D’ici commence l’odyssée de l’écriture

©JaveriaKHAN
©JaveriaKHAN

 

C’est finalement l’heure de commencer la rédaction d’un mémoire. C’est un voyage long et rébarbatif – une odyssée qui va nous amener d’un point de départ à une destination, que l’on espère fertile. Cette odyssée est délicate et laborieuse. Mais comme on dit dans mon pays, si on doit casser un fagot de brindilles, il vaut mieux les casser une par une. Donc, la première brindille est en l’occurrence le commencement de la recherche – la collecte des données. Pour cela, le sociologue, anthropologue et épistémologue français, Bruno Latour nous montre le chemin à suivre.

La méthode de Bruno Latour est basée sur la collecte des données pour la recherche par l’intermédiaire des carnets (quatre carnets en total).

Bruno Latour part du principe que « tout fait partie des données ». Il propose l’usage de quatre carnets qui permettent d’organiser et de structurer les données et de tenir compte de l’évolution de la recherche.

Le premier carnet : c’est un agenda-calendrier.

Le deuxième  carnet : sert à collecter des informations (idées, références, etc).

Le troisième carnet : est consacré aux essais d’écriture.

Le quatrième carnet : est l’espace pour les réflexions issues des retours et réactions des autres.

En appliquant la méthode de Bruno Latour pour ma recherche, j’ai créé des carnets sous forme de cahiers et des carnets électroniques pour le recueil des données pendant la rédaction de mon mémoire.

  • Les cahiers sont utilisés quand je consulte des ouvrages dans les bibliothèques et pour la prise de notes, des éléments ou des pensées importantes, qui, pour un chercheur au rédacteur puisse venir à l’esprit sur le champ. D’autres cahiers pour prendre des notes pendant des colloques.

RQ : Les colloques sont très importants pour le développement des idées liées à un mémoire.

  • Les cahiers électroniques sont sous forme des documents numériques (fichiers Word), on peut les considérer comme des brouillons pour le travail ou pour les premiers essais. J’ai commencée tout d’abord par un plan (sommaire), une introduction et les noms des chapitres. Ensuite j’ai rempli les parties avec des données que j’ai déjà trouvées lors de ma recherche.

Au cours de temps et avec l’avancement de recherche, il y a des modifications dans les documents (ajout/suppression). A chaque fois que je fais des changements je sauvegarde le nouveau carnet électronique (document) sous un autre nom,

Par exemple : si mon premier carnet électronique a comme nom « mon mémoire 1 », après les modifications, je le sauvegarde sous le nom « mon mémoire 2 », et puis « mon mémoire 3 » et ainsi de suite.

Le dernier carnet donc est le plus proche de ce que j’ai envisagé et qui contient des corrections, des raffinements et des améliorations.

Le premier carnet ou le point de départ est le plus long parmi tous le carnets d’où il contient le recueil des données. Je ne l’efface jamais, Car c’est mon coffre de trésor, Dedans on trouve les outils vastes. C’est mon varia de toutes les données (les articles, les sites de web, les livres, les citations…)

Même pendant la rédaction de ce billet, je m’astreins à l’utilisation de la méthode Bruno Latour en créant d’autres carnets électroniques pour sauvegarder toutes les idées qui font lien à mon mémoire ou des autres billets qui me viennent à l’esprit.

 

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 


Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

2 réflexions au sujet de « D’ici commence l’odyssée de l’écriture »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *