Un dialogue imaginaire entre une étudiante et sa directrice

Professeur : P

Étudiant : E

E : Bonjour Madame.

P : Bonjour Mademoiselle.

E : Alors…

P : C’est pour le mémoire ?

E : Oui oui, en fait, pour le mémoire, je ne veux pas chercher à critiquer un certain phénomène X ni à trouver une solution pour un problème Y, je préfère manifester une réflexion sur les stratégies d’apprentissage appliquées par les apprenants chinois dans le contexte d’enseignement du français en Chine, ainsi la situation d’apprentissage. Quand on apprend une langue étrangère, on essaie toujours de mémoriser les éléments langagiers, car ça nous fait économiser beaucoup de temps …

P : Bon, ça c’est votre hypothèse, vous ne l’avez pas encore vérifié, même si vous savez que c’est la vérité, peut-être.

E : Ah je vois, il me faut le témoigner. Je ne veux pas le prendre comme une conclusion, je veux juste essayer de comprendre que font les enseignants et les apprenants quand il y a quelque chose à mémoriser, pourquoi ils ne cherchent pas d’autres solutions, par exemple, selon l’article de Paul CYR, (elle cherche quelque chose dans le sac), voilà, il énumère plein d’autres stratégies comme « pratiquer la langue », « grouper », « prendre des notes », « la déduction », etc. Je me demande pourquoi certains apprenants, voire enseignants, préfèrent la mémorisation en face de certains mots ou expressions inconnus, et des règles grammaticales qui ne sont pas similaires à celles de leur langue maternelle.

P : Oui, vous pouvez mettre un sondage sur cela.

E : D’accord. J’ai encore une question concernant la définition exacte de la mémorisation. Quand j’étais à licence 2, notre enseignant invitait chaque étudiant à partager, devant tout le monde, sa propre stratégie d’apprendre le français. Je me souviens qu’il y avait une camarade qui nous a raconté sa façon de mémoriser le genre d’un nom. Elle avait mis, dans son carnet, les mots masculins à gauche, et les mots féminins à droit. Car il y a un proverbe chinois très connu : “Les hommes à gauche, et les femmes à droit”, elle associait les noms masculins aux hommes, et les noms féminins aux femmes. Selon CYR, elle « groupe » les mots, elle « note dans un cahier des mots », elle « révise ». Mais, pendant ce processus entier, quelle est la frontière varie entre « mémoriser » et d’autres stratégies d’apprentissage ?

P : C’est…intéressant comme histoire, et je pense que c’est à vous de trouver et définir la frontière.

E : Je sais que cette stratégie semble bizarre aux yeux des natifs. Mais quand on n’a pas la chance d’exposer dans la langue cible, c’est très difficile d’acquérir automatiquement la compétence langagière, et les apprenants doivent se débrouiller eux-même pour repérer, conceptualiser et systématiser les éléments langagiers, mais les efforts ne nous garantissent pas d’utiliser et d’appliquer spontanément ce que l’on a appris dans…dans une conversation, par exemple.

P : Tu peux peut-être lancer une série d’hypothèses sur pourquoi l’apprenant a choisi cette stratégie, quel est son motif, est-ce que c’est pour se rassurer, pour avoir l’efficacité, pour s’amuser, etc.

E : D’accord, je vais le mettre dans mon questionnaire.

P : Et tu peux aussi faire la même enquête aux enseignants de français en Chine, si possible.

E : OK, merci Madame, au revoir.

P : Au revoir.


Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *