L’écoute, un partage de pensées, une issue à l’impasse

Le Confucius a dit d’autrefois: «Si l’homme a deux oreilles et une bouche, c’est pour écouter deux fois plus qu’il ne parle». L’écoute, depuis l’antiquité, est vue comme une qualité précieuse. Il ne s’agit pas simplement d’entendre les paroles ou les informations données par d’autrui, mais aussi de prêter à l’attention aux connotations, aux sentiments transmis par les paroles. En parlant de la rédaction du mémoire, l’écrit revient tout de suite dans la tête, et l’écoute? Je ne crois pas. L’écoute a vraiment un rapport avec la rédaction du mémoire? Elle peut aider à réussir le mémoire? Dans quelle mesure? J’ai assisté à ce colloque en apportant les questions ci-dessus.
Comme j’avais un cours le matin, je ne me suis arrivée qu’après-midi avec la conférence-atelier de Mr. Ivan Jimenez Garcia, un maître de conférences en espagnol à Créteil Paris-est et chercheur en danse et littérature. Il  a animé avec un visionnage d’une vidéo de danse en nous demandans de faire attention aux mouvements du corps des danseurs et le rythme de la musique. Puis il nous a demandé de faire un petit jeu de mouvement avec les papiers du bonbon. À l’écoute d’une chanson identique, les gens se réagissent de manières différentes. Soudain, j’ai compris que la diversité des mouvements réalisés par des camarades s’explique par l’ajout à l’écoute d’une dimension d’interprétation. Donc, ici, l’écoute consiste en premier lieu à prêter l’attention à ce que nous entendons, et puis à interpréter des informations reçues, à la fin à y réagir corrélativement. Ce processus allant de l’écoute à  réagir me parait un partage de pensées et une interaction entre le locuteur et l’interlocuteur lors de la communication. Cela me rappelle mes propres expériences de faire des dossiers en groupe. Nous commençons toujours par l’écoute des idées des autres et puis partager nos propres idées sur le sujet à traiter. Sans cette étape portée sur l’écoute, nous n’arrivons jamais à s’entendre. En conséquence, quand nous nous trouvons devant un impasse et ne savons pas où se trouve l’issue, c’est mieux de parler avec quelqu’un d’autre.
Ensuite, dans la table ronde «Écrire un mémoire, une expérience d’écoute?» avec des M2 de la promotion 2015-2016, les communicateurs ont partagé leur propre expérience d’écrire le mémoire en misant en accent l’importance de l’écoute. Pendant cette écoute, j’ai commencé à comprendre le lien entre l’écoute et la rédaction du mémoire. Écrire un mémoire n’implique pas seulement l’action d’écrire, il demande aussi tout d’abord une réflexion sur notre propre envie: qu’est-ce que je veux comme le thème de mémoire. Dans cette réflexion, il est possible que nous ne trouvions pas un thème précis ou bien hésitions entre plusieurs thèmes qui ont tous l’air intéressants. Dans ce cas-là, l’écoute de quelqu’un d’autre après la communication avec lui pourrait nous donner une remède éventuelle. En chinois, nous avons un proverbe qui dit que“Le joueur voit moins clairement que le spectateur”, c’est à dire que quelques fois, nous sommes trop concernés que nous perdons de certain mesure une vision globale ou plus large de regarder le problème, en revanche, des gens qui ne sont pas autant concernés ont une distance par rapport à ce que nous voulons de traiter, pourraient donner des suggestions plus ouvertes. Bien sûr, l’écoute ne veut dire pas l’acceptation totale, au contraire, il faut sélectionner les informations utiles lors de l’écoute et aussi faire écouter nos propres pensées, car c’est nous qui devons réaliser la rédaction, malgré des suggestions magnifiques, nous voulons toujours faire valoir ce que nous aimons mieux aborder dans le mémoire. En dernier lieu, il nous faut noter les apports des écoutes effectuées pour qu’elles laissent la trace de réflexions, qui aideront vraisemblablement la rédaction du mémoire.
Bibliographie:
Citation de Confucius https://qqcitations.com/citation/149695


Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *