« Écrivez votre compte rendu à la manière d’un journaliste » (Serge Martin) 

En direct du colloque du DILTEC 2016, l’overdose de café et de rencontres

Vendredi 21 octobre :

8H10 : arrivée dans le froid, un œil au radar et la marque de l’oreiller sur ma joue gauche, je passe par cette porte du 14 rue de Cujas. Les organisateurs du colloque m’accueillent avec le reste des arrivants. Regards croisés avec certains de mes professeurs, alors qu’on nous guide dans le dédale des escaliers et passages secrets de ce bâtiment de la Sorbonne. « On se croirait dans Poudlard ». Et puis, quelques minutes de queue avant de pénétrer dans ce fameux amphithéâtre Durkheim que je redoutais de ne pas trouver. Les organisateurs s’échauffent. On sent cette pression, cette volonté à ce que tout se passe bien, comme voulu et sans contre temps. Mais l’atmosphère annonce cet événement tant attendu par nos professeurs et les professionnels réunis pour l’occasion.

8h50 : comme à l’ouverture d’une grande cérémonie, il ne manquait plus que le sous-titre « Je déclare le colloque ouvert ». Les retardataires ? Au balcon. Je reconnais la chevelure blonde de Martine Pretceille assise parmi les premiers rangs.

9h39 : Alors, j’ai perdu le fil … C’est quoi une synapse ? Jean-Pierre Changeux n’est pas didacticien, mais très impressionnant.

10h32 : Changement de décor, au département de Didactique du FLE 46 rue Saint Jacques. Du café nous attend.

10h56 : Je m’apprête à passer toute la matinée dans la salle M. Une première conférence, celle de Paola Riviecco me procure cette sensation de mal du pays alors qu’elle nous présente ces résultats de recherche sur la place des langes régionales, notamment auprès d’un public d’élèves bretons de l’élémentaire.

11h15 : Rachida Bouznakari, enseignante de FLE Maroc, nous confesse le délicat statut de langue française dans son pays : la langue des « colonisateurs » sur une population « colonisée »

11h57 : petit retour en arrière avec Dorra Bassi qui nous rappelle à cette époque très tendue des printemps arabes, et nous révèle les complications quant à l’exercice de sa profession d’enseignante de FLE en Tunisie, face à un public d’apprenants en crise et pas toujours très « réceptifs ».

12h12 : décidément, le timming est réglé à l’aiguille d’une montre. 20 minutes de communication, 10 minutes pour les questions et les échanges. Au suivant. Pas de négociations.

12h28 : une première participation de doctorante, Coraline Pradeau a de quoi nous aspiré (en tous cas, de quoi m’aspiré, moi) aux travaux de recherche pour une thèse. Plutôt décontractée, elle nous expose d’une voix douce et posée ces recherches sur les tests d’évaluation linguistique pour la naturalisation française, et ne montre aucun signe d’hésitations. Sereine et réfléchie aux questions qu’on lui pose, je dois avouer que j’aimerai avoir la même assurance qu’elle (si je m’engage dans une thèse à l’avenir).

14h41 : après une pause déjeuner, un deuxième café, un débriefing avec mes camarades de M2, reprise des hostilités dans l’amphithéâtre Durkheim. Autour d‘une table ronde, Philippe Blanchet muni de son chronomètre aux sons de canards, n’hésite pas à charrier ses collègues sans pour autant réussir à déstabiliser Olivier Lumbroso, l’aisance oratoire en personne, qui réussi se fait applaudir à chacune de ses prises de paroles.

15h43 : troisième café, deux ou trois viennoiseries, la dynamique du colloque bat son plein. Les gens se bousculent dans les couloirs. L’effervescence intellectuelle et didactique, si je puis dire, donne un tout autre visage à ces couloirs que nous fréquentons quotidiennement.

16h40 : Nouveau décor, en salle V où je vais rester jusqu’à la fin de la journée. Nous, étudiants de M2, nous retrouvons face à nos enseignantes de l’année dernière qui expose leurs résultats de recherche sur la formation des M1, à partir des écrits et des productions didactiques que nous avons pu leur fournir au cours de l’année dernière notamment, et dont nous avons donné l’autorisation d’exploitation. C’est alors un mélange à la fois de gêne, de honte et de surprise qui m’envahi lorsque je reconnais des extraits de mes propres écrits qui s’affichent sur leur présentation, à l’écran de la télévision, aux yeux de toute l’assistance. Anonymat total et pourtant, je vois bien les sourires sur leurs visages « Oui Floriane, c’est bien toi qui a écrit ça, merci pour ta contribution ! » semblent-elles dire.

17h39 : quatrième café. La journée commence à se faire sentir et la fatigue aussi. Mais ce n’est pas ce qui va décourager ce trio de doctorants pour leur communication à propos du statut de chercheur : sous l’œil bienveillant de leur directrice Muriel Molinié, ces trois doctorants mettent en scène leur « dialogue » bien répété, pour illustrer les apports d’une posture réflexive dans la recherche, du travail collaboratif de ces doctorants unis par le même intérêt, contribuer à développer de nouvelles et des différentes approches pour la recherche.

Samedi 22 octobre :

9h : de retour à l’amphi Durkheim mais cette fois ci, en retard. Peu importe. Je ne pouvais pas rater cette conférence de Martine Pretceille, dont les ouvrages ont contribué à mes réflexions, à répondre à mes interrogations, cette personne dont le nom figé sur les couvertures de livres se trouve là, à quelques mètres de moi. Même en didactique du FLE nous avons nos « idoles »…

10h13 : pas très en forme depuis ces derniers jours et toujours pas encore parfaitement réveillée, je fais en sorte de me « gaver » de café avant de poursuivre le colloque en salle M.

10h33 : avec Mathilde Anquetil, nous revenons sur les profits de l’usage du Portfolio et la posture délicate de l’enseignant, dont les préoccupations éthiques amènent à des remises en question. Pour ne citer qu’une de ses remarques judicieuses : « le tuteur (qui) est là pour former, et non pour formater »

11h09 : à nouveau une doctorante, Grâce Ranchon, nous présente ces travaux de recherche et son projet d’envergure, inscrit dans les problématiques éducatives actuelles : « Penser le genre en classe ». Je ne peux que saluer son audace pour défendre un projet si ambitieux mais qui réveille tant de polémiques. Je regrette de ne pas avoir eu l’occasion d’aller la féliciter en personne. Mais j’espère sincèrement pouvoir encore entendre parler de cette doctorante bientôt.

11h34 : Troisième café. Encore quelques petites viennoiseries pour me requinquer.

11h53 : Plusieurs regards furtifs au dessus de mon épaule gauche me permettent de reconnaître Madame Geneviève Zarate assise juste derrière moi depuis le début de la matinée dans cette salle M. Quand je parlais d’idoles précédemment : comme Madame Pretceille, Madame Zarate éveille en moi les mêmes admirations. J’évite de trop me faire remarquer par celle dont j’ai aussi lu, pour ne pas dire « dévorer », les ouvrages. Mais je sais que je n’aurai jamais le courage d’aller me présenter. Je tâche de me concentrer sur la communication de Nathalie Borgé qui, comme lors du symposium d’hier après-midi, nous révèle ses résultats de recherche sur la formation professionnelle des étudiants de M1. Cette fois-ci, je ne crains pas de voir apparaître mes écrits à l’écran.

12h04 : un énième café pour faire passer l’émotion. Mauvaise idée. Très mauvaise idée.

12h23 : la meilleure manière pour venir au bout de ces deux journées de colloque grâce à cette table ronde réunissant de grandes personnalités que j’admire : Daniel Coste, Geneviève Zarate, Joachim Dolz et mon professeur Serge Martin. Les prises de parole fusent, les remarques et contributions prolifèrent jusqu’à saturation des préoccupations problématisées. Saturation aussi de la salle : une marée d’auditeurs, assis, debout, débordant par les portes, l’oreille tendue et attentive aux paroles des communicants.

13h34 : un buffet en salle V. Trinquer en compagnie des participants, sur les mots de Valérie Spaëth. Le moment est venu de se tourner vers les autres, vers les communicants, vers mes collègues de M2, pour prolonger le colloque par la discussion, au delà de mes notes, avant de repartir pour digérer mon overdose de café.

Pour ce compte rendu, j’ai tenté de restituer l’ambiance ou l’atmosphère, les éléments significatifs qui me permettront de me souvenir de ce colloque, de ma présence physique et émotive pendant ces deux jours. Mais surtout, je propose à mes lecteurs d’être assis à côté de moi, de vivre mes impressions et mes observations, surtout pour ceux qui n’ont pas pu assister aux communications. Mais j’écris à ma manière, une manière de journaliste, pour mon journal de conscience. J’aurai pu faire un compte rendu sur les différents apports des communicants sur ce thème « Éthique et responsabilités pour la didactique des langues au XXIe siècle », ce qui aurait été vain, car j’aurais eu peur de manquer (beaucoup trop) de rigueur. Aujourd’hui, je me rends compte que la notion même d’éthique fait partie intégrante de mes recherches de mémoire. D’où l’intérêt d’écrire un compte rendu plus personnel. Mais surtout, je tiens à remercier les organisateurs, communicants, et nos professeurs qui ont conçu et développé le colloque pour nous, futurs enseignants en formation, alors que l’éthique nous concerne et dans laquelle nous devons tous nous engager.


Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l’université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

3 réflexions sur « « Écrivez votre compte rendu à la manière d’un journaliste » (Serge Martin)  »

  1. Merci Floriane de nous avoir fait revivre tous les moments du colloque « en direct », comme tu dis.
    J’apprecie beaucoup ta manière d’écriture, celle de journaliste!

  2. Quelle journaliste ! Merci Floriane pour cette traversée du colloque : j’aimerais que beaucoup la lise parce que vous faites vivre ce qui dans les attendus du colloque exigeait cette vie des chercheurs – et vous en êtes maintenant vraiment ! Je laisse de côté la richesse de vos remarques par les détails mais c’est cela l’éthique de la recherche et non de grandes idées qui veulent tout voir, tout dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *