Le calme avant la tempête … ou l’inverse plutôt !

Alors que mes camarades ont déjà partagé de nombreux billets de leurs dialogues & premier rendez-vous avec leur directeur/trice de mémoire, à moi de vous proposer mon petit « épisode ». Alors bien sûr, je précise que le récit qui suit est purement fictif donc même discours « Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite » que la paranoïa en vous fasse pas d’illusions

Ce qui était prévu ?

-Trouver un sujet de mémoire : cela n’a pas été évident …

-Trouver un directeur de mémoire, habilité à la direction de recherche, et « disponible » : cela n’a pas été évident …

-Contacter par un premier mail ce professeur pour lui proposer une rencontre et lui demander si la direction de mon mémoire l’intéresserait, soit l’étape essentielle, le coup de feu du départ de la course :  cela n’a pas été évident …

-Patienter devant l’ascenseur, s’inquiéter, s’imaginer le pire et stresser comme si ma vie en dépendait (oui j’ai ce genre de sensibilité) : cela n’a pas été évident …

Mais alors …

Devoir justifier tous mes choix de recherches à une étudiante avant le rendez-vous, alors qu’on attendait toutes les deux dans le couloir … Cela n’était prévu. Mais contre toute attente, me défendre a été relativement évident. Comme quoi, la roue tourne. Se mettre à l’épreuve. J’étais intimidée par le statut universitaire de ce professeur que j’allais rencontrer, mais faire face au discours d’une autre étudiante au même « niveau » que moi s’est avéré être tout aussi cathartique.

Une fin de matinée de septembre, dans un couloir fréquenté d’un établissement universitaire, alors que je marche vers la porte d’un bureau où on m’attend d’ici quelques minutes, je reconnais un visage familier, celui d’une camarade de M1 de l’année dernière qui engage la conversation :

  • Salut, comment ça va ? Ça fait longtemps ! Comment ça avance, ton projet de mémoire ?
  • Ah salut ! Oui ça va et toi alors ? Bah justement j’attends pour un rendez-vous avec un prof, pour discuter de mon mémoire. Toi aussi non ?
  • Ah mais oui, je me souviens, l’année dernière tu disais vouloir bosser sur l’interculturel, enfin tout ça … c’est toujours d’actu ?
  • Ouais ouais, je veux toujours continuer dans ce domaine mais tu te doutes bien que j’ai précisé le sujet, problématique plus ciblée, contexte et cetera. Je pouvais pas me pointer à un rendez-vous avec ce prof en lui disant « coucou je veux faire dans de l’interculturel ! ». Ça reste un mot clef mais je pense avoir bien déblayé le truc pour aujourd’hui
  • Ah ouais j’avoue. Mais sérieux je sais pas comment tu fais … Enfin, excuse mais, je veux dire, travailler sur l’interculturel ça doit être tellement casse-gueule p*t*** !
  • Oui merci de me le rappeler, fallait pas(sur un ton sarcastique). Non. Vraiment fallait pas. Sérieux t’as pas trouvé plus rassurant que de me dire ça ? (Susceptibilité bonjour !)
  • Pardon mais je comprends pas, t’aurais pu trouver un sujet plus arrangeant non ?
  • Peut être mais si personne ne s’y intéresse encore aujourd’hui ? Y’a déjà de nombreux enseignants chercheurs qui ont jouer le jeu, alors pourquoi pas moi petite masterisante ? Et je sais que je suis pas la seule. Parce que l’interculturel c’est aussi un sacré héritage de recherche qu’il faut absolument entretenir. Faut pas le laisser en stand-by, et aujourd’hui, en 2016, ça doit être encore plus casse-gueule mais peu importe ! Faut un peu sortir de sa zone de confort. Je vais galérer mais je sens déjà que ça en vaudra la peine.
  • Mais justement ! Y’a déjà eu tellement de travaux de recherche là dessus, avec toute une flopée de enseignants chercheurs de renom. Je veux dire … ça sent le réchauffé tout ça. Y’a tellement d’autres sujets inédits que t’aurais pu exploiter, non ?
  • Décidément, c’est pas gentil de vouloir comparer mon projet de mémoire à une part de pizza de la veille réchauffée au micro-ondes hein ! (petit sourire moqueur, Ô Autodérision quand tu nous tiens) Mais là t’es quand même en train de réduire le concept et de le cantonner à une période délimitée, et qui appartiendrait au passé en plus ? Ne me dis pas que t’es pas capable de constater que c’est impossible de fixer le concept dans une période ou dans un article. C’est tout l’intérêt de prendre le risque et de se casser la gueule. Même si c’est du « déjà fait » par d’autres, mes prédécesseurs si j’peux dire, c’est tout un processus d’actualisation qui est en jeu avec des approches nouvelles, avec de nouveaux apports, ce que je vais essayer de faire durant cette année, et comme d’autres étudiants de M2 peut-être le feront dans 10 ou 20 ans. La seule chose qui me préoccupe, c’est qu’on puisse penser que je veuille absolument rependre des concepts comme celui de l’interculturel, de le traiter de manière totalement superficielle ou de le mettre à la sauce « et en 2016 ? » et prétendre vouloir anticiper et refréner les futures approches du concept.
  • Ok, ok je comprends mieux ce que tu veux me faire comprendre. Mais t’inquiètes, je cherche pas à t’enfoncer loin de là. Y’a pas de projets de mémoire meilleurs que d’autres. Je veux pas te laisser croire que je trouve mon projet mieux que le tien. Mais … Enfin c’est juste qu’avec tout ce que tu viens de me dire, je trouve vraiment que c’est naïf de ta part. Genre, quand on parle d’interculturel c’est comme si j’entendais « partager nos langues et nos cultures c’est génial, c’est merveilleux, l’intercompréhension, la diversité, pour un monde meilleur et pour la paix universelle blablabla ». Perso, je trouve ça vraiment utopiste. Alors après je jette pas la pierre à ceux qui tentent de prolonger la recherche.
  • Mais justement ! Tant qu’à faire ! Autant essayer de participer, de toujours contribuer aux réflexions déjà bien entamées à ces prises de têtes autour de « culture ». À aucun moyen je prétends pouvoir apporter des réponses concrètes et applicables à l’instant m*rd* ! Mais je cherche plutôt à élargir toujours plus les opportunités et le champ de réflexions. On est très très loin du monde parfait mais …

Un bruit de la porte d’en face qui s’ouvre et le bout d’un nez qui pointe, puis une tête, avec un visage ébahi, meublé d’un grand front surmonté de lunettes qui s’exclame

  • Ah Mademoiselle, ça fait déjà 10 minutes que je vous attends. Venez, entrez. On va essayer d’être efficace, parce qu’on m’attend à une réunion de groupe de recherche dans moins de 30 minutes !

J’entre dans la salle, je suis sur les nerfs et j’ai l’impression d’avoir passé une audition, d’être passée devant le juge. Mais n’est-ce pas à ce professeur de juger l’ampleur et la pertinence de mon projet ? Je pensais que la tempête allait avoir lieu dans ce bureau mais il s’avère que j’en ressens le plus grand calme en m’asseyant. Comme si la tempête avait eu lieu quelques instants avant, dans le couloir.

 

Tableau : Bateaux hollandais dans la tempête : pêcheur s’efforçant de remonter leurs poissons à bord de J. M. W. Turner (1801) (National Gallery, Londres, Royaume Uni)


Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l’université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *