Eloquentia : expérience de la prise de parole, de l’importance d’une écoute

Aujourd’hui, je ne vais pas faire un compte-rendu formel. Mais je tenais à revenir sur cette journée d’études « Expériences d’écoute » du 16 novembre 2016.

Il y a eu « écoute », la nôtre, à la parole des communicants durant toute cette journée. Et il y a eu aussi « expériences d’écoute », sans écouter une parole émise verbalement : je retiens tout particulièrement l’expérience d’accompagnement, menée en binôme où Muriel Molinié nous a demandé d’accompagner notre partenaire sans jamais « parler », à aucun moment, si ce n’est avec nos gestes et nos regards, soit une expérience qui a su en dire long sur notre capacité d’écoute ; il y a eu aussi l’expérience d’écoute d’une mélodie, d’une comptine chantée en langue étrangère que je ne comprenais pas (j’ignore de quelle langue il s’agissait, si un de mes lecteurs ayant participé à cette journée peut m’éclairer ?) avec laquelle Ivan Jimenez Garcia nous a demandé d’opérer des gestes, des mouvements de bras et de mains dans lesquelles nous avions de petits oiseaux en origami, en suivant la mélodie et la cadence de la comptine pour se l’approprier individuellement.

Cette journée m’a particulièrement plu, à travers les communications qu’on a pu nous partager, à travers les expériences qui nous ont amené à réfléchir sur nos capacités d’écoute et d’expression.

Et puis dans la soirée, en traînant sur les réseaux sociaux, je suis tombée sur ce reportage pour France 2 :

« À voix haute » retrace le parcours de préparation d’étudiants de l’université de Paris 8 à Saint Denis pour le concours Eloquentia, un concours d’éloquence, d’art oratoire pour lequel ses jeunes gens vont se préparer pendant 6 semaines, avec l’aide de professionnels : un avocat, un professeur de slam, une femme metteuse en scène entre autre. Ce concours vise à élire le « meilleur orateur du 9-3″ comme on peut l’entendre dans le reportage.

Stéphane de Freitas, le réalisateur, nous plonge dans l’environnement de l’université et suit quelques étudiants/protagonistes dans leur vie, à la fois universitaire mais aussi personnelle, chez eux ou dans les lieux marquants de leur existence, pour une rétrospective : leurs héritages du passé, leur situation au présent et leurs ambitions pour l’avenir. Ces étudiants de Saint Denis ont conscience des stéréotypes qui peuvent leur coller à la peau et les freiner dans leur carrière, « jeunes de cités (…) issus de quartiers difficiles », on retrouve cette crise identitaire. Entre métissage et convictions religieuses, la volonté commune aux acteurs et producteurs de ce reportage est de briser nos relatives idées préconçues : strictement tout le monde peut prétendre à un titre d’orateur, et encore plus ceux qu’on n’imagine pas …

Je trouve que ce reportage est tombé dans mes mains au bon moment, à l’issue de cette journée d’écoute. Et je trouve que c’est une bonne manière de prolonger la discussion, de découvrir encore d’autres axes de réflexion et d’action sur la parole et l’écoute.

Acte de foi

Je vous invite vivement à regarder ce reportage ! Même s’il n’est pas d’une aide directe dans vos recherches respectives, sachez qu’il aura le don de vous émerveiller le temps d’une pause entre deux dossiers ou deux articles, et de remettre en question notre personnalité, notre identité, notre rapport à la parole, à l’écoute et notre pouvoir d’expression (« la parole est une arme » comme l’un des étudiants du reportage le répète), en tant qu’individu parlant mais aussi en tant que futur enseignant. À bon entendeur …

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,148653411.html

(voici le lien direct pour visionner en replay sur francetv.fr, si ça ne marche pas, recherchez le reportage par vous même sur le replay)

(ce mercredi 16 novembre j’avais pu regardé le reportage en intégralité et gratuitement sur YouTube, je n’ai malheureusement pas retrouver le bon lien)

(« À voix haute » a été diffusé sur France2 samedi soir 19 novembre en deuxième partie de soirée, ce que je trouve bien dommage devant la puissance que ce reportage nous apporte)

*Photo : Télérama web

*Vidéo : LeParisienTV


Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l’université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

4 réflexions sur « Eloquentia : expérience de la prise de parole, de l’importance d’une écoute »

  1. Bonjour Floriane !
    Ton billet est très intéressant et m’a rappelé un film (peut-on le considérer comme un documentaire ?) qui s’appelait « Entre les murs » et qui date de 2008. Dans mes souvenirs, ce film traite de thématiques comme celle d’être jeune dans la cité, les problèmes rencontrés mais aussi les représentations qu’on a sur ces jeunes et qu’ils ont aussi sur eux-mêmes. Je me souviens qu’il s’agissait d’un film intéressant ! Peut-être que tu aimerais !
    Bonne journée !

    1. Bonsoir Priscillia
      Alors oui ! je connais et je suis fan d' »Entre les murs » !
      ça fait de la peine de voir qu’entre 2008 et 2016, les préjugés ont difficilement changé, malheureusement …
      Mais on a (et on aura) toujours besoin de ce genre de films et de reportages pour nous « sortir » de notre tour rue Saint Jacques ou pour nous décentrer de notre système de représentations

      1. Oui ! Malheureusement, les choses n’ont pas vraiment évolué… Habitant en banlieue et ayant une mère enseignante d’anglais en lycée professionnel mais surtout en zone d’éducation prioritaire, je peux t’assurer que ce qui est montré est bien la réalité ! Pour le coup, cette tour, rue St Jacques, comme tu dis, m’a toujours paru étrange, comme une sorte cas à part spécifiquement parisien dans le système éducationnel français. Les études universitaires sont bien différentes des cycles précédents, ne serait-ce du point de vue de la motivation à étudier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *