Art de l’apprentissage

Quand je cherchais les supports théoriques pour mon mémoire, j’ai trouvé un article concernant mon sujet – « Les définitions des stratégies d’apprentissage ». Il s’agit d’un essai de synthèse. Avec beaucoup de stratégies d’apprentissage qui ont évoqué mon expérience d’apprendre le français, cet article m’a attiré l’attention. Il est le quatrième chapitre du livre « Les stratégies d’apprentissage » de Paul Cyr et Claude Germain. Ce livre s’adresse aux enseignants qui ont l’intention d’enseigner à leurs apprenants comment « apprendre à apprendre », aux chercheurs qui travaillent dans le domaine de la didactique des langues et aux apprenants qui veulent approfondir leurs connaissances des stratégies d’apprentissage en langue seconde ou réfléchir sur leur parcours d’apprentissage.

L’auteur établit un bilan des stratégies que l’apprenant peut utiliser et propose des définitions très précises. Selon Cyr, il existe de nombreuses stratégies d’apprentissage et elles peuvent être divisées en trois groupes : les stratégies métacognitives, les stratégies cognitives et les stratégies socio-affectives, c’est aussi la logique de cet article. Les stratégies métacognitives portent sur des réflexions concernant le processus d’apprentissage des langues plutôt qu’elles ne constituent une aide pour l’apprentissage lui-même ; et les stratégies cognitives relatives aux actions de mémoriser, grouper, paraphraser, réviser, etc. Cyr souligne que la stratégie métacognitive exerce plus d’influence sur le processus d’apprentissage que la stratégie cognitive. Dans la troisième catégorie, Cyr énumère une série de stratégies socio-affectives. Il décrit de nombreuses situations didactiques ou d’apprentissage afin de mieux expliquer comment les stratégies fonctionnent dans des cas spécifiques.

À part de la stratégie la plus populaire – « pratiquer la langue » qui désigne plutôt la « répétition » et la « pratique des sons et des graphies en situation formelle », Cyr mentionne aussi une stratégie populaire parmi les apprenants de langue étrangère : « traduire et comparer avec la L1 ». Elle fait partie de la stratégie cognitive. À propos de l’intervention de la langue maternelle dans l’apprentissage, il faut parler des recherches de Felix Franke, qui a illustré, à la fin du 19e siècle, deux types de relation entre le mot en langue maternelle, le mot en langue étrangère et le concept de cet objet indiqué. Quand l’apprenant rencontre un mot en langue étrangère, il peut choisir entre deux démarches : ou bien il saisit le sens en traduisant le mot étranger à sa langue maternelle, ou bien il crée un lien direct entre le concept et le mot en langue étrangère. La première démarche est considérée comme un traitement manquant d’efficacité. Komenski prenait l’image pour centre du manuel de langue, car selon lui, l’image indique directement le sens du mot. C’est ainsi compréhensible qu’au 17e siècle, pour apprendre une langue étrangère, l’enfant devait regarder l’image et écouter plusieurs fois les phrases correspondantes. Cyr a aussi souligné que l’utilisation des images peut être une technique pour mieux mémoriser les lexiques.

Semblablement, à propos de la compréhension et la mémorisation du signifié d’un mot en langue étrangère, l’article de Cyr met en discussion, dans la stratégie de « recherche documentaire », le paradoxe entre la dépendance de l’apprenant à l’égard du dictionnaire bilingue et la préoccupation de l’enseignant à propos de ce fait. Même s’il avoue qu’il est peut-être utile de consulter le dictionnaire bilingue dans certaines circonstances (en prenant en compte la culture et la personnalité de l’apprenant), l’auteur conseille aussi aux apprenants les plus avancés d’utiliser un dictionnaire de la langue-cible, afin de maîtriser l’utilisation de ce mot. Cela m’a fait penser à la communication du colloque qui avait lieu l’après-midi du 21 octobre dans la salle M, au sujet de l’éthique enseignante à travers les corpus de classe. On discutait si c’est pertinent de laisser les apprenants chinois consulter le dictionnaire électronique dès qu’ils rencontrent un mot inconnu.

 

Bibliographie :

Paul CYR, Les stratégies d’apprentissage, CLE International, 1998, chapitre 4, p41-P63.

Heather. E. HILTON, « L’influence des théories d’acquisition sur la didactique des langues : perspectives historiques », Orizons, 2011, p37-p52.


Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

2 réflexions sur « Art de l’apprentissage »

  1. Bonjour Yi, merci beaucoup pour ce billet qui me semble très intéressant ! En tant qu’apprenant de français, ces stratégies m’ont évoquée tout de suite mon expérience personnelle pendant la première phase d’apprentissage.
    Par exemple, la stratégie de « pratiquer la langue » . J’ai fait un tel entraînement intense pendant les deux premières années universitaires. Presque chaque matin, je parlais le français en écoutant la cassette et en imitant l’intonation et la prononciation. C’est une activité autonome qui dure au moins 15 mins par jour. J’ai beaucoup aimé cet exercice et je répétais souvent avec l’enregistreur jusqu’au moment que j’étais contente de ma performance. De plus, je pense que cela peut faire un lien avec la notion d’écoute et de la voix dont monsieur Martin a beaucoup mentionné en cours. Il faut faire entendre sa propre voix pour s’améliorer dans l’apprentissage, il faut mettre l’accent sur la voix, il faut se demander la manière de mettre en scène la voix dans un milieu hétéroglotte. Comment peut-on le réaliser ? à mon avis, c’est de laisser aux élèves plus de temps à écouter, à parler et à imiter.
    La deuxième chose qui m’a attiré l’attention, c’est l’intervention de la langue maternelle. Tu nous as présenté deux types de relation entre le mot en langue maternelle, le mot en langue étrangère et le concept de cet objet indiqué: soit il saisit le sens en traduisant le mot étranger à sa langue maternelle, soit il crée un lien direct entre le concept et le mot en langue étrangère. Apparemment, dans l’enseignement du français en Chine, la première démarche est en priorité, ce qui produit un résultat évident: quand on communique avec un Francophone, on parle en traduisant les phrases de chinois en français; quand on écrit un article en français, on le traduit parfois directement du chinois, ce qui produit beaucoup de fautes et erreurs. Donc c’est vraiment une question qui mérite d’être réfléchie par nos futurs enseignants de français en Chine. Je l’ai notée!
    Merci encore pour ce billet !

    1. Bonjour Yiheng,
      Merci pour ton commentaire ! Tu es vraiment travailleuse, c’est très impressionnant ! Je suis d’accord avec tout ce que tu as dit. Lire à haute voix, c’est la pratique la plus populaire parmi les apprenants de langue étrangère, mais je pense qu’il vaut mieux de lier la voix avec le sens, j’aimerais savoir si tu as de bonnes idées pour effectuer cette liaison, parce que pour moi, il y a des fois où je lis à haute voix mais en même temps je pense à autre chose, j’ai l’air d’un robot…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *