Universels-singuliers et écriture créative : vers une approche interculturelle dans un atelier d’écriture en FLE

Suite à mon intervention en tant que stagiaire auprès d’un groupe-classe en DUEF[1], qui a eu lieu pendant l’année 2015/2016 au sein du CeLFE[2] de l’Université d’Angers, je me suis intéressé à l’étude de l’hétérogénéité du public en situation d’apprentissage du FLE, et donc à l’approche interculturelle en cours de langue.

Ainsi, une revue de littérature m’a amené à repérer une notion clef propre à cette approche : celle de l’universel-singulier. Définie par Louis Porcher comme « l’ensemble de phénomènes qui ont lieu partout et toujours et que pourtant chaque société, chaque culture, traite différemment, à sa façon.» (2004 : 39), c’est en s’appuyant sur cette notion que, d’après Porcher et Martine Abdallah-Pretceille, on peut mettre en place « un enseignement qui mérite le qualificatif d’interculturel » (1996 : 142). Elle favorise en effet la mise en situation dans l’apprentissage, et établit des sujets communs à deux ou plusieurs individus, en leur permettant ainsi de développer parallèlement leurs compétences culturelles.

Non réservé à la pratique de l’oral, l’universel-singulier est adapté à la pratique de l’écrit, et donc peut être mis en place au sein d’un atelier d’écriture créative. Claire Boniface et Odile Pimet, citent, entre autres organismes, le CICLOP[3], qui présente l’atelier d’écriture comme un espace dans lequel « à partir des désirs des participants et du plaisir d’être ensemble, [le but est d’] explorer diverses manières d’écrire, augmenter ses capacités créatrices, changer ses rapports aux autres » (1992 : 13).

En effet, dans cette proposition l’écriture n’est pas conçue comme une finalité, mais comme un « moyen de développement personnel, de relation avec les autres » (Ibid.), ce qui attribue à l’atelier d’écriture son caractère interculturel. De cette manière, et à travers cette recherche, je me propose d’explorer l’atelier d’écriture créative dans sa dimension interculturelle, et d’approfondir la réflexion sur ce que fournit cette approche (dont l’universel-singulier) afin de mieux faire émerger la richesse culturelle en présence et de mieux en profiter, notamment au moyen de  la mise en place d’ateliers d’écriture créative en cours de FLE.

 

Bibliographie

Abdallah-Pretceille, M. et Porcher, L. (1996). Education et communication interculturelle. Paris : Presses Universitaires de France.

Abdallah-Pretceille, M., Camillieri, C., Lipiansky, E.M., Porcher, L. et al. (1999). Guide de l’interculturel en formation. Paris : Editions Retz.

Boniface, C, Pimet, O. (1992) Les ateliers d’écriture. Paris : Editions Retz.

Byram, M., Gribkova, B. et Starkey, H. (2002). Développer la dimension interculturelle dans l’enseignement des langues. Une introduction pratique à l’usage des enseignants. Division des politiques linguistiques Direction de l’éducation scolaire, extra-scolaire  et de l’enseignement supérieur. Conseil de l’Europe, Strasbourg.

Porcher, L. (2004). L’enseignement des langues étrangères. Paris : Hachette Education.

[1] (Diplôme d’Université d’Etudes Françaises), qui atteste des compétences en langue des étudiants étrangers visant une entrée à l’université en France.

[2] Centre de Langue Française pour Etrangers

[3] Centre Interculturel de Communication, Langues et Orientation Pédagogique


Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A.
Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

4 réflexions sur « Universels-singuliers et écriture créative : vers une approche interculturelle dans un atelier d’écriture en FLE »

  1. Bonjour Cristian !
    Je ne sais pas si tu suis le cours N9TC03 de M. Lumbroso, intitulé « écriture, création et transmission ». Dans ce cours, on étudie, en ce moment, des manuscrits (des avant-textes) d’écrivains en se demandant si on peut utiliser les stratégies mises en place par des « professionnels » de l’écriture dans la classe, avec les apprenants, dans un but d’écriture créative. Je ne sais pas si cela se lie au terme d’univers-singuliers dont tu parles mais je sais que certains processus sont généralisés à plusieurs écrivains. Tu peux le lire dans l’article « Langage de l’ébauche : parole intérieure extériorisée » d’Almuth Grésillon.
    Il parle aussi en classe de l’outil du dessin dans l’écriture créative. M. Lumbroso a travaillé avec des apprenants en leur demandant d’écrire un texte sans faire de dessin puis d’en écrire en faisant un dessin. Il s’est rendu compte que le dessin libérait une charge cognitive demandée par la tâche de l’imagination et de l’écriture et donc que l’apprenant écrivait de manière plus ordonnée, avec un vocabulaire plus développé, car la représentation de ce qui devait être écrit était physique. Cela peut s’éloigner de ce sur quoi tu travailles mais je me suis dit que cela pourrait être des pistes intéressantes. Bon courage pour ton mémoire et bonne continuation !

    1. Bonjour Priscillia!
      Merci de partager avec moi l’article de Grésillon et cette proposition de M. Lumbroso, je la trouve très intéressante, et il est tout à fait possible de la réinvestir à l’universel-singulier. Du coup, j’ai toujours employé l’outil du dessin auprès d’un public enfantin, mais cela me fait peser à sa potentialité auprès d’un public adulte, donc ça ouvre des nouvelles voies pour mon mémoire. Bon courage toi aussi pour ton mémoire et à bientôt !

    1. Bonjour M Martin, j’ai déjà pris du contact avec Mme Bergé, qui m’a apporté pas mal de pistes par rapport au sujet. Je vous remercie de votre intérêt et bien sûr je souhaite avoir aussi l’opportunité d’échanger avec vous et votre doctorant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *