être d’un grand intérêt pour la formation ultérieure en langue étrangère .
    De nombreuses prochaines ont montré que l’interculturalité aide l’apprenant à comprendre l’Autre et à cohabiter avec lui. J’espère, donc, que la prochaine réforme des programmes en Algérie intégrera cette notion dans l’enseignement du FLE.

    1. Merci Tassadit pour ton témoignage ! N’oublions surtout pas d’ajouter à la prise en compte de la compétence culturelle lors d’une prochaine réforme, la formation des enseignants dans la mesure où c’est ces derniers qui vont assurer la mise en pratique des programmes sur le terrain.

  3. Merci beaucoup Hanane pour ton article. Le concept de l’interculturalité m’intéresse énormément. En effet, aborder la culture de l’autre est pour moi essentielle afin qu’on puisse comprendre l’autre, il est nécessaire de connaitre sa culture. De plus, s’intéresser aux traditions et aux coutumes de nos apprenants cela est un acte très motivant pour l’apprentissage de la langue pour l’apprenant ainsi que l’enseignant.
    J’ai vu que Galisson et Coste ont beaucoup écrit sur la notion de culture en classe de langue.
    Également, j’ai trouvé de très beaux articles sur ce l’enseignabilité de la culture. Voici quelques liens, bonne lecture.
    http://www.aidenligne-francais-universite.auf.org/IMG/pdf_Blanchet_inter.pdf
    https://gerflint.fr/Base/France10/fougerouse.pdf

    1. Ne jamais oublier que l’enseignement et/ou l’apprentissage est interactif et donc qu’il n’y a pas de culture qui ne se transforme dès qu’échange-interaction… car les cultures, les savoirs, les pratiques sont toujours situés dans des contextes d’interaction et jamais figés. Il est dangereux de fixer de identités quand elles sont toujours plurielles et en situation d’échange… Penser au phénomène bien décrit par Eric Chauvier de la désinterlocution… que je préfère appeler la désénonciation.

      1. Merci à vous Monsieur d’avoir lu cet article! Vous avez bien raison, lors des interactions, nous ne pouvons pas nier ces différents paramètres propres au contexte en question vu que ces derniers ont un impact direct sur nos énoncés et plus loin sur nos représentations en général…

    2. Je t’en prie Nada ! Merci à toi d’avoir partagé ton point de vue sur cette question si importante pour Nous ! Je te fais part de la citation de Myriam Denis que je trouve intéressante et qui résume bien nos idées où elle dit que « Le cours de langue constitue un moment privilégié qui permet à l’apprenant de découvrir d’autres perceptions et classifications de la réalité, d’autres valeurs, d’autres modes de vie… bref, apprendre une langue étrangère, cela signifie entrer en contact avec une nouvelle culture ». (Myriam Denis, in Dialogues et cultures n°44, 2000, p. 62).

      1. Merci beaucoup Hanane pour cette belle citation qu’elle résume bien nos idées sur la notion de culture. En effet, apprendre une langue étrangère, c’est forcément apprendre sa culture. En effet, la langue est indissociable de la culture. Merci également pour la référence. Je vais le consulter.

    3. Merci Nada pour ces liens qui vont me permettre de lire davantage sur la notion d’interculturalité. En effet, cette notion prend de plus en plus d’ampleur dans la champ de la didactique et de l’enseignement des langues étrangères. Les livres et articles de Martine Abdallah-Pretceill peuvent nous apprendre beaucoup de choses sur cette notion.

      1. Je t’en prie Tassadit, c’est deux articles vont t’apporter beaucoup de réflexions sur la notion d’interculturalité. J’ai appris également tant de choses en lisant ces articles. Oui, je sais que Martine Abdallah-Prectceill a écrit sur la culture. Tu trouveras aussi qu’il est cité dans les articles! Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *