Écoute, une action ou une attitude?

Quand nous devons « écouter » ?

Qu’est-ce que nous écoutons ?

Pourquoi nous écoutons ?

 

Nous pouvons écouter la musique, la conférence, la parole, quelques fois nous n’écoutons que des bruits… l’écoute accompagne normalement une réception et une réflexion. En fait, dans la vie quotidienne, peut-être, nous n’écoutons que des choses que nous nous intéressons,  et que des choses qui viennent de l’extérieur, normalement, nous négligions notre propre son interne.

La journée d’étude du 16 novembre 2016 a axé sur ce thème inspiré — « l’écoute », comme j’ai eu le cours le matin, je n’ai que assisté à la table ronde-atelier et au théâtre partagé de l’après-midi.

Le sujet de table ronde-atelier est « Ecrire un mémoire, une expérience d’écoute ? » qui nous conduit à réfléchir sur la construction du mémoire à travers trois pistes : s’écouter, écouter et produire une écoute. Après ce symposium, j’ai découvert que tous les dossiers sont un processus et un art de « l’écoute ».

Effectivement, l’écoute favorise notre réflexion, premièrement, il faut s’écouter, connaître ce que nous voudrions faire. Dans mes études, je me sens que toutes les réflexions se fondent sur un monologue, je m’interroge, et puis je me justifie. Mes propres expériences ainsi que mes observations de la réalité me donnent toujours des inspirations et m’orientent vers tel ou tel sujet dans lequel je voudrais m’engager.

Par ailleurs, la communication entre les gens est insérée dans une double action : la production et la réception. Je pense que toutes les paroles qui s’adressent à quelqu’un d’autre, s’adressent en même temps à eux-mêmes et vice versa, comme dans le théâtre partagé que nous avons vu dans cette journée d’étude, La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès qui prend la forme d’un monologue, mais ce monologue est écouté par nous, les spectateurs, et il nous a touché profondément. Ce sont peut-être des raisons pour lesquelles nous devons parler de nos pensées avec quelqu’un autre, non seulement pour obtenir des conseils, mais encore nous construisons nous-mêmes des idées en parlant, c’est-à-dire,  nous parlons à quelqu’un autre et à nous-mêmes en même temps. Généralement, après la discussion, nous obtiendrons des nouveaux points de vue qui sont plus variables et plus riches.

Ainsi donc, d’après moi, l’écoute doit devenir une attitude et une habitude. Puisque, si nous choisissons une perspective dans laquelle toutes les choses peuvent nous parler, nous vivrons ainsi donc dans un monde qui est plein d’inspirations et de plaisirs.


Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Une réflexion au sujet de « Écoute, une action ou une attitude? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *