La langue française en Algérie: État des lieux

INTRODUCTION

De nombreuses civilisations ont occupé le territoire algérien à travers l’histoire. Plusieurs peuples s’y sont succédés afin de coloniser ce pays habité par des populations berbères (Taleb-Ibrahimi, 1995, Morsly, 1988). La conséquence de ces conquêtes se traduit par une co-présence sur le territoire algérien de plusieurs langues qui sont l’arabe moderne ou standard, l’arabe algérien, le berbère et le français (Asselah-Rehal, 2001). Ces langues n’ont pas toutes le même statut sur le territoire algérien. Si l’arabe et le berbère[1] (Tamazight) sont considérés comme des langues nationales et officielles, le français, lui, est catégorisé comme langue étrangère. En ce qui concerne les autres dialectes régionaux, ceux-ci sont minorés (Taleb-Ibrahimi, 1995). Cependant, il a été remarqué que la langue la plus utilisée et la plus répandue dans l’environnement sociolinguistique algérien demeure la langue française. Plusieurs chercheurs parmi lesquels (Dourari et Taleb-Ibrahimi) s’accordent sur le fait que le français en Algérie joue un rôle très important. Et cela dans de nombreux domaines comme  l’économie et l’éducation. Nous allons au cours de cet article dresser un état des lieux de l’ancrage de la langue française en Algérie. Pour cela, nous allons, d’abord, revenir sur la raison de la présence du français en Algérie. Puis, nous allons aborder ses champs d’application et la promotion dont il bénéficie actuellement. Et pour finir, nous nous pencherons sur la façon dont les deux groupes sociaux arabophone et francophone se représentent cette langue.

  • Bref historique de la genèse de la langue française en Algérie.

L’Algérie est un pays francophone du fait de son passé colonial. L’histoire qui lie l’Algérie à la France remonte à plusieurs années. L’Algérie a été une colonie française pendant 172 ans. Rappelons que la France a débarqué en Algérie à la moitié du XIXème siècle. Suite à un problème entre les deux gouvernements français et algérien, la France a décidé de conquérir l’Algérie. A partir de cette époque, l’Algérie devient un département français, donc une partie intégrante du territoire hexagonal. Mais, ne pouvant supporter le système auquel la France les a soumis, les Algériens ont décidé d’entrer en guerre contre la France (Ageron, 2005). Il est resté de cette période, entre autres, un héritage culturel dont la langue française fait partie.

  1. La langue française durant la période coloniale:

Avant la colonisation française, la seule langue écrite en Algérie était l’arabe classique, diffusée avec l’islam. Mais, lors de la colonisation française (1830-1962), le français a été introduit en tant que langue officielle par les autorités françaises dans l’administration algérienne. Toutefois, l’implantation de la langue française dans les institutions étatiques algérienne s’est effectuée par étapes (Quefélec, 2002). Durant la première étape (1883-1922), les populations autochtones s’attachant à la culture arabo-musulmane ont refusé de fréquenter les écoles françaises. Mais, ces populations autochtones qui étaient hostiles à l’enseignement du français ont fini par l’accepter et même par le revendiquer du fait  de la place qu’il occupait à ce moment là. En effet, durant la période de (1922-1962),  le français représentait une clé pour accéder à certains postes dans l’administration. A cette époque, le français était enseigné aux Algériens en tant que langue maternelle, avec les mêmes programmes, les mêmes méthodes que celles qui étaient appliquées en France pour les petits Français (Colonna, 1967).

  1. La langue française après la période coloniale

Au lendemain de l’indépendance, le principal objectif des autorités algériennes sur le plan linguistique était de redonner à l’arabe la place qu’il avait perdue. Ainsi, elles ont procédé à la politique de l’arabisation[1]. Il s’agit d’une politique qui vise à rendre à la langue arabe tous ses droits et à la proclamer langue nationale et officielle (Grandguillaume, 1983).  Pour ce qui est du français, il se voit conférer le statut de langue étrangère ou seconde. De ce fait, une série de réformes organisant son apprentissage ont été mises en place. Mais, depuis la décision de l’état d’arabiser le système éducatif la place du français s’est réduite dans les écoles. Nous pouvons dire qu’à chaque réforme, la place de cette langue se rétrécit comme la peau de chagrin de Balzac. Son volume horaire hebdomadaire ne cesse de changer, il est passé de 15 heures par semaine à 11 heures durant les trois années du deuxième palier (primaire) et de 9 heures par semaine durant les trois années du troisième palier (collège) (Taleb Ibrahimi, 1995).

[1] La politique d’arabisation s’inscrit dans la démarche de réappropriation de l’identité arabo-musulmane  à laquelle les Algérien doivent, selon les autorités politiques de l’Algérie indépendante, s’identifier (Zénati, 2004). C’est la raison pour laquelle, le premier président Ahmed Ben Bella a prononcé  en 1963 le discours suivant ; « Nous sommes des Arabes, des Arabes, dixmillions d’Arabes […] Il n’y a d’avenir dans ce pays que dans l’arabisme »

  • Les champs d’application du français en Algérie

En Algérie, le français est utilisé dans plusieurs sphères. Nous pouvons dire en rejoignant l’avis de Sebaa Rebah (2002) que le français s’est beaucoup plus implanté à l’ère actuelle que durant la période coloniale. Un grand nombre d’institutions administratives, notamment celles des secteurs économiques et bancaires continuent à fonctionner en langue française. Le français est aussi omniprésent dans le quotidien des Algériens. Les termes français sont abondant dans le lexique des Algériens. Concernant les moyens de communication, la plupart d’entre eux utilisent le français.

1- Le français dans le domaine professionnel

Le français représente la langue de travail dans plusieurs secteurs en Algérie. Dans une étude menée dans la ville de Mostaganem[1], il a été montré que l’arabe et le français sont les deux langues de communication et de fonctionnement au sein de la banque « le travail technique (comptabilité, analyse financière, gestion, etc) se fait en français. Les documents, formulaires et fiches sont en arabe et en français » (Bellatreche, 2009). Cette même étude indique que le français est la langue qu’utilisent la majorité des employés dans leur travail qu’ils soient nationaux ou étrangers. D’autres études menées dans le milieu professionnel en Algérie notamment celles de (Sebaa, 2002 ; K. Taleb-Ibrahimi, 1995) ont montré que même après l’indépendance, le français est la langue utilisée en concurrence avec l’arabe dans différentes situations de communication au sein des administrations.

Enfin, il est plus facile de trouver un travail en Algérie en ayant une maîtrise en français plutôt qu’en arabe. Les secteurs du travail en Algérie privilégient les personnes qui parlent la langue  française. En effet, divers domaines de travail en Algérie emploient le français comme langue de travail, avec parfois l’arabe classique et l’arabe dialectale.

[1] Mostaganem est une wilaya en Algérie. C’est une ville portuaire de la Méditerranée. Elle est située au nord-ouest de l’Algérie

2- Le français dans l’enseignement supérieur et le monde de la recherche

Dans l’enseignement supérieur algérien, le français est la langue la plus répandue. De nombreuses filières assurent leur enseignement en langue française (médecine, pharmacie, chirurgie dentaire, architecture, école vétérinaire, polytechnique, etc.). (Ferhani, 2006) Ainsi, le français garde son statut de langue d’enseignement à l’université. Il demeure malgré la politique d’arabisation langue véhiculaire des savoirs, même après l’indépendance. Le constat établi à ce propos par Achouche reste d’actualité: « malgré l’indépendance et les actions d’arabisation qui s’en sont suivies, les positions du français n’ont pas été ébranlées, loin de là, son étude ayant même quantitativement progressé du fait de sa place dans l’actuel système éducatif algérien »(Achouche, 1981).

3- Le français dans les pratiques linguistiques des Algériens

Dans les pratiques linguistiques des locuteurs algériens, la langue française est toujours présente. Néanmoins, ces pratiques sont différentes d’un milieu social à un autre et se manifestent sous des formes diverses formes. Nous trouvons dans ces milieu des emprunts directs et des emprunts intégrés. Il faut mentionner que comme le souligne (Benhamla ,2009)  il ne s’agit pas nécessairement d’emprunts de nécessité. Souvent, le signe emprunté garde son référent original.

  • Des emprunts directs : l’unité lexicale empruntée à la langue française ne subit aucune transformation.
  • Normal Ex: Normal de (faire)
  • Surtout Ex : surtout (n’oublie pas)
  • Voiture Ex :(Elle est dans) la voiture

Remarque : il faut préciser que  les mots ou expressions entre parenthèses sont prononcés par les Algériens sont prononcés en langue locale.

  • Des emprunts intégrés : l’unité lexicale empruntée subit des modifications morphosyntaxiques, et phonétiques afin de s’adapter à la langue arabe ou berbère.
  1. Gendarme  /dažadarmi/
  2. Le cinéma  /әssinima/
  • Alternance codique : un usage alternatif de deux ou plusieurs langues dans le même énoncé ou le même discours (Gumperz, 1982). En Algérie, nous percevons cela à travers l’introduction dans des énoncés en française des mots en kabyle ou en arabe.
  1. Berbère/ français : Je ne pense pas que je vais rester /go khamagui/ traduction (dans cette maison).
  2. Arabe/français : j’ai profité de le mettre 3 fêtes puisk /smanet 3alih šwija[1]/ traduction (j’ai légèrement grossi).
  • Néologisme : Un mot nouveau ou récemment apparu dans une langue. Les Algériens créent de nouveaux mots en adjoignant au morphème arabe ou kabyle un suffixe français. Il faut préciser que ce procédé donne un mot inexistant en langue française
  1. Hitt Ce néologisme est crée sur la base de « Hit » (le mur) et du le suffixe «iste »
  2. Dégoût dégoutage. Ce néologisme est crée sur la base de « dégoût » et du suffixe « age »
  3. Taxis Ce néologisme est crée sur la base « Taxis » de et du suffixe « eur ».

[1] Les exemples cités sont transcrits en alphabet phonétique international (API).

4- Le français dans les médias

Dans l’environnement médiatique algérien, le français est très présent. D’après certains chercheurs tels (Dourari, 2003). Les tirages des journaux francophone ne sont pas très différents de ceux qui  ont eu lieu au moment de l’Algérie-française. Autrement dit, les journaux francophones maintiennent leur position dans le marché médiatique algérien. Ils ont toujours leurs fidèles lecteurs. D’ailleurs, la capitale algérienne possède à elle seule six journaux francophones, El-Moujahid, Alger-républicain, Liberté, Alger-soir, Le Matin, El-watan (Asselah-Rahal, 2001).

D’autre part, la chaîne III de la radio algérienne émet des programmes en français. De son côté la télévision algérienne d’état projette presque chaque soir des films en français et même des débats en langue française, sans oublier le phénomène de la parabole qui  a accentué l’intérêt des algériens pour le français (Asselah-Rahal, 2001).

5- Le français dans l’environnement des Algériens

De nombreuses enseignes, panneaux publicitaires sont écrits exclusivement en français et cela depuis même la loi de généralisation de la langue arabe. De même pour le nom des rues, plusieurs rues en Algérie portent les noms des personnalités françaises.

Exemples :

  1. Les enseignes des magasins : cafétéria, boulangerie, imprimerie, papeterie, vente en gros, coiffeur.
  2. Les noms des rues : Saint-Jean, Saint Cloud, Gambetta, le Square, la Corniche, la Place Polygone.
  3. Les panneaux publicitaires : Ifri, l’eau, la vie. Dixan, plus de savon pour plus d’efficacité.

6- Les types de francophones en Algérie

Selon Rehal Safia, la réalité sociolinguistique algérienne a permis d’identifier 3 types de francophones :

  1. Les vrais francophones : ce sont les personnes qui parlent le français dans la vie de tous les jours et qui communiquent en français avec leur entourage.
  2. Les francophones occasionnels : ce sont des individus qui utilisent le français dans des situations bien spécifiques (formelles ou informelles) mais dans cette catégorie, il y a un usage alternatif du français et de l’arabe (dialectal).
  3. Les francophones passifs : ce sont les locuteurs qui comprennent le français mais qui le parlent pas.
  • La promotion de la langue française dans l’Algérie contemporaine

La valeur du français en Algérie ne cesse de s’accroitre. De nombreux jeunes manifestent le désir de l’apprendre. Ainsi, les centres culturels français que le gouvernement a fermés juste après l’indépendance ont ré-ouvert. Les jeunes algériens fréquentent massivement ces centres dans lesquels ils ont l’opportunité de suivre des programmes en français. D’autres parts, de nombreuses écoles privées ont vu le jour. Ces écoles proposent des formations en langue française et arabe.  En ce qui concerne le secteur universitaire,  certains étudiants se voient dans l’obligation de prendre des cours de français afin de combler leurs lacunes, des lacunes qu’ils ont accumulées durant leur scolarité avant l’obtention du baccalauréat.

  • Le français au niveau des représentations

Le  terme « représentation » a été étudié dans plusieurs disciplines en sciences humaines (sciences du langage, sociologie, psychologie, anthropologie,  épistémologie, philosophie,…). Les représentations linguistiques sont perçues à travers les mythes, les valeurs et les stéréotypes que le locuteur développe sur certaines langues ou variétés linguistiques (Jodelet,2003). En Algérie, les représentations sur la langue française diffèrent d’un groupe social à un autre.

  • Groupe social francophone

Ce groupe se représente le français comme une langue de modernité, de technologie et de promotion sociale. La pratique du français permet selon ce groupe d’avoir l’image de quelqu’un de cultivé, et d’être valorisé sur le plan social. L’élite francophone se représente aussi le français comme étant une langue qui va lui permettre de s’ouvrir sur la culture occidentale et de nouer des relations avec l’occident. Ainsi, elle pense que le français doit être enseigné aux enfants dès l’école primaire. Ceci permettra aux enfants algériens, d’après cette catégorie de disposer non seulement de deux langues dans leur répertoire langagier, mais aussi de ne pas être confronté à un problème de langue dans le cas où ils décident de faire leurs études dans les filières où le français est langue véhiculaire des savoirs (Benrabah, 1999).

  • Groupe social arabophone

La catégorie d’individu qui rejette la langue française en Algérie avance l’argument suivant : le français est la langue de l’ennemi et du colonisateur. Donc, pour ne pas avoir de liens avec le colonisateur, il ne faut pas laisser répandre sa langue. De plus, l’arabe est une langue sacrée. C’est la langue du coran et de la religion musulmane. Il faut qu’elle soit promue, et utilisée dans toutes les institutions étatiques. C’est la raison pour laquelle ce groupe pense que les élèves algériens doivent apprendre la  langue arabe dès leur jeune âge (Abou, 1995).

CONCLUSION

A la lumière de ce que nous avons vu, nous constatons que le français est présent dans tous les domaines en Algérie. De plus, elle jouit d’un statut privilégié,  son importance s’accroit davantage auprès de nombreuses couches sociales. De ce fait, le français ne peut pas être considéré comme une langue étrangère. Son statut doit, donc, être revu afin de redéfinir la méthodologie adéquate pour l’enseigner.

Le fait que l’Algérie compte un grand nombre de francophone est un atout pour ce pays. Il serait donc important d’adopter une attitude de tolérance à l’égard de l’OIF.

Dans le cadre des réformes sur l’école, l’enseignement bilingue du français et de l’arabe avec des volumes horaires similaires serait une bonne initiative à adopter. Ceci afin de doter les étudiants d’outils linguistique leur permettant de réussir dans leur parcours universitaire. Un parcours, où rappelons le, la langue française domine.

BIBLIOGRAPHIE

ABOU, Sélim, L’identité culturelle, Paris, Anthropos. (1995).

Achouche, M. La situation sociolinguistique en Algérie: langues et migration. Centre de didactique des langues et des lettres de Grenoble, 1981.

Ageron, Charles-Robert.« L’opinion française devant la guerre d’Algérie ». Histoire du Maghreb, 2005, 471‑94

Asselah-Rahal, Safia. « Le français en Algérie, Mythe ou réalité? » communication proposée lors du IXème sommet de la francophonie, » Ethique et nouvelles technologies: l’appropriation des savoirs en question», les 25 (2001): 8‑21.

Bellatreche, Haouari. « L’usage de la langue française en Algérie, cas d’étude: le secteur bancaire ». Synergie Algérie 8 (2009): 107‑13.

Benhamla, Zoubeida. L’enseignement du français en Algérie: d’une situation linguistique de fait aux querelles de statut. 2009. Thèse de doctorat. Paris 3.

Colonna, Fanny. Instituteurs algériens: 1883-1939. Vol. 36. Les Presses de Sciences Po, 1975.

Ferhani, Fatiha Fatma. Algérie, l’enseignement du français à la lumière de la réforme. Le français aujourd’hui, 2006, no 3, p. 11-18.
Ibrahimi, Khaoula Taleb. Les Algériens et leur (s) langue (s): éléments pour une approche sociolinguistique de la société algérienne. Éds. El Hikma, 1997.
Queffélec, Ambroise. Le français en Algérie: lexique et dynamique des langues. De Boeck Supérieur, 2002.
Sebaa, Rabeh. L’arabisation dans les Sciences Sociales: Le cas Algérien. Paris: l’Harmattan, 1996.

Zenati, Jamel. « L’Algérie à l’épreuve de ses langues et de ses identités : histoire d’un échec répété ». Mots. Les langages du politique, no 74 (1 mars 2004): 137‑45.


Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

5 réflexions sur « La langue française en Algérie: État des lieux »

  1. Bravo madame Toumert, je crois tout est très bien résumé dans votre texte. La relation qu’entretien l’algérien à la langue de Molière est très importante, elle puise sa force dans cet héritage historique du quasi siècle et de demi de colonisation. Juste une remarque personnelle, je trouve que peu de chercheurs (ici ou là) ne mentionnent suffisamment la proximité du modèle national de l’Algérie avec celui de la France. En toute modestie et sans prendre position aucune, ne pourrait-on pas faire la part de chose en analysant cette proximité des deux nations. Sans nier a l’Algérie son histoire et sa culture, ne serait-il pas utile et vitale d’assumer cette dimension française de la même façon que la France aurait tout à gagner en regardant de façon plus objective l’apport de ses anciennes colonies dans la diffusion de sa civilisation. Et pourquoi pas un projet politique commun pour un futur proche ?

  2. Bonjour, je suis très ravie de voir un constat de la langue française en Algérie, surtout que j’ai travaillé en Algérie pendant 3 ans et que j’ai pensé que la langue française était une langue officielle dans ton pays car presque tout le monde parlent le français et beaucoup ont choisi d’aller en France pour poursuivre leur études. Mais ton article m’a bien indiqué que, malgré une grande échelle d’utilisation de cette langue, le français est prescrit comme langue étrangère par l’Etat, ce qui m’a étonné en fait. Ce qui m’intéresse le plus, c’est la représentation de cette langue chez vous. Vue par différents groupes, le français ne se représente pas de la même manière. Je le trouve intéressant car je crois que l’enseignement du français n’implique pas seulement la langue, mais aussi une construction de l’identité, comme tu as dit pour le groupe arabophone, le français est une langue de colonisateur, ils ne veulent pas apprendre cette langue, non plus la culture derrière cette langue. si je comprends bien, ils veulent une identité pur arabe. Si les élèves gardent aussi cette idée, comment l’enseignant peut l’aider à s’ouvrir vers cette langue? c’est une question que je me pose …

    1. Bonjour Yujing JI
      Je suis contente que mon texte a éclairé ta lanterne sur le statut de la langue française en Algérie. Effectivement, malgré le fait que la langue de Molière est très répandue en Algérie, elle est toujours classée en tant que langue étrangère.
      Par rapport à la question que tu te poses, je vais essayer de te répondre en m’appuyant sur ce que j’ai appris dans mes cours de didactique en Algérie. En effet, cette représentation du français en tant que langue du colonisateur constitue un problème majeure dans l’enseignement de cette langue. Il empêche l’élève de l’apprendre et d’y lire des livres classiques. A cause de cette représentation, l’élève s’investira moins dans son apprentissage. C’est la raison pour laquelle, nos professeurs nous ont recommandé de mettre en place des astuces pour lutter contre ce genre de représentation afin que l’élève puisse apprendre le français sans problèmes.

    1. Bonsoir Monsieur Martin,
      J’ai classé mon texte dans la catégorie « Francophonie ». J’espère que c’est la catégorie adéquate.
      Merci du conseil Monsieur Martin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *