Une didactique des langues éthique et responsable ?

Au cours du colloque international « Éthique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIe siècle » organisé par le DILTEC[1] le 21 et 22 octobre 2016, je me suis spécialement intéressé du sujet abordé dans la table ronde qui a eu lieu à l’Amphithéâtre Durkheim le 21 octobre de 14h30 à 15h30.

Cette table ronde, intitulée « Une didactique des langues éthique et responsable ? » a été assurée par les enseignants/chercheurs Margaret Bento de l’Université Paris Descartes, Philippe Blanchet de l’Université Rennes 2, et aussi par Olivier Lumbroso et Jean-Paul Narcy-Combes de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Cette discussion, qui a pris compte des différents points de vue des participants a été menée à bien à partir de trois questions principales :

  • Peut-on parler d’éthique en DDL en restant uniquement dans des références de ce domaine ?
  • Quelle analyse peut-on faire des contradictions attestées chez les enseignant-e-s de langues et aussi les chercheur-se-s en didactique des langues entre l’éthique personnelle et l’éthique professionnelle ou institutionnelle ?
  • Didactique des langues et innovation numérique : enjeux éthiques et technologiques ?

Tout d’abord, les intervenants en présence ont été d’accord sur le fait que quand nous parlons d’éthique en didactique des langues, il y a plusieurs domaines qui sont en jeu. En effet, l’éthique est transversale, et elle peut établir des liens avec des disciplines telles que la philosophie et la psychologie, ou encore ; la politique et le numérique. Donc la question de l’éthique est abordable depuis plusieurs perspectives.

La deuxième question a mis en avant l’autonomie de l’enseignant par rapport aux lignes directrices institutionnelles. D’après Lumbroso, la problématique à ce sujet est l’autocensure, c’est-à-dire que la plupart du temps c’est l’enseignant lui-même qui s’impose certaines limites. En revanche, il nous rappelle que le FLE est une discipline en expérimentation qui permet de s’attaquer à un anarchisme professionnel, autrement dit, de jouer avec les outils à disposition. De même, Narcy-Combes ajoute que l’enseignant se trouve dans une dichotomie parmi ce qu’il veut faire et ce que l’on (l’institution) attend de lui, ce qui le place dans un auto-questionnement qui doit tenir compte à l’origine du « Qui suis-je ? » et ensuite des valeurs de l’autre, dans l’esprit de trouver l’équilibre dans sa pratique professionnelle.

Pour la troisième question, j’ai retenu qu’un des enjeux principaux dans le domaine du numérique en DDL est la modification du dialogue homme/machine, car les innovations sont des outils qui doivent rester au service de l’être humain, sans créer une relation de dépendance. De même il est nécessaire d’étudier la pertinence pédagogique et la complexité au niveau didactique et budgétaire de la mise en place de ces outils.

Finalement, cette table ronde a donné lieu à une série d’interventions des assistants, donc le sujet a été plutôt une ouverture à la réflexion personnelle par rapport à son expérience et son domaine d’étude.

[1] Didactique des langues, des textes et des cultures


Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A.
Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *