Formation de formateurs (-trices)

Vendredi 21 octobre et samedi 22 octobre, j’ai assisté au colloque de DILTEC de cette année qui s’intitule « Éthique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIe siècle ». Ces deux jours de colloque, j’ai eu l’occasion de me rencontrer des recherches, des nouvelles conceptions et des expériences d’enseignement intéressantes autour du FLE. J’ai pu percevoir des points de vue différents, quelques fois confrontés, selon les statuts des enseignants ainsi que leurs contextes culturels.

Entre autres, le symposium 1 qui se déroule dans la salle V de 16 heures à 18 heures m’a impressionné. En entendant que 7 professeurs ont parlé autour du sujet: « Formation d’enseignants en devenir en M1 : entre prescription et accompagnement ? ». Ils nous ont expliqué comment ils nous ont formé en Master et en Doctorat, en mettant en lumière les rapports entre la formation d’enseignant du FLE et la didactique du FLE. Ce sujet a éveillé des résonances et des discussions dans la classe et aussi m’a donné des pistes de réflexion sur la pratique d’enseignement.

Madame Muriel Molinié a fait tout d’abord une introduction dans laquelle elle a présenté globalement la formation d’enseignement qui est amenée ici, c’est une Recherche-Action-Intervention sur le développement professionnel en didactique des langues et des cultures et en sociolinguistique via des mises en discours variés, favorisant des formes de réflexivité socio-formative et socio-professionnelle. Cette formation a 2 objectifs, l’un pour transformer les savoirs en actes, en actions et en pratiques professionnelles, l’autre pour former à (par) la contextualisation, il s’agit d’amener les étudiants à prendre en compte de leurs propres participations à ces dynamiques sociales, auxquelles ils contribuent en tant qu’un enseignant.

Puis, les professeurs nous ont présenté précisément à travers 4 unités: « Les unités didactiques conçues », « Textes écrits à partir de cours observés », « Rapport de stage » et « Entretiens biographiques croisés et bilans de formation ». Parmi eux, je me suis intéressée sur l’approche inductive explicite de la langue—une démarche nouvelle entre apprivoisement et questionnement. Nous savons bien que dans l’apprentissage de langue, maîtriser les connaissances grammaticales, c’est une nécessité incontournable, mais l’enseignement de grammaire pour nous n’est pas si facile, parce que d’une part, nous nous peut-être confrontons à notre propre insécurité linguistique, c’est-à-dire que nous avons peur de faire des fautes de français, d’orthographe et de grammaire, ou bien pour pouvoir corriger correctement des erreurs, il nous faut pouvoir expliquer la règle menant à une production correcte afin que l’apprenant réitère pas cette erreur. D’autre part, ce n’est pas évident d’établir une relation entre les règles grammaticales et la pratique dans la vie quotidienne. C’est pour ces raisons que les professeurs nous ont proposé l’approche inductive. L’avantage de cette approche est que les apprenants formulent la règle avec leurs propres mots, bien qu’ils soient de nombreux tâtonnements, les règles ne seront pas oubliées peu de temps après.

En fait, l’enseignement de la grammaire n’est pas un sujet inédit en didactique du FLE, et la démarche déductive et inductive, d’après mes propres expériences d’apprentissage et d’enseignement, les deux ont des avantages et aussi des inconvénients. J’ai appris la grammaire totalement à travers la démarche déductive, j’ai pu comprendre les règles très rapide et très clair, mais dans la communication réelle, étant donné une absence de connaissances sur le contexte, j’ai toujours mal à utiliser, ainsi que je ne peux pas les produire spontanément. En revanche, les apprenants dans mon stage qui étaient dans un milieu homoglotte, ont appris la grammaire majoritairement par la démarche inductive, pour eux, le processus inductif est complexe et pénible, elle cause donc des confusions sur les règles.

D’après moi, ces deux démarches sont deux logiques de pensée, chacune a des lacunes. Nous supposons ainsi donc si la démarche déductive et inductive peuvent se compléter, c’est-à-dire que la démarche inductive est une bonne entrée afin de sensibiliser les apprenants aux règles grammaticales. Mais, nous devons les expliquer explicitement pour que les apprenants puissent vérifier leurs résultats d’inductions.

Par ailleurs, je pense que toutes ces hypothèses nous amènent aussi à réfléchir sur l’application des règles grammaticales dans la communication réelle, sinon, le processus d’appropriation de grammaire n’accomplis pas. Les importances d’appliquer les savoirs dans le terrain et de percevoir les interactions de mettre les théories en pratique sont aussi mentionnées dans les 3 dernières unités de ce symposium.

En tout cas, je me sens profondément que notre formation de FLE établit une interaction forte entre la théorie et la pratique, elle nous conduit à rechercher, à approfondir et à découvrir des nouvelles conceptions en prenant en compte nos propres contextes culturels. La didactique du FLE de nos jours, n’est plus seulement pour transformer les savoirs, mais aussi pour former un esprit et une vision ouvertes et créatives. C’est aussi les raisons pour lesquelles nous, en tant qu’un enseignant, devrons réfléchir sur « Quelle éthique et quelle responsabilité que le professeur doit adopter ».


Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *