QUI SUIS-JE ?

Samedi 22 octobre 2016

Le deuxième jour du colloque DILTEC 2016 « Éthique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIsiècle ». À la Sorbonne. L’architecture imposante. Un passé lointain… Un passé de gloire intellectuelle. L’histoire. L’art. L’imaginaire.

Lentement, on se déplace de l’amphithéâtre Durkheim aux salles au 46 rue St-Jacques pour la suite de communications. Aujourd’hui, c’est plus calme. Moins de monde. Il n’est pas tellement étouffant dans la salle. En outre, chacun a sa place. C’est déjà bon signe. Je m’installe confortablement. « Tout fait partie des données », me rappelle Bruno Latour. Mon carnet est là, prêt de recueillir toutes les données pouvant me servir…

La communication  de Frédéric Ancieux et de Muriel Molinie intitulée « Vers des démarches portfolios plurilingues contextualisées à l’école primaire aux Antilles françaises ».

Avant de nous présenter la perspective de démarche portfolios plurilingues engagée à l’école primaire en Guadeloupe, ses objectifs et ses résultats, Frédéric Anciaux se penche, tout d’abord, sur le contexte sociolinguistique de ce pays.

Bref, le français est la langue officielle de cette région de l’Outre-mer. Le statut officiel du créole en tant que  langue régionale remonte en 2001. Son enseignement est optionnel à l’école primaire et au collège. Plusieurs dispositifs de classes bilingues français-créole sont élaborés dans les écoles primaires où les langues sont à parité légitime. Il est également  utile de noter la présence des migrants créolophones, francophones et hispanophones en Guadeloupe.

En face d’un tel contexte dont la diversité est bien esquissée, on est d’emblée confronté aux questions de biographie langagière des élèves, de prise de conscience du plurilinguisme par les enseignants, mais aussi de leur formation (dans ce cas là, aux approches plurielles). Comment faire connaître et exploiter ce capital linguistique des élèves ?

Le dispositif mis en place à l’école primaire a pour objectif de sensibiliser les enseignants à la démarche plurilingue, mais aussi la prise en compte et la valorisation du plurilinguisme des élèves. Les activités créatives élaborées par les enseignants au cours de la formation engagent les élèves dans une expérience de recherche en mobilisant leurs références culturelles et plurielles. Leur vécu plurilingue se dévoile, même la surprise des enseignants à l’égard d’une telle diversité langagière. En illustrant de nombreux exemples des activités faites en classe, les intervenants nous ont montré tous les aspects bénéfiques que cette démarche pouvait apporter en classe – la découverte et la valorisation de la diversité et du plurilinguisme, la connaissance de l’autre, l’acquisition des compétences scolaires, la motivation et l’engagement de tous les élèves etc. Si on prend en compte tous les avantages de cette approche, on peut se demander pourquoi une telle pratique n’est pas si répandue dans les écoles ? L’ignorance des enseignants ? L’absence de formation ? Le programme scolaire strict ?…

Cette recherche-action-formation, impliquant les chercheurs, les enseignants et les institutions,  nous montre une bonne cohésion entre ces trois axes. Dans ce sens-là, d’après moi, on peut aborder également la question de l’éthique et de la responsabilité pour la didactique des langues.

Enfin, je quitte vite ce contexte guadeloupéen pour me rendre en Serbie. Cette démarche me  fait penser à la question de la réussite scolaire des élèves roms. L’approche plurielle, permettrait- elle une meilleure intégration de ces enfants à l’école ? Leur valorisation et la connaissance de la diversité ? La prise de conscience de leur plurilinguisme ? L’impact de cette approche sur le développement de leurs compétences scolaires, leur motivation et leur engagement en classe ? Sur leur réussite scolaire? L’enjeu est bien là.

 

 

 


Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

7 réflexions au sujet de « QUI SUIS-JE ? »

  1. Bonsoir MARIJA,
    Merci beaucoup pour ce compte rendu que je trouve très clair et enrichissant! Personnellement, je n’étais pas présente lors de cette communication mais en lisant ton résumé, j’ai pu constituer une idée générale sur le contexte sociolinguistique guadeloupéen, ainsi que sur la manière dont
    le plurilinguisme est prise en compte de la part des enseignants; un critère ou un paramètre que je juge important voire indispensable à prendre en compte lors d’un processus d’enseignement/apprentissage dans une classe de langue…

    Bonne fin de soirée.

    1. Bonsoir Hanane,

      Merci à toi d’avoir lu mon billet!
      Je suis tout à fait d’accord avec toi! Il est indispensable de le prendre en compte, mais aussi de tirer profit qu’il peut apporter en classe de langue au niveau de l’enseignement/apprentissage ainsi qu’au niveau de l’enrichissement de toute la personnalité d’élève.
      Malheureusement, en Serbie, les enseignants de langue ignorent le plurilinguisme de leurs élèves ou, en revanche, ils ne l’exploitent pas faute de formation… Ou d’une autre raison…

      Bonne fin de soirée à toi aussi!

      1. Bonjour MARIJA,

        merci pour ta réponse!

        Malheureusement c’est le cas aussi dans les classes de langue en Algérie, dans la mesure où on relève une négligence de la compétence plurilingue des apprenants ! Et c’est pour cette raison que j’envisage aborder cette question dans mon travail de recherche sauf que ça sera plutôt du point de vue de l’évaluation de l’oral (objet de ma recherche)… Justement pour arriver à voir qu’est-ce qu’elle serait une évaluation de l’oral qui prend en compte le phénomène de plurilinguisme ? Aussi, quelle prise en compte de la pluralité ?

        Bonne journée et bon courage pour la suite…

        1. Ce problème du plurilinguisme pris en compte ou pas est à historiciste dans toutes les situations – la France a, de ce point de vue, une tradition scolaire plutôt monolingue et sourde aux parlers de ses élèves mais cela change tout doucement, lentement… partout ! Au fond, le problème qu’il faut tenir c’est celui du continu entre didactique, linguistique, politique et éthique autour de la notion d’écoute qui me semble à ce niveau capitale… merci à vous deux de chercher des ponts, de passages réflexifs entre vos situations propres. C’est cela la recherche ! et alors, il faut prendre des exemples très précis, des situations qu’il faut observer au plus près…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *