Merveilles de la nature humaine

Compte rendu du colloque

I. Ouverture

Le colloque qui s’est articulé autour du thème « Ethique et responsabilités de la didactique des langues au XXI siècle » était très intéressant car cela m’a permis de repérer quelques méthodologies de recherche répandues dans le domaine du FLE et d’alimenter ma réflexion sur mon sujet d’intérêt.
L’ouverture du colloque par Jean-Pierre Changeux (Institut Pasteur (Paris)) à l’amphithéâtre Durkheim a donne lieu à la conception d’un regard général de la didactique des langues en traitant la question de la nature humaine. En effet, du point de vue de la neuroscience, la didactique, en passant par la nature humaine, se procure une image sous-jacent et plus complexe à ne pas ignorer. En partant de la complexité du fonctionnement du cerveau, il a expliqué comment les êtres humains, même si issus de la même espèce, se diffèrent dans la manière dont ils pensent et se comportent. D’ici, il a illustré les processus du cerveau en dévoilant le fait que nous possédons les mêmes gènes et que ce qui nous permet de se distinguer de l’autre, c’est-a-dire les traits spécifiques et singuliers a chaque individu, ce sont les combinaisons ou, selon lui, les synapses de ces gènes qui se tiennent dans chaque cerveau. En décrivant comment ces synapses façonnent notre cerveau, il a aborde aussi des points faisant souvent l’objet des débats et le plus saillant d’eux sur lequel il a insisté était la question sur la possibilité de prédire les conduites humaines. D’après lui, l’ « universalité » de notre gène ne signifie pas que cela nous donne déjà l’outil efficace pour déchiffrer ces conduites à mobiliser par chaque individu car, à nouveau, chaque combinaison ou synapse est unique à sa manière, d’où la notion de la variabilité des synapses.

II. Enseignement des langues régionales

(Le choix de faire un compte rendu de la communication de M RIVIECCIO relève du fait des notions liées à mon sujet d’intérêt.)
En salle M, de 10 H 45 à 11h10, Mme RIVIECCIO a fait une communication de sa recherche intitulé « L’enseignement des langues régionales à l’école : enjeux moraux et éthiques ? » concernant les langues régionales, le sarde et le breton. Cette recherche vise à aboutir à un projet identitaire impliquant les enfants parlant ces langues. C’est en fait un projet dont l’objectif principal est d’expliciter les représentations de ces enfants de leurs langues maternelles face à leur langue de scolarisation. Pour y parvenir, elle s’est servie des biographies langagières issues de son terrain de recherche. Là, elle a abordé des points souvent débattus à propose de la place des langues régionales en explicitant les enjeux sous-jacent qui se cachent derrière le système éducatif de son terrain face à ces langues.

En étudiant le cas du breton et du sarde, elle s’est posé des questions sur le statut des langues. Elle s’est interrogée sur les choix éducatifs des institutions mettant à l’ écart lesdites langues au profit de la langue de scolarisation, ces choix façonnés par des idéologies sous-jacentes. De ce fait, les enfants sont amenés à accorder plus d’importance à leur langue de scolarisation. L’inévitabilité de celle-ci du fait du son statut a contribué à la mise en question de leurs identités, d’où le la nécessité d’une construction identitaire. Là, elle a parlé plusieurs fois de la remise en cause de ces choix afin de saisir les enjeux tels que la marginalisation des langues régionales et le risque de poids identitaire de la part de ces enfants. Cette question renvoie toujours au rôle décisif des écoles détenant le pouvoir d’imposer des choix éducatifs surtout ceux recouvrant les langues à enseigner/apprendre a utiliser comme langue à visée scolaire. De là, elle a fait aussi une analyse autour des représentations en demandant aux enfants ce qu’ils pensent de toutes les langues à leur disposition et la place qu’ils accordent à chaque langue. D’après les entretiens effectués auprès d’eux, elle a remarqué la forte présence des représentations appauvrissant la place de leurs langues maternelles au profit d’une langue dominante.
Enfin, un point saillant qu’elle avait bien développé était la question éthique de la prise en compte des langues régionales, cette question qui tient aux conflits représentationnels des langues (langue dominante vs langue minoritaire). La réflexion autour de cette question l’a amené à mettre au cœur de cette recherche la nécessité d’intégration des langues, de transgression pour prendre position vis-à-vis des directives des instituions éducatives souvent privilégiant certaines langues, à raison des valeurs politiques, pour demander un peu plus d’ouverture et d’engagement en parlant de la prise en compte d’autres langues en présence et d’activités favorisant un retour sur leurs langues maternelles telles que les jeux. Ces démarches pourront aider ces enfants à surmonter la crainte d’une perte d’identité.


LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *