Deux leçons à exploiter en classe de FLE

En feuilletant les pages de la revue le français dans le monde,  j’ai repéré  deux  leçons. La première est d’ordre  lexicale et la deuxième est d’ordre sémantique. Ces deux leçons sont importantes à présenter en classe de FLE. Elles éclairent sur des faits langagiers que probablement un apprenant du français langue étrangère ne connait  pas.

Les deux leçons telles qu’elles ont été publiées dans le français dans le monde.

Leçon 1:

Le lexique : Etc. et les points de suspension

Quand j’étais lycéens, notre professeur de lettre dut punir un de mes camarades pour le guérir d’une fâcheuse manie: il faisait suivre etc. de points de suspension. Heureuse époque!

Etc. abrège la locution latine et cetera(ou cætera) qui signifiait : « et toutes les autres choses »; on peut la traduire par « et le reste » ou par « ainsi de suite ».

Or les points de suspension ont précisément cette fonction: ils servent à compléter une énumération qu’on ne désire pas allonger. Employer des points de suspension après etc. est donc redondant. Pour bien utiliser cette expression, on la fera suivre d’un seul point et on la fera précéder d’une virgule.  Si la phrase se poursuit, une majuscule n’est pas nécessaire. Si la phrase se termine après etc., un second point n’est pas requis. Telle est la norme.

On sent parfois une pointe de désinvolture dans ce etc., abréviation qui termine un énoncé que l’on n’entend pas poursuivre : » Veuillez agréer, Monsieur, etc.,etc. »

On se souvient de la chanson un peu provocatrice de Serge Gainsbourg. « Aux armes,etc. »: la locution etc. dans le refrain remplaçait La Marseillaise tout entière: on comprend que cela ait pu choquer .

Résumons-nous. Pour abréger son discours, on écrira etc., ou bien l’on emploiera des points de suspension. C’est l’un, ou c’est l’autre.

Leçon 2:

Sémantique : Mettre à jour et mettre au jour

Ne craignons pas d’être un peu puriste, à bon escient du moins. Il importe de ne pas confondre mettre à jour et mettre au jour.

Mettre à jour, c’est actualiser: établir quelque chose à la date du jour. Ce mot s’entend ici au sens temporel, celui de l’actualité la plus récente. On dira: « Je me suis mis à jour  dans mon travail »: je n’ai plus de retard. On parle ainsi d’une mise à jour en informatique : l’actualisation des systèmes ou des logiciels fait bénéficier de la dernière version.

Mettre au jour, d’un autre côté, c’est faire accéder à la lumière, c’est à dire à la connaissance. Le mot jour s’entend ici au sens de clarté (pensons à en plein jour, la tombée du jour,etc.) laquelle par métaphore désigne le savoir (le siècle des Lumières). Quand on met au jour, on place soudain en lumière, on porte à la connaissance un fait ignoré: ce journaliste a mis au jour une sordide affaire de corruption.  Si le mot jour est présent dans les deux expressions, on ne saurait donc confondre à jour (qui signifie l’actualité) et au jour (qui signifie une divulgation). C’est tout simple!

Le français dans le monde I n° 404 I mars-avril 2016 .

 


Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

8 réflexions sur « Deux leçons à exploiter en classe de FLE »

  1. Merci Tassadit pour ton article ! C’est marrant, tu m’as fait prendre du recul sur la manière dont j’utilise les points de suspension. Pour moi, ils n’ont pas la même valeur que « etc. », je rejoins Bing à ce sujet. Je les utilise un peu comme quand on ne termine pas sa phrase à l’oral – soit parce que je prends un risque moralement, soit parce que la fin de la phrase est déjà convenue avant que je ne la termine. Par risque moral, j’entends le choix de dévoiler une pensée ambigüe mais seulement à demi-mot: le destinataire peut comprendre ce qu’il veut ou feindre de ne pas comprendre.

    Je crois qu’on peut disposer des signes à convenance et voilà toute la beauté de la langue !

  2. Bonjour Tassadit,

    Merci d’avoir partagé ces deux leçons avec nous et en même temps de nous avoir rappelé l’intérêt qu’elles pouvaient avoir en classe de FLE!
    Je voudrais me joindre à Laure et te recommander des émissions de Bernard Cerquiglini, linguiste français, sur TV5. Dans ces émissions « Merci professeur », Mr Bernard nous fait découvrir la langue française et ses pièges en nous dévoilant l’origine de certains mots, des expressions, des locutions etc. En deux minutes, il répond aux questions concernant des points de grammaire, des mots compliqués ou étranges en l’illustrant de nombreux exemples. Ses émissions sont intéressantes, drôles et piquent la curiosité des amoureux de la langue française (ou des langues en général). Elles pourraient être également une bonne source d’inspiration pour un cours de FLE, pourquoi pas?

    Voilà le lien: http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/lf/Merci-Professeur/p-17081-Clandestin.htm?episode=477&page=1

    Bonne journée!

  3. Bonjour, Tassadit. Merci d’abord de partager les deux leçons pour nous, j’ai quand même un point de vue sur le premier leçon que l’utilisation « etc. » et point de suspendu devrait dépendre de la situation, c’est-à-dire, quand on est à l’écrit, on peut s’en servir les deux.Mais, à l’oral, ou bien, dans un discours, il est évidant qu’on devrait employer le « etc. » au lieu de point de suspension pour désigner « ainsi de suit », n’est-ce pas…
    En fait, « etc. » et le point de suspension n’ont pas les mêmes fonctions dans certains cas. Ce dernier donne plus de l’imaginations dans un texte en tant que tel. Par ailleurs, la présence morale des personnes est parfois plus forte que le moment où elles utilisent le  » etc. » . ça ce que j’y pense.

    1. Sur la question du « purisme », je vous conseille vivement de lire l’ouvrage de Henri Meschonnic : De la langue française. Essai sur une clarté obscure, paris, Hachette, « Pluriel », 1997. En particulier le chapitre 14 : « la langue est pure, la langue est riche »…

      1. Merci Mr Martin. Je consulterai ce livre. C’est important pour moi de connaître davantage d’éléments sur la langue française normée.

    2. Bonjour Laure, effectivement le côté puriste de la langue française m’attire. Pour moi, c’est ça qui fait la beauté de cette langue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *