L’enseignement et la vie confondus : un éminent danger

Je suis assise depuis une modeste heure et sa demie dans la salle M du troisième étage du 46 rue Saint-Jacques quand Dorra Bassi, Docteur en Littérature et Civilisation française, enseignante à l’Université de Tunis, prend place derrière l’estrade boisée, classée aux monuments historiques depuis le 30 septembre 1975. Il est 11h45. Nous sommes le 21 octobre 2016. Elle est la troisième personne que j’écoute parler vite, ce matin. Elle est là pour présenter sa communication « Les tabous et dérives en cours de FLE : enseigner la civilisation en période de transition politique ». Elle aussi parlera vite.

Elle prend sa respiration, regarde le public, ses notes. Elle parle. Vite. Comme celles qui l’ont précédée. Dire beaucoup dans peu d’espace. Raconter des mois en vingt minutes. Récits de vie. Deux. Des expériences tunisiennes d’enseignement de la civilisation auprès d’étudiants de la Tunisie post-révolutionnaire, dans des contextes différents.

La question des sujets tabous se pose d’emblée : a-t-on le droit de parler de politique, de conviction religieuse en classe ? La réponse est évidente : les seules contraintes sont celles que l’enseignant s’impose à lui-même. Elle a donc choisi de s’autoriser à le faire !

D’abord, de janvier à mai 2011, dans le cadre d’un enseignement des révolutions françaises (1789, 1830, 1848, 1871 et 1968) à l’Institut des Sciences humaines de Jedouba (Nord ouest de la Tunisie), elle a vécu avec ses étudiants des moments d’échanges informels, ces situations inductrices de paroles libérées. Les corpus de textes devenaient un prétexte pour parler d’un sujet d’actualité, un point de départ pour aller vers le quotidien. Ils ont dû expérimenter la vie dans un espace de paroles, écouter, s’écouter, échanger, argumenter, communiquer de façon non violente.

Ensuite, de janvier à mai 2016, dans le cadre d’un enseignement de la civilisation à travers les textes du XVIIIe siècle sur la tolérance, à la Faculté de Tunis, et forte de son expérience précédente, elle a choisi de faire parler les étudiants pour ensuite aborder les textes. En leur posant des questions sur des sujets sensibles tels que l’obligation de porter le voile, l’obligation de porter un uniforme, le mariage mixte ou encore l’homosexualité, elle leur a permis de prendre conscience de leur système de valeurs et d’élaborer un contenu axiologique. En leur prouvant qu’eux-mêmes – mais comme nous tous aussi – sont intolérants, elle les préparait à aborder des sujets plus sensibles encore – les vrais sujets d’actualité – pour mettre en lien le jihad (les départs et les retours) et les religions (toutes étudiées avec de la distance) avec Diderot.

Elle a interrogé les dérives possibles, l’emprise que peut avoir un enseignant sur ses étudiants. Elle a mis en regard propagandes politiques, idéologiques et religieuses et éducation. Elle a perçu le danger. Elle a interrogé la légitimité de l’enseignant qui prétend faire de la maïeutique en lieu et place de la transmission de savoirs.

Au final, l’étudiant peut-il réellement libérer sa parole alors qu’il s’affiche devant le professeur qui validera ou non son semestre ?

Cette expérience a rappelé à ma mémoire ces moments où tous les acteurs d’une classe sont pris d’assaut par une actualité proche et violente. Ces moments où tout le monde veut parler mais n’a pas d’espace de paroles. Ces moments où l’adulte se retrouve seul face à trente gamins de huit ans avec l’envie de pleurer mais qu’il retient ses larmes. Ces moments où il leur demande de sortir le fichier de math parce qu’il vaut mieux faire comme si de rien n’était, parce qu’on n’a pas les mots pour dire. Ces moments où la parole qui s’échappe est aussitôt attrapée, consignée, jugée, trahie. Ces moments où l’émotion est trop grande pour parcourir la distance qui sépare les cris des échanges non violents. Ces moments où l’on choisi de leur imposer ce qu’ils doivent penser, dire et surtout taire, parce qu’on ne sait pas quoi faire de cette parole qui déboule. Ces moments où la confrontation entre des systèmes de valeurs différents est saillante. Ces moments où l’Altérité est douloureuse au point de vouloir y mettre un terme. Ces moments où l’on se surprend à se complaire dans une pensée hégémonique. Ces moments où les mots mentent. Ces moments où les maux mentent. Ces moment où les mômes mentent. Répétition générale. Césure. C’est le moment où l’on baisse la garde pour écouter l’Autre. C’est le moment où l’on parvient à se décentrer pour se mettre à sa place. Le moment où l’on s’affranchit de son propre système de valeurs pour entrer dans celui d’un autre. Celui où l’on croit le faire. Le moment où l’on s’autorise à penser comprendre. Ce moment où l’autre a senti qu’il pouvait être autre. Le dernier moment. Alors on est enseigné, et de maître on devient élève. Écoute.


Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

8 réflexions au sujet de « L’enseignement et la vie confondus : un éminent danger »

  1. Bonjour Magali, Merci pour ce compte rendu qui m’a laissée perplexe lors de sa découverte (vous excuserez mon ignorance mais c’est par un pur hasard que j’ai découvert cette page).
    Je veux pour commencer m’excuser pour avoir justement partagé ce moment de frustration. vous imaginez, et savez bien qu’il est encore plus intense du côté de l’intervenant. Je tenais aussi à vous remercier pour avoir ouvert un nouvel espace de discussion qui me permet justement de dire -après avoir lu le commentaire de Priscillia Mollard-Cadix- et de confirmer que la censure et encore plus l’auto-censure ne sont pas forcément là où on croit les trouver. Elles peuvent aussi bien toucher les institutions les plus progressistes, parfois bornées dans une vision trop obsédée par une ligne de conduite idéologique que les démocraties les plus anciennes.

    1. Merci à vous, Dorra, de poursuivre l’échange !
      C’est vrai que la censure et l’auto-censure, non seulement surgissent là où on ne les attend pas, mais aussi quand on ne s’y attend plus. J’ai en effet été surprise d’avoir hésité avant de faire lire à des enfants un poème de Prévert – dont je tairai le titre – par ce qu’il contenait de subversif ou de potentiellement choquant pour les uns, offensant pour les autres… Finalement, plutôt que de penser à la réception qui serait faite de l’auteur, je me suis recentrée sur l’oeuvre, à la fois française et universelle, en ayant conscience que des remarques allaient être formulées. Prête à ouvrir l’espace de paroles qui accueillerait les subjectivités parfois opposées les unes aux autres, je m’attendais à devoir défendre un texte… Et puis il ne s’est rien passé : les enfants ont accueilli le texte dans sa particularité, bien conscients qu’il ne dispensait aucune leçon de vie à recevoir…
      Et leurs paroles ont porté sur le texte, et non pas sur son acceptabilité morale.

  2. Bonjour Magali !
    Je n’étais pas dans la même salle que toi mais je partage ton expérience ! Le rythme du colloque reste très intense et semble presque « frustrer » les intervenants qui doivent réduire de manière excessive les travaux sur lesquels ils passent tant de temps…
    Pour ce qui est de la liberté de l’enseignant, je voulais juste partager avec toi une expérience que j’ai eue l’année dernière aux Etats-Unis. Là-bas, l’enseignant est, en fait, très restreint dans ce qu’il peut dire en classe car le « board of directors » doivent accepter tout ce qui sera étudié en classe et si cela ne convient pas, ils censurent l’enseignant en lui demandant d’enlever une partie du cours prévu ou en lui demandant de changer ce qui est perçu comme « gênant ». Pour eux, il n’y a pas seulement la politique ou la religion qui sont gênants, tout ce qui touche à l’esclavage, à la ségrégation, aux orientations sexuelles ou autres le sont. Chaque Etat a même une liste de livres bannis (parmi lesquels on peut retrouver de manière récurrente « Les aventures d’Huckleberry Finn » de Mark Twain). La question d’éthique touche l’enseignant mais aussi le contexte dans lequel il vit et, pour ma part, dans ce contexte américain, j’ai ressenti une véritable oppression vis-à-vis de l’enseignement.
    Passe une bonne journée !

    1. Tu étais dans quel Etat puritain ?! Tout de même, Mark Twain !!! Persistent-ils à obéir à des interdictions qui étaient en vigueur au début du 20eme ?
      Connais-tu les réserves qu’ils émettent à ce sujet ?
      Sa liberté, justement ? Son côté réfractaire ?
      Cela provoque de la peur ? Un danger ? Une menace ? Pour qui ?
      « On » parle tellement de la censure à Cuba et tellement peu de celle qui règne sur cette terre-symbole-planétaire-de-liberté.
      Et Jack London ? Aura-t-il droit à des honneurs posthumes ? Est-t-il célébré outre atlantique comme il l’est en ce moment même dans toutes les librairies de France ? Est-il en tête de la liste noire, à côté de Mark Twain ?
      Allez, à la mémoire de Martin Eden et de Huckleberry Finn, dont la présomption de dangerosité entérine et suscite l’intérêt qui amènera les lecteurs-privés-de-voix à les découvrir en transgressant !
      Mais reste à étudier comment s’opère la censure en France…

  3. Merci, Magali, grand merci pour ce compte rendu risqué jusqu’à son dernier mot : magnifique ! Ce serait bien de réduire de beaucoup le titre. Par exemple : Enseignement et actualité : une mise en danger nécessaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *