Présentation de mon projet de mémoire

Thème: L’insécurité linguistique chez les étudiants algériens résidant en Ile de France.

Introduction :

L’Algérie est un pays multiethnique où sont parlées plusieurs langues. Principalement, des dialectes arabes et des langues berbères. Mais aucune de ces langues vernaculaires n’a eu une reconnaissance aux niveaux institutionnels. Il existait en Algérie, avant et juste après l’indépendance une élite plurilingue. Cette élite parle et écrit deux langues,l’arabe classique et le français, mais pas de langues berbères puisqu’ellessontdes langues marginalisées depuis longtemps. Peu après l’indépendance, le pouvoir a décidé l’arabisation de toutes les institutions en commençant par les écoles.La langue française qui était plus considérée auparavant que l’arabe classique se voit reléguée au statut de langue étrangère. La langue arabe devient la langue officielle de tous les Algériens et de l’administration (Benrabah, 1991).

Dès les années 1970, le français en tant que langue d’enseignement a cédé sa place à l’arabe pour arriver à ce qu’aujourd’hui cette dernière soit la première langue d’enseignement de l’école primaire jusqu’au secondaire avec un apprentissage du français en tant que langue étrangère. En revanche, à l’université algérienne, la situation est plus ambiguë et plus confuse, dans la majorité des universités, les cours sont dispensés en français.

L’immigration algérienne en France a commencé vers la fin du  XIXe (Blanc, 2011). A ce moment-là, la France a besoin de la main d’œuvre étrangère pour combattre l’ennemi allemand et les Algériens sont venus en masse prêter main forte à la France. Pendant la crise économique des années 30, cette immigration a enregistré un reflux qui s’est poursuivi jusqu’aux années 1945. A partir de l’année 1974, l’immigration algérienne évolue avec les demandes de regroupements familiaux et la venue des étudiants qui souhaitent poursuivre leur cursus universitaire en France.

Problématique :

Ces étudiants arrivent en France avec un bagage en langue française, mais ils s’avèrent du fait de la politique d’arabisation qu’ils éprouvent des lacunes dans cette langue. Donc, au cours de notre mémoire. Nous allons nous intéresser à la catégorie des étudiants (primo arrivant comme ceux qui sont à leurs dernières années d’étude) .Car il s’est avéré que bien que les étudiants algériens doivent fournir des attestations de maitrise de la langue, leur niveau n’est pas suffisant pour pouvoir suivre un cursus universitaire avec aisance. Cela crée chez ces étudiants une insécurité linguistique, un sentiment définie par Michel Francard (1993)comme étant « la prise de conscience, par les locuteurs, d’une distance entre leur idiolecte (ou leur sociolecte) et une langue qu’ils reconnaissent comme légitime parce qu’elle est celle de la classe dominante, ou celle d’autres communautés où l’on parle un français « pur » non abâtardi par les interférences ».

Le sentiment d’insécurité linguistique se présente sous de multiples formes. Ces formes peuvent être des difficultés à suivre les cours à l’université, à communiquer avec le personnel administratif et aussi à se faire recruter. Lorsqu’ils se retrouvent dans l’obligation de discuter avec les français natifs, les étudiants algériens ne perçoivent pas tous les sons. En effet, il y a un écart entre le français qu’ils ont appris à l’école algérienne et le français tel qu’il est parlé par les français (Weber :2006) et dans la plupart des cas, cela les mets dans un embarras .

Etat de la recherche :

Nombreux sont les chercheurs qui se sont intéressés au concept de l’insécurité linguistique.Ils l’ont étudié, chacun de son côté, en explorant des terrains d’enseignants, de communautés, de groupes d’élèves à l’école (Lafontaine, 1986). Ils existent des travaux sur l’insécurité linguistique des étrangers résidant en France (Hamdi, 2006) mais à notre connaissance il n’en existe pas sur le cas des étudiants étrangers toutes origines confondues. C’est pourquoi, nous avons choisi de travailler sur cette problématique originale, mais en axant et en limitant notre recherche sur les étudiants algériens.

Méthodologie :

Pour étudier cette insécurité linguistique, nous privilégions la méthode qualitative avec la réalisation des interviews tête à tête qui seront enregistrées. Nous choisissons cette méthode parce que l’insécurité linguistique est de l’ordre du sentiment. Nous pensons que nous ne pouvons mieux mesurer ce phénomène qu’avec cette méthode. Donc, l’objet de notre étude portera sur les étudiants algériens immigrés en France. Ce corpus sera retranscrit et analysé pour  servir de base à notre étude.

Bibliographie provisoire

Benrabah, Mohamed. Langue et pouvoir en Algérie: Histoire d’un traumatisme linguistique. Seguier Editions, 1999.

Blanc, Pierre. Révoltes arabes: premiers regards. L’Harmattan, 2011.

Francard, Michel, Geneviève Geron, et Régine Wilmet. « L’insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques. Actes du colloque de Louvain-La-Neuve ». Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, 1993, 1993‑94.

Hamdi, Hanane. « Immigration et insécurité linguistique: le cas des immigrés algériens en France ». Université El Hadj Lakhdar de Batna 1, 2007.

Lafontaine, Dominique. Le parti pris des mots. Vol. 156. Editions Mardaga, 1986.

Weber, Corinne. « Pourquoi les Français ne parlent-ils pas comme je l’ai appris ». Le français dans le monde 345 (2006): 31‑33.

 

 

 

 

 


Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Une réflexion au sujet de « Présentation de mon projet de mémoire »

  1. C’est très intéressant de lire ton projet Tassadit ! C’est vrai que tu m’en as parlé souvent, mais là, à l’écrit, cela me permet de vraiment bien comprendre tes recherches et leur contexte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *