Réaliser un mémoire de recherche : première étape « s’organiser ».

« Tout fait partie des données », cette phrase se trouve dans l’introduction au chapitre Retour aux fondamentaux : une liste de carnet. Selon Latour, tout ce qui arrive durant la période de l’enquête est important à sauvegarder. Cette façon de travailler me semble fructueuse car elle permet de classer les informations dans des catégories précises et d’y faire appel au moment opportun. Je dois dire que l’année dernière, j’ai trouvé quelques difficultés à organiser mes données, je ne connais pas Latour ni son livre « changer de société : refaire de la sociologie », j’ai donc mis toutes mes données dans un seul sac, ce qui fait qu’à chaque fois que je devais utiliser une information, il était nécessaire de fouiller dans tout le sac. Cette année après avoir entendu Mr Martin parler de ces fameux quatre carnets et après avoir lu le chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets », j’ai décidé d’adopter cette méthode et d’avoir les quatre carnets et surtout de noter tous les jours de nouveaux éléments sur l’état d’avancement de ma recherche.

 

A présent, je ne connais pas encore mon directeur de recherche. Néanmoins, j’ai commencé à noter ce qui me semble intéressant pour mon projet de recherche. Je vais donc faire dans ce qui suit un petit compte rendu de la façon dont je compte organiser mes données dans les quatre carnets.

 

Etant donné que mon terrain d’étude se trouve dans le milieu universitaire, j’ai pu écrire quelques éléments dans mon premier carnet, ce carnet je le consacre à l’étude du terrain, aux rendez-vous avec ma directrice/eur de recherche. Bref, à toutes les situations auxquelles je serai confrontée dans mon terrain. Ce carnet que j’ai intitulé « Journal de terrain » va être enrichi au fur et à mesure que j’avance dans ma recherche. Latour préconise de bien organiser ce carnet de sorte que même des années plus tard on pourra le réutiliser s’il y a nécessité. « Il faut que même des années plus tard, il soit possible de savoir comment l’étude a été conçue, quelles personnes ont été rencontrées, quelles sources ont été consultées, etc..le tout étant précisément daté ». (Latour, 2006 : 195)

 

Mon deuxième carnet, je vais le consacrer à la collecte d’informations. Dans ce carnet, se trouveront les informations utiles à l’élaboration de mon mémoire. C’est-à-dire des résumés d’articles sur la problématique de ma recherche, les informations intéressantes que je trouve dans les livres, ainsi que les comptes rendu des colloques ayant une relation avec mon thème de recherche. Dans ce carnet que j’ai intitulé « classeur d’informations », il faut absolument comme le conseille Latour (2006,195) de classer les idées par « ordre chronologique » afin de pouvoir les grouper dans des sous-catégories spécifiques.

 

Enfin, je dois dire ici que le troisième carnet est le plus important dans le sens où il représente une ébauche voire un pas vers le travail final. J’ai donné à ce cahier le titre de « Ebauche d’une réflexion et mise en relation ». Dans ce cahier, je vais m’entraîner à écrire les principales idées, les différents commentaire et résumés et surtout essayer de mettre en relation ce qui a été observé sur le terrain de ma recherche et les travaux lus jusqu’à présent sur le  thème de ma recherche puisque d’après ce sociologue il n’y a pas de différences entre l’enquête et l’écriture. Les deux activités doivent s’effectuer au même moment d’après Latour.

 

Le quatrième et dernier cahier, je l’ai intitulé « Effets de ma recherche sur les enquêtés ». J’ai donné ce titre à ce cahier afin d’aller dans le même sens que Latour. Pour ce dernier, le quatrième cahier doit contenir « les effets que l’activité du chercheur aura provoqué sur les acteurs du terrain. » (Latour, 2006). Evidemment, ce cahier permettra au public interrogé de savoir ce que l’on a rédigé à leur propos et de commenter cela. Mais comme dit Latour, « cela ne veut dire que ceux qui ont fait l’objet de l’étude ont le droit de censurer ce que l’on a écrit à leur propos ». Donc, ce cahier ne prendra forme qu’à partir du moment où je commencerai à me rendre sur le terrain.

 


Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *