Les trois passerelles pour traverser les frontières de mémoire

 

Quand j’étais étudiante à l’université et lors d’un cours de production écrite, une de mes professeurs de français nous rappellait souvent l’importance d’un plan de travail avant l’étape de rédaction d’un sujet, elle nous disait que : « un travail sans plan c’est comme si on monte dans un avion sans savoir où on va », elle insistait à l’idée de la nécessité d’un plan en soulignant que ce dernier : « est comme un fantôme qui nous suit partout » non seulement dans la processus de rédaction, mais aussi dans toute la vie.

Depuis ce jour-là, je suis consciente de la nécessité de plannifier n’importe quel travail et même de la division de ce dernier en quelques parties qui facilite à son tour la processus de rédaction.

Dans l’œuvre de BRUNO Latour « changer de société, refaire de la sociologie », l’écrivain nous propose quatre carnets afin qu’ils nous aident à la rédaction de mémoire.

Selon Latour, le premier carnet nomé « carnet de bord » sert à documenter les événements que nous rencontrons au cours des terrains :[les rendez-vous, les avis des autres face à l’enquête, l’expérience du terrain, les difficultés rencontrées,…etc.

Le seconde carnet doit contenir la collecte des informations qui sont classées par ordre chronologique en les classifiant par catégories diverses.

Le troisième carnet de Latour vise l’écriture des mots, des phrases et des idées qui semblent pertinentes et nécessaire pour l’écriture de sa thèse.

Le quatrième et le dernier carnet proposé par Latour, a pour objectif de relier les effets produits par le compte rendu sur des acteurs performatifs.

Après la lecture de l’organisation des carnets fait par Latour, je me suis reposée sur mes propres réflexions sur la manière dont je vais plannifier mes propres carnets.

J’ai donc décidé de travailler sur trois champs(carnets) :

-le premier carnet est « horloge-agenda » qui sert à me rappeler les rendez-vous avec ma directrice de mémoire, les dates prévues pour rédiger des chapitres sur mon mémoire, les jours que j’ai choisi pour aller à la bibliothèque afin de consulter des livres, les jours de consultations des mémoires rédigés par des chercheurs…etc

-Le deuxième est intitulé « agrafeuse » qui est pour objectif de collecter des informations(un travail de documentation), des articles lus, des œuvres, des interviews, des contacts avec des profs des langues, des colloques aux quels j’ai assisté…etc

-Le dernier carnet porte le nom de « petits pas », cette partie vise la pratique ; la rédaction des phrases, des paragraphes qui me semblent pertinents pour mon mémoire. Je peux raconter des expériences concrètes et vivantes, des problèmes rencontrés, noter tous les commentaires de ma directrice de mémoire, développer toutes les idées qui tombent du ciel, écrire des réflexions personnelles vis-à-vis de mon sujet de mémoire, des expériences vécues.

J’ai pris l’habitude de noter tout sur des carnets papier que je trouve très pratique (des fois j’ai l’inspiration quand je suis dans des endroits différents, par exemple : dans la rue, dans un bus, un métro, un super marché ou même quand je discute avec mes amis, alors le fait d’avoir ces petits carnets papier avec moi m’évite de ne pas perdre les idées qui me viennent à la tête même si elles ne sont pas développées.

Parailleurs, l’intérêt des carnets est que lors de la processus d’écriture, on se sent à l’aise comme si on écrivait dans son journal intime, le seul endroit où il n’ya ni d’interdit ni de loi où tout est permis, où on ne craint pas l’erreur, on a plutôt le droit à l’erreur afin de s’améliorer et d’avancer.

Prenons le cas d’un enfant qui apprend à marcher et à chaque foi qu’il essaie de se lever il tombe , mais qu’il n’abandonne jamais. Comme le dit David LAROCHE, un coach, conférencier et jeune prodige de la confiance en soi « …les gens attendent une grande réussite pour célébrer….un enfant fait au moyen deux milles essais pour apprendre à marcher… » et c’est  le  vrai sens de réussite pour lui.(les tentatives de marche).

Enfin, grâce à mes trois carnets, je vais passer à l’action de la rédaction de mémoire sans attendre d’être parfaite.

 

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

 


Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *