C’est parti, mon voyage d’écriture !

 

Dans le chapitre 5: « Rédiger des comptes rendus risqués » de son livre, Changer de société. Refaire de la sociologie(Paris, La découverte, 2006, p. 194-197), Bruno Latour nous propose de tenir quatre carnets durant le travail de recherche et la rédaction d’un mémoire.

En effet, « Rédiger le mémoire » est un sujet fastidieux qui est encore accompagné dans ma tête d’un point d’interrogation. Cependant, je suis consciente que je dois absolument chasser mes doutes et c’est pourquoi j’ai décidé de considérer cela comme une chose plaisante dans ma vie, avec laquelle je peux m’amuser. Personnellement, j’adore découvrir de nouveaux horizons, comme un voyage d’aventure! Donc, il est temps de mettre un peu de voyage dans ma recherche de mémoire.

Le premier carnet, tout d’abord, je vais l’appeler : « planning »

En général quand on voyage, on se pose des questions essentielles avant le départ: où je pars?, pour combien de temps?, comment j’organise mon voyage?, etc. Puis, on se prépare au fur et mesure jusqu’au jour du départ. Ce premier carnet, donc, me permet de noter et planifier les informations et les enquêtes comme un agenda de voyage.

Le deuxième carnet s’appelle: « faire son sac »

Pour le voyage, il n’y a pas de moment précis pour décider de partir. Je dirai que c’est un voyage improvisé. Mais il est nécessaire d’avoir une organisation au préalable: que dois-je emmener dans mon sac à dos? Puis, on se fait une liste de ce qu’on veut emporter. On peut y mettre plusieurs choses, comme par exemple, des vêtements, des chaussures, des médicaments, une pochette multimédia(appareils et chargeurs, etc). On les met et les range bien, chaque chose à sa place, dans son sac à dos. Donc je vais collecter et classifier les données trouvées, en réfléchissant sur la recherche, dans mon deuxième carnet.

Le troisième carnet: « traces de pas »

Dès qu’on arrive à destination, que fait-on? On se réveille un beau matin dans un espace inconnu. Puis, on se balade et commence à réaliser que la vie a d’autres couleurs que celles qu’on lui connaissait. On passe à une perspective de touriste et on ne voit plus le monde de la même façon. Personnellement quand je voyage, je fais défiler la carte le soir après être rentrée dans ma chambre et j’y indique le trajet que j’ai parcouru la journée. Je laisse donc les traces de pas sur la carte pendant mon voyage. Mon troisième carnet me permettra donc de noter des idées conçues, des expressions, des paragraphes pour ne pas les oublier rapidement.

Enfin, le quatrième carnet: « tampons de passeport »

Mon père travaille à l’étranger depuis longtemps. Quand j’étais petite, je me souviens qu’il me montrait son passeport avec plusieurs tampons en couleurs qu’il a reçus lors de ses voyages à l’étranger en racontant les histoires qu’il a vécues. Pendant ces moments-là, il a partagé sa vie et ses expériences avec sa petite fille(moi) et il m’a permis de vivre aussi des expériences nouvelles comme lui et de me lancer de nouveaux défis. En plus, il m’a appris qu’il n’y a pas de peurs que l’on n’est pas capable de surmonter et il m’a donné une confiance en moi-même pour le voyage. Avec mon quatrième carnet, je noterai tous les effets que j’ai obtenus, des conseils et des commentaires pour développer la rédaction de mon mémoire.

Quand on voyage, on devient une tortue qui porte son domicile. C’est son sac à dos. Donc je vais toujours garder mon carnet de recherche à portée de main comme une chose précieuse – mon sac à dos de voyage.

 

Bibliographie:

LATOUR, Bruno, 2006, Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, p. 194-197.


Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

Une réflexion au sujet de « C’est parti, mon voyage d’écriture ! »

  1. Bonjour Minji,

    J’ai beaucoup apprécié le lien que tu as fait avec le voyage avec les quatre carnets de Bruno Latour. Je n’y avais pas pensé mais, en effet, l’écriture de notre mémoire est en fait un voyage (d’écriture), comme tu l’as toi-même dit.

    Bon courage pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *