La lecture du point de vue psycho-cognitif

           Dans le domaine de l’apprentissage d’une langue étrangère, la lecture a toujours été considérée comme une charpente indispensable pour acquérir les mécanismes liés au fonctionnement de la langue cible. Cependant, l’intérêt pour la lecture répond, tout d’abord, aux exigences de la didactique qui en fait l’un des meilleurs moyens d’atteindre des objectifs d’ordre communicationnel et d’ordre linguistique.

Récemment, la psychologie cognitive élargit le champ d’action de la lecture et soutient l’idée selon laquelle celle-ci ne doit plus se limiter à une activité de prise d’information mais elle doit permettre, en parallèle, l’élaboration des hypothèses sur la signification du texte étudié. Autrement dit, le lecteur doit mettre en œuvre des stratégies et des connaissances méta textuelles telles que les approches textuelles. De ce fait, la lecture devient un exercice d’entraînement et non une fin en soi.

D’après la psychologie cognitive, la lecture ne puisse être efficace que si elle associe entre deux éléments fondamentaux. D’une part, les mécanismes de « bas niveau » basés sur la
reconnaissance des mots. D’autre part, les mécanismes de « haut niveau » impliquant les connaissances générales et textuelles du lecteur.

Cette condition pose problème et soulève la problématique suivante:
– Dans quelle mesure l’ensemble des mécanismes constituant l’activité de lecture présentent des difficultés lors du passage de la lecture en langue maternelle à la lecture en langue étrangère ?

L’article tente d’apporter une réponse à cette problématique en s’orientant vers deux directions :
– Le déficit des mécanismes de base étant donné les spécificités de la langue maternelle par rapport à la langue seconde ;
– Les fonctionnements des autres processus et des processus interactifs.

Ainsi, est-il souhaitable de conférer à la didactique un autre lieu de recherche où l’intérêt majeur consisterait à déterminer une approche susceptible d’estomper les contraintes qui entravent le développement de la compétence de lecture quand on passe de la langue maternelle à la langue seconde.

Référence :

Daniel Gaonac’h, « La lecture en langue étrangère : un tour d’horizon d’une problématique de psychologie cognitive », Acquisition et interaction en langue étrangère.


Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

4 réflexions au sujet de « La lecture du point de vue psycho-cognitif »

  1. Le point de vue psycho-cognitif sur la lecture que vous avez mentionné est très intéressant, et il est très raisonnable, surtout quand nous lisons des textes par le biais d’une langue non maternelle.

    Les expériences de lecture en langue maternelle en quelque sort, déterminent les stratégies de lecture en langue étrangère, et réciproquement, autrement dit, les deux éléments fondamentaux de la lecture proposés par le psychologie cognitive sont pareils quel que soit à travers la langue maternelle ou la langue cible. ainsi donc, cela me fait penser que pour certains apprenants qui n’ont pas eu l’habitude de lire des livres, et qui n’ont pas des expériences assez riches de la lecture, l’enseignant doit tout d’abord mettre en œuvre des approches par rapport aux connaissances linguistiques et textuelles.
    Par ailleurs, pour les autres apprenants qui ont une motivation forte et des connaissances linguistiques et textuelles suffisantes sur la lecture, les difficultés qu’ils peuvent rencontrer dans la lecture, sont normalement comme vous avez parlé, l’interprétation de la langue étrangère à la langue maternelle. Ces difficultés sont beaucoup plus compliquées, sous l’influence de la culture et de la coutume: le proverbe, l’expression fixe, sous-entendu par exemple.
    Si vous voulez, nous pouvons parler de ce sujet qui est aussi important dans mon mémoire. Bonne continuation!

    1. Bonjour Liu Yung,
      La lecture en langue seconde n’est pas considérée comme un objet mais plutôt un outil d’apprentissage. Tu as évoqué que les apprenants peuvent rencontrer des difficultés lors de la lecture au niveau du transfert de code d’une maternelle à une langue étrangère et je partage le même avis. L’accès au contexte est difficile car il y a un ralentissement au niveau de la construction de la signification et des redondances orthographiques qui se diffèrent d’une langue à une autre.
      Merci pour le partage de ta réflexion et je voudrais bien qu’on en discute plus pour le sujet de ton mémoire. Très bonne continuation !

  2. Bonjour !
    Ton sujet m’a interpellée ! En fait, je m’y suis retrouvée et ta problématique me rappelle des difficultés que j’ai rencontrées et que j’ai ressenties lors que je suis passée du lycée, de ma terminale S avec deux heures d’anglais par semaine, à l’université, à ma première année de licence d’anglais où je passais plus de dix heures par semaine à travailler la langue. Cela était mon choix mais je me souviens que le premier semestre avait été assez difficile car nous devions lire The Grapes of Wrath de Steinbeck (en français, ça a donné Les raisins de la colère) en littérature. C’est un livre particulièrement difficile dans le style (il y a beaucoup d’argot et beaucoup de répliques correspondant à une transcription de la parole orale avec toutes les variations des accents, les assimilations…) mais aussi dans la longueur car il fait 464 pages ! Mais ce n’était pas tout ! Nous avions aussi d’autres livres dans d’autres matières, notamment en cours de méthodologie du travail universitaire où nous avions trois à quatre livres à lire. La lecture pour le plaisir se différencie alors de manière très nette avec celle pour l’école car il y a en plus la pression et le stress de ne pas finir l’œuvre à temps. Je me souviens que cet aspect, avec celui motivationnel, ont fortement influencé ma lecture en anglais car j’avais beaucoup plus de mal à me concentrer mais je me fatiguais aussi beaucoup plus vite (je n’arrivais à lire qu’une dizaine de pages avant de m’endormir sur le livre). Je ne sais pas si cela peut t’intéresser mais j’avais envie de partager cette expérience avec toi car ton sujet de mémoire me l’a rappelé ! Bonne continuation dans ton mémoire !

    1. Bonjour Priscilla, J’ai beaucoup apprécié le partage de ton expérience d’apprentissage d’anglais à l’université ainsi que les vicissitudes que tu avais rencontrées au niveau des lectures des livres requis. Je voudrais ajouter deux raisonnements donnés dans cet article qui disent que la dimension textuelle est transférable de la langue maternelle à la langue seconde à savoir la dimension dans l’usage de la langue maternelle n’est suffisamment explicite et les spécificités de la langue seconde qui permet de les compenser à partir de l’expérience de la lecture en langue maternelle.
      En fait, c’était un petit commentaire sur cet article qui me semblait intéressant et que je voulais vous en faire part. Néanmoins, je travaille sur le volet du théâtre et son exploitation dans des classes du français langue étrangère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *