Stratégies pédagogiques : la méthode biographique comme tentative de (re-)définition et réintroduction du concept de civilisation pour une compétence culturelle en FLE

 « La civilisation était une lubie de non linguiste »[i] Louis Porcher

Aujourd’hui, ce qui fait (fatalement) notre rayonnement à l’échelle internationale, c’est bien notre « culture française ». Mais pourtant, paradoxalement, la langue française ne suscite pas le même engouement à l’image de la langue anglaise. Dans un contexte de mondialisation, de marché des langues et de menaces d’extinction des langues dites « minoritaires », force de constater cette suprématie de la langue anglaise, très largement assouvie pour une hégémonie des Etats-Unis d’Amérique. Militant pour la protection de la diversité linguistique et culturelle, Claude Hagège fait partie de ces personnalités francophones et francophiles, préoccupées des méfaits d’une « pensée unique » (l’auteur et ses ouvrages ont considérablement motivé et initié ce projet de recherches). Notre langue française ? Jugée trop difficile à apprendre. Pour quelles raisons ? Là n’est pas l’objet de mon intervention. Quel est-il alors ? Car en revanche, force à nouveau de constater que notre culture française est l’une (pas unique mais non négligeable) des raisons pour laquelle on cherche à apprendre et parler le français aujourd’hui.

Mais justement, aujourd’hui, est-il encore possible et pertinent de parler d’UNE culture française, de LA culture française ? Selon moi, non, et j’espère ne pas être la seule à estimer que le déterminisme n’a pas (n’a plus ?) sa place dans notre champ. Un concept à la fois riche, intrigant mais si difficile à définir, la « culture » a su trouver ses définitions à travers toutes les disciplines qui s’y sont intéressé, sans jamais pouvoir en fixer des paramètres entre elles : la didactique certes, mais aussi l’ethnologie, la sociologie, la psychologie et philosophie bien sûr[ii]. Parmi les chercheurs qui se sont penchés sur le « sujet », un certain Louis Porcher, déjà en 1986[iii], décrivit nos sociétés comme « multiculturelles », à travers des paramètres de différences et de classification : le sexe, l’âge, la profession, le capital scolaire, mais aussi, la religion, la région d’origine ou de résidence etc. La liste non exhaustive peut être prolongée par chacun d’entre nous.

J’en viens au cœur de ma démonstration : face aux difficultés inconsidérables pour définir le concept de « culture » dans une acception collective, dites-moi, ai-je vraiment tort de penser, qu’avec toutes ces considérations, toutes ces tentatives de définitions et bien évidemment tous ces paramètres de classification, que ce concept de « culture » est fondamentalement personnel, comme condamné à être propre à chacun de nous ?

Vous comprendrez pourquoi aujourd’hui, je juge impertinent voire impossible de transmettre la « culture française ». Ce constat est purement subjectif, inutile de me le reprocher, j’en ai conscience. Mais en tant qu’individu francophone, de nationalité française je dois faire un aveu : je n’ai pas le sentiment d’être issue d’une culture française. Mes préoccupations sont les suivantes : dans le champ de la didactique du FLE/FLS, quelle crédibilité, quelle légitimité, même quelle déontologie adopter alors face à un apprenant en FLE ?

Devant tant de réticences face à la « culture en FLE », je préfère ici m’intéresser à sa petite sœur : oui vous avez devinez, je parle de la notion de « civilisation » ! Un peu tombé dans l’oubli avec l’arrivée de la perspective actionnelle à partir des années 1990, l’enseignement de civilisation, soit de culture française, s’illustre désormais par l’objectif de l’acquisition d’une compétence culturelle, voire « interculturelle ». Certes mais alors la culture de qui ou de quoi ? Pour revenir sur les différentes définitions selon les disciplines, aujourd’hui, les enjeux réels sont devenus quasi politiques : qui se sent Français ? Nous vivons des temps politiques et sociaux tendus ces dernières années, et ce qu’on appelle amèrement la « crise identitaire » est une réelle et triste vérité.

Et en classe ? Nous connaissons et n’allons certainement pas remettre en cause l’impossible séparation entre langue et culture. Pourtant il existe bien des cours de civilisation pour la découverte et l’apprentissage d’une culture cible, sans être forcément contraints à l’apprentissage de la langue cible associée (les universités américaines en sont assez friandes). En revanche, force de constater que l’inverse est difficilement jouable : comment prétendre vouloir enseigner la langue française en faisant fi de sa culture ?

Et dans le domaine de la recherche ? Il y a et il y aura toujours les constats et les recherches de Louis Porcher. Mais entre 1986 et aujourd’hui en 2016 « culture » et « civilisation » ne peuvent pas être fixées ni définies en raison de l’inévitable évolution temporelle qu’elle impliquent. Ces deux concepts ont été étudiées, sont étudiées, et seront toujours étudiée. Alors pourquoi essayer de faire un été des lieux, d’étudier la question pour la réactualiser ?

  • Peut-on envisager un « retour » de la civilisation, non pas strictement comme discipline, mais comme facteur d’apprentissage et d’intérêts pour la langue et la culture françaises, au cœur même d’un cours de FLE.
  • Puisque ce concept de culture et si personnel et singulier, pourquoi pas aller interroger des individus eux aussi très « personnels » et singuliers. L’opportunité de recherches qualitatives nous ouvre les bras grâce et la méthode biographique fait son entrée. À travers entretiens croisés et récits de vie, l’idée et non pas essayer de définir cette notion de culture, mais de toujours plus entretenir les débats et les considérations, en co-narration. Que chacun puisse poser sa pierre à l’édifice, comme l’individu singulier, témoin ou ambassadeur de sa culture personnelle ou collective.

Sur la base des ouvrages de mes prédécesseurs (un aperçu par la bibliographie), des apports théoriques (communication interculturelle, le transculturel, les phénomènes d’acculturation/enculturation/déculturation) l’idée de ce projet est de réévaluer la place et le rôle de l’enseignement culturel par la civilisation, grâce à l’outil de la méthode biographique. Les quelques problématiques qui suivent habitent et -j’espère- vont construire mon projet de recherches :

  • La toute première question à laquelle je tâcherai de répondre est pourquoi une telle défection de la notion de civilisation avec l’arrivée et la pratique de la perspective actionnelle : quelles sont les raisons (que je doute très pertinentes) de cette défection ?
  • Quelle place pour les membres de notre francophonie : s’interroger sur les effets d’inclusion ou exclusion des autres cultures francophones, celles que je m’aventure à désigner comme « non métropolitaines ».
  • L’usage des documents authentiques en classe : ces documents peuvent-ils vraiment rendre compte d’une culture/civilisation « correctement » ?
  • Stratégies aussi vis-vis des stéréotypes et autres clichés : à approuver, oublier, exclure ou mettre à profit ?
  • Dérives culturalistes et risques de « néo-colonialisme », celui idéologique : non voulu mais parfois bien produit inconsciemment ! J’interroge ici la formation des enseignants, en M1 et M2 : nous avons une formation à la didactique du FLE certes mais qu’en est-il de la didactique des cultures ?
  • Et pour revenir au point de départ même : s’intéresser à la langue française pour et par sa culture est une source d’émerveillement, d’admiration et de motivation pour certains, pour ne pas dire beaucoup. J’aimerais mener une relativisation sur la culture française qui serait assez révélatrice des représentations des individus non francophones à travers ce qui peut aussi se s’avérer démotivant de prime abord, en se rendant compte que la culture française n’est pas ce qu’on imagine (et je ne parle pas seulement ici du syndrome de Paris) : découvrir plus en détails la crise qui nous secoue depuis maintenant plusieurs années, travailler sur les stéréotypes, le « côté obscur » de la culture française –non, aucun jeu de mot voulu- ne serait-ce que sur le pan historique de notre civilisation française.

Pourquoi ? Car malgré les crises, une perte de foi en l’humanité et dans nos systèmes sociopolitiques, et les incertitudes face à notre avenir, jamais les citoyens de l’humanité ne se sont autant sont réunis et ont communié face au drame humain. Après « Je suis Charlie », « Je suis Paris », « Je suis Bruxelles », « Je suis Orlando », « Je suis Istanbul », je n’aspire pas seulement à enseigner une civilisation française, mais j’espère surtout pouvoir mener et réussir un travail avec les apprenants sur notre civilisation commune, sur notre humanité.

Bibliographie indicative :

  • HAGÈGE C. Contre la pensée unique, Paris, Éditions Odile Jacob (2001)
  • ABDALLAH-RETCEILLE M., Vers une pédagogie interculturelle, Paris, Anthropos (1999)
  • Études de Linguistique Appliquée n° 47, Juillet-Septembre 1982 « Enseigner des cultures », coordonné par François Mariet, Paris, Didier Érudition
  • CUCHE D. La notion de culture dans les sciences sociales, La Découverte/Collection « Grands Repères » (2010)
  • Le Français dans le Monde / Recherches et applications n°39 (janvier 2006) « Biographies langagières et apprentissage plurilingue », coordonné par Muriel Molinié, Paris, CLE International/FIPF
  • PORCHER L. et al., La Civilisation, Paris, CLE international (1986)
  • JULLIEN F., Il n’y a pas d’identité culturelle, Paris, L’Herne/Cave Canem (2016)
  • LIEUTAUD S. & BEACCO J.-C., Mœurs et mythes : lecture des civilisations et documents authentiques écrits, Paris, Hachette (1981)
  • ZARATE G. Enseigner une culture étrangère, Paris, Hachette/Recherches et Applications (1986)
  • ZARATE G. Article La « civilisation » dans le champ du FLE. Un concept piégé par les idéologies, paru dans la revue Repères, DORIF Universita (2015)  http://www.dorif.it/ezine/ezine_articles.php?art_id=22

[i] « Remises en question » in La Civilisation, CLE International (1986)

[ii] «Une culture peut-elle être porteuse de valeurs universelles ? » sujet de baccalauréat de philosophie, série ES, 2006

« La culture dénature-t-elle l’homme » série S, 2011

[iii] idem note I.

* Image : Le Tour de Gaule d’Astérix René Goscinny & Albert Uderzo, Hachette (1965)


Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

5 réflexions au sujet de « Stratégies pédagogiques : la méthode biographique comme tentative de (re-)définition et réintroduction du concept de civilisation pour une compétence culturelle en FLE »

  1. Avant tout, il faut lire cet article très éclairant et en lien avec notre colloque Dewey de la semaine prochaine :
    https://www.cairn.info/revue-geneses-2003-1-page-111.htm
    Sur le mot « civilisation », je conseille de lire l’article très éclairant de Emile Benveniste (Benveniste, E.(1954c) « Civilisation : contribution à l’histoire du mot », Hommage à Lucien Febvre, Paris 1954 ; Problèmes de linguistique générale, 1966, ch. XXVIII). Par ailleurs, j’ai écrit un article à partir des réflexions de Benveniste : « Au-delà des banlieues, il y a des hommes libres » dans V. Houdart-Mérot et M.-M. Bertucci (dir.), Situations des banlieues. Enseignement, langues, cultures, Lyon : INRP, 2005, p. 175-185.
    Et puis très récemment Leonora Miano vient de publier un ensemble de textes décisifs sur la situation actuelle concernant ces problèmes : L’impératif transgresser (L’arche éditeur, 2016) : je vous le conseille vivement !

    1. merci Monsieur Martin de votre commentaire
      je serai présente au colloque Dewey, programmé à mon agenda depuis plusieurs semaines
      mais surtout merci infiniment pour vos conseils de lecture, que je n’aurais sûrement pas trouvés toute seule !

  2. Merci pour cet article présentant tes recherches.
    Ce travail autour des notions de cultures, civilisations, de comment les définir et les exploiter me touche particulièrement.
    Cependant, bien que tu expliques la différence selon toi entre culture et civilisation, tu oublies je crois une question cruciale dans la question de l’être vis-à-vis de ces notions. Qu’est ce qui fait que chacun, en son être propre( car je suis d’accord avec toi que la culture est personnelle ) se définit comme d’une culture ou d’une autre, ou bien même de plusieurs ?
    Les raisons sont multiples et diffèrent à chacun. Et effectivement, comme tu l’annonces, rendre compte de cas personnels n’expliquent pas en quoi ce que signifie se definir comme étant de tel ou tel culture.
    Peut-être la réponse est elle dans une autre expression, un mode de vie à la française qui serait juste un point commun, un fil rouge à suivre ?
    Il faut bien sûr ne jamais généraliser les aspects culturels que l’on présenterait en classe de FLE et expliquer la réalité de la France.
    Néanmoins, il faut travailler sur les représentations et les attentes des apprenants à propos de la culture française.
    Me faisant l’avocat du diable, je pose la question suivante:
    Et si trop démystifier la culture française serait contre productif pour l’enseignement de la langue française ?

    Dans tout les cas, merci pour ta bibliographie qui m’a donné de nouveaux éléments pour enrichir mes recherches

    1. déjà Brieuc, merci d’avoir pris le temps de lire mon billet
      pour te « répondre », je dois dire que ton commentaire complète et illustre toujours plus les préoccupations qui m’interpellent, car je rejoins tout ce que tu dis, bien que je n’ai pas pu le retransmettre dans ce billet. Mais il semblerait que cette présentation de recherches éveille -chez toi- ce que je n’ai pas pu écrire, ce qu’on ne peut pas lire, l’idée n’était pas non plus de tout dévoiler dans ce billet (pour éviter aussi aux lecteurs de lire un billet d’une longueur décourageante)
      Ces préoccupations concernent fondamentalement la posture de l’enseignant : quelle légitimité, responsabilité -quelle éthique- en soi adopter ?
      Pour ce qui est de cette démystification dont tu parles, bien évidemment on ne peut pas y répondre avec certitude, c’est tout un rapport avec cette fameuse « contextualisation » qui se joue, quel public, quelle institution, quelles attentes et quels buts surtout à l’apprentissage du FLE : pourquoi pas tenter l’expérience et voir, analyser les réactions d’un contexte en particulier ; pour l’avoir déjà un peu expérimenté un peu de manière totalement informelle, je n’ai pas ressenti de contre-productivité bien au contraire mais j’ai bien conscience que dans un autre contexte cela peut être problématique
      Alors merci de ta contribution

      1. Effectivement,
        Le contexte importe beaucoup sur la manière de présenter la civilisation. Car l’étude du contexte permet d’aborder l’aspect politique de la présentation. Le fait que tel aspect d’une culture ne soit pas bien reçue dans un autre contexte…
        Pour autant, est-ce mentir que d’omettre certains aspects ?
        Bref, beaucoup de questions auxquelles tu t’attaques dans ta reflexion.
        Je te souhaite bon courage et suis impatient de lire les résultats de tes recherches ou bien d’en discuter avec toi.
        Brieuc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *