assimilation linguistique et culturelle

J’ai eu l’occasion d’assister au colloque international intitulé : « éthique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIe siècle », qui s’est déroulé du vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre, et organisé par les membres de DILTEC.

Deux jours pleins et un buffet à la fin m’ont donnée beaucoup d’énergie pour nourrir mon esprit ainsi que mon estomac. Pendant ces deux jours et parmi ces communications, j’ai choisi celle qui était la moins difficile et la plus claire pour moi :« Tests d’évaluation linguistique pour la naturalisation française : éthique et impact social pour les candidats », dirigée par une doctorante de notre université et du nom de Caroline PRADEAU. Cette communication a commencé à 12h15 dans la salle M par une belle voix de femme, qui m’a sauvée d’une masse de brouillard. Elle n’a parlé ni trop vite ni trop lentement et s’adaptait à mon habitude de compréhension. En effet, ce sujet est également très intéressant pour moi, puisqu’en tant qu’étudiante étrangère, j’ai dû passer un test – TEF ou TCF – avant d’aller en France pour faire mes études, afin de valider mon niveau de français. Pour entrer à l’université, il faut réussir au minimum le DALF C1. Donc, j’ai envie de savoir : comment se passent les tests d’évaluation linguistique pour la naturalisation en France ?

Durant cette communication, cette jeune doctorante s’est interrogée sur l’éthique des tests linguistiques pour la naturalisation. Elle a pris le niveau B1 en exemple en donnant 3 cas de figure pour justifier d’un niveau B1 oral : diplômes, attestations et entretiens d’assimilation en préfecture, pouvant se présenter sous deux formes : standardisés et non standardisés. Les premiers peuvent être réalisés par le TEF pour la naturalisation de la CCIP et le TCF ANF du CIEP. Les seconds vont être délivrés par un organisme de formation FLI à travers des entretiens d’assimilation en préfecture.

Tout de suite, elle nous a dirigé sur la fiabilité des tests FLI et des tests TCF et TEF pour la naturalisation. Pour les tests FLI, les principes de fiabilité ne sont pas assurés, puisque c’est une procédure de labellisation et d’audit peu rigoureuse. Par contre, les tests TCF et TEF pour la naturalisation peuvent souvent avoir une assurance qualité validée par ALTE (the Association of Language Testers in Europe). La question qui a retenu le plus mon attention est celle de l’équité des entretiens d’assimilation linguistique. Il arrive souvent que l’on confonde l’assimilation culturelle et l’assimilation linguistique pour valider les entretiens. Afin d’illustrer ce genre de confusion, Caroline nous a montré quelques exemples de questions à la préfecture des Yvelines, en prenant le niveau difficile : « quelle est la place économique de la France dans le monde ? » « Pouvez vous citer trois écrivains français? »

Il faut garder deux points à l’esprit pour éviter de confondre assimilation linguistique et assimilation culturelle. D’un côté, il faut, en termes de connaissances, dissocier l’évaluation des connaissances linguistiques de celle des connaissances sur le patrimoine historique et culturel français. D’un autre côté, en terme de compétences, il faut dissocier l’évaluation des compétences de compréhension orale de celle des compétences de compréhension écrite.

mots-clés : Tests d’évaluation linguistique, naturalisation française, fiabilité , assimilation linguistique, culturelle, connaissances linguistiques, compétences orales et écrites


Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *