Les expériences « démocratiques-esthétiques ».

J’ai pu assister ce vendredi 9 décembre à la Maison de la recherche à la communication de Sonia Delmas, qui est en train de finir sa thèse à Paris 3. L’intitulé était « Penser/enseigner la culture en cours de FLE : vivre une expérience démocratique-esthétique ». J’ai trouvé cela très intéressant, et voici ce que j’en ai retenu.

L’intervenante a présenté deux expériences pédagogiques : chacune répondait à une idée directrice de Dewey. Tout d’abord, une expérience esthétique d’atelier d’écriture à partir d’un poème en prose de Rimbaud (« Aube », Illuminations, 1873), auprès d’apprenants japonais dans une université japonaise. Elle a souligné, témoignages à l’appui, la motivation extrême de ces apprenants, pour qui l’apprentissage du français est vécu comme un enrichissement personnel et culturel immense. D’où l’enjeu pour l’enseignant de FLE qui ne peut pas décevoir ces attentes et se doit d’être à la hauteur. Il s’agissait donc de susciter une « attention au texte » en proposant une activité créative permettant de vivre l’approche du texte comme une expérience esthétique. Les textes produits par ses apprenants, d’une qualité impressionnante, ont été mis en ligne sur un site créé par une apprenante elle-même.

http://www.tufs.ac.jp/ts/society/francais2008_2009/

La seconde expérience présentée répondait, elle, à un projet d’éducation citoyenne et démocratique : elle est menée en France, dans une université parisienne. L’enseignante propose une approche de la presse en partant des journaux quotidiens gratuits jusqu’aux revues scientifiques. Il s’agit, si j’ai bien compris, d’offrir aux apprenants la liberté de se constituer une opinion et de devenir des acteurs démocratiques, en leur proposant des lectures d’actualité et en les sensibilisant aux réalités économiques et politiques des journaux d’information.

Ces deux expériences, dont j’espère ne pas avoir trop trahi l’esprit, à défaut d’en avoir restitué toute la richesse, m’ont semblé vraiment remarquables parce qu’elles mettaient l’apprenant au cœur de l’apprentissage de manière active, tout en lui apportant des connaissances culturelles riches et pointues. Je trouve que cet équilibre est rare et admirable.


Une réflexion au sujet de « Les expériences « démocratiques-esthétiques ». »

  1. D’abord, je tiens à te dire Zoé que j’apprécie énormément ton style d’écriture. Tu écris de façon claire et cohérente. Tes paragraphes sont bien coordonnés et bien développés. Ce qui fait que je me régale à chaque fois que je te lis. Pour ce qui de la communication de Sonia Delmas lors de la journée d’étude sur Dewey à laquelle nous avons assisté à la maison de la recherche, je l’ai trouvée tout comme toi intéressante sur tous les plans (le sujet abordé, la façon de le présenter, le contenu de la communication)
    Pour cette intervenante, être professeur de FLE est une chance, c’est grâce à ce métier qu’elle a pu faire la connaissance des étudiants passionnés pour cette langue à l’université de Tokyo. Et grâce à ces étudiants, elle a pu découvrir les représentations positives qui circulent sur la français dans le milieu universitaire de Tokyo. Les exemples qu’elle a cité sont des preuves évidentes que la langue française a de bons ambassadeurs à Tokyo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *