Colloque DILTEC 2016

Entre la rencontre des étudiants du M1 en Didactique du FLE et du M2 de différentes spécialités, des professeurs de la Sorbonne Nouvelle Paris 3 et d’autres universités de différentes régions de France et de l’étranger; et des participants du colloque, il y a eu de éléments importants retenus qui invitent à la réflexion pour nos futurs Mémoires. En effet, des sujets comme les langues régionales, l’identité régionale et linguistique, l’enseignement interculturel, la pédagogie coopérative, l’altérité, les relations humaines, l’autonomie de l’étudiant, l’étudiant comme acteur social, la décentration, l’empathie, entre autres, ont attiré mon attention gráce à leur relation directe avec les réflexions qu’on a déjà eu pendant le M1 et qu’on continue à avoir en M2 autour de la didactique des langues, du côté social et culturel des langues et du rôle de l’enseignant dans la promotion de l’interculturalité en classe du FLE. Ainsi, il m’a fallut juste une demie journée pour avoir beaucoup d’éléments à ajouter à mes réflexions.

D’un côté, l’étude des langues régionales nous mène à réflechir sur des dimensions officielles, sociétales et personelles qui rendent possible ou pas l’utilisation de ces langues dans différents contextes et avec des degrès de liberté et d’oppression différents. L’étude fait par RIVIECCIO sur « L’enseignement des langues régionales à l’école: enjeux moraux et éthiques » nous a fait nous questionner par rapport à la mésure dans laquelle on peut se permettre d’étudier un contexte de langue régionale et de sortir des résultats quand on n’appartient pas à cette région, on ne parle pas cette langue régionale et on des entretiens pour essayer de sortir des explications. Il y a eu en effet une question qui a été posée par une des personnes du public qui a inviter tant l’auteur de la recherche que le public à penser au fait de ne pas parler une langue régionale et d’essayer de sortir des résultats d’un nombre de cas étudiés en sachant que si l’entretien aurait été fait en langue régionale en Italie et en France, probablement les réponses auraient pu être différentes et apporter des idées et de questionnements différents. Cependant, ceci fera partie des implications de la recherche et des contraintes qui invitent à se poser des questions de ce type pour les sujets de recherche à venir. A la fin de la présentation, l’auteur réagit en disant que cette remarque est pertinente et qu’il est vraie que les questions posées aux enfants parlant breton et sardre (Pourquoi vous avez choisi d’étudier la langue bretonne?; pourquoi non?; Voudriez-vous étudier le sardre à l’école?…) auraient pu avoir d’autres directions si elles auraient été posées en langue régionale; à nous de prendre en considération ces remarques pour nos futurs Mémoires. Après tout, l’évidente nécessité d’intégration des personnes qui parlent les langues régionales, la crainte d’une perte d’identité chez eux, le poids de l’identité, lourd à porter, et la fidélité au choix parentaux représentent des points importants à accrocher à nos réflexions en tant que professeurs de langues.

D’autre côté, l’étude fait par BOUZNAKARI sur « L’enseignant du FLE: un médiateur interculturel entre le discours prescriptif et la pratique effective » nous a invité à réfléchir sur des éléments culturels nécessaires à être inclus dans la classe de langue avec des composants historiques et anthropologiques. En plus, elle parle de l’apperture que peut promouvoir le fait de travailler des universelles singuliers, comme elles les a présentés, des thèmes comme la démocratie et la citoyenneté, le civisme et l’altruisme, dans lesquels les rapports de dominations soient d’une importance minimale en relation avec le pouvoir d’inclusion et le point commun que ces sujets peuvent créer en classe des langues. Dans ce sens, l’altérité, l’empathie, le développement de la personnalité, le respet de l’autre, la décentration, la pédagogie coopérative et la dimension humaine seront les facteurs promoteurs d’une pratique effective et éthique dans l’enseignement des langues.

 


MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *