The « rendez-vous »

E = étudiant P = Professeur

E : Bonjour ! Je voudrais vous parler de mon sujet de mémoire.
P : D’accord. Asseyez-vous… Alors, vous voudriez travailler sur quoi ?
E : Moi, j’aimerais travailler sur le plurilinguisme aux Philippines.
P : Pourquoi cette thématique ?
E : C’est parce que je travaille avec un public tout à fait plurilingue.
P : Pouvez-vous en parler un peu plus ?
E : D’accord. En fait, j’enseigne le français à un public philippin qui parle trois langues : le cebuano (un dialecte et leur langue maternelle), le filipino (langue officielle) et l’anglais (langue seconde). Ce contexte m’a amené à me poser des questions : Quelle est la place de ces langues dans la vie de mes apprenants ? Comment peuvent-ils se servir de leurs acquis de ces langues précédemment apprises pour apprendre et/ou faciliter leur apprentissage de la langue française ou d’une langue étrangère ? Mes apprenants doivent-ils dire que leur langue maternelle est le filipino parce que c’est la langue officielle et pas le cebuano car ce n’est qu’un dialecte ? Ou doivent-ils dire que le cebuano est leur langue maternelle ou plutôt leur dialecte ? Comment peut-on valoriser les langues qui les entourent ? Quel rôle le plurilinguisme peut-il jouer dans l’apprentissage des langues étrangères aux Philippines?
P : Comment êtes-vous arrivé à vous poser ces questions ?
E : Ces questions sont issues de mon expérience d’enseignant de FLE pendant quatre ans aux Philippines. Je m’interroge d’abord sur la place des langues en m’inspirant de ce qu’a dit Johann Wolfgang von Goethe. D’après lui, « Ceux qui ne savent rien des langues étrangères, ne savent rien de la leur ». Aux Philippines, il y a deux langues dominantes : le filipino et l’anglais. Ces deux langues s’apprennent obligatoirement à l’écart des dialectes parce que c’est imposé par l’Etat. En les imposant à tout le pays, ces langues se sont affirmées en se dotant de deux rôles importants. Du coup, le filipino est à apprendre car il cerne la cohésion nationale du pays et l’anglais parce qu’il symbolise la réussite scolaire et la promesse d’un avenir lumineux face au marché du travail et à la mondialisation. Alors, quelle place le cebuano et les autres dialectes occupent-ils ? Que les locuteurs savent-ils de leurs dialectes ? Je crois toujours qu’apprendre une autre langue ne doit jamais contribuer à la marginalisation de l’autre. En tant qu’enseignant de FLE, je voudrais contribuer à la revalorisation de nos dialectes en m’appuyant sur ce que peut offrir l’éveil au plurilinguisme en classe de FLE. Les cours de FLE à ma charge peuvent s’utiliser comme une très bonne trajectoire d’attaque pour aider mes apprenants à développer leurs compétences plurilingues. Tout en apprenant une langue étrangère, ils revalorisent également leur dialecte qui est bien un atout essentiel dans la survie de l’héritage de ses locuteurs. Cette réponse m’amène à la deuxième question concernant les langues déjà à la disposition des apprenants. Valoriser leurs dialectes ne veut-il dire pas qu’on va nous opposer aux langues dominantes parce qu’apprendre quelque chose de nouveau est juste un élément à ajouter à ce qui est « déjà-la ». Tout en valorisant leurs dialectes, ils peuvent s’appuyer également sur les langues qu’ils maitrisent consciemment déjà (le filipino et l’anglais) en faisant un transfert de ce qui est applicable des langues déjà apprises à la langue étrangère en cours d’apprentissage. Cette recherche va m’aider également à éclairer les débats concernant les langues dominantes, langues maternelles et les dialectes et/ou langues minoritaires pour réduire le risque de confusion identitaire.
P : Comment procéderez-vous à la récolte de données ?
E : Ahh…J’y ai déjà pensé mais ce que je voudrais faire lors du recueil reste toujours à valider… J’aimerais bien travailler avec un public philippin qui ont déjà appris le français ou sont en cours d’apprentissage en France, à Paris si ce serait possible. Le recueil se fera en organisant des entretiens autour de la thématique des mes questions précédemment posées et en en faisant une analyse de discours.
P : Il n’y a pas beaucoup de philippin en France, non ?
E : Oui, c’est vrai mais comme je suis à Paris où résident la plupart des Philippins en France et grâce aux contacts des petites communautés philippines à Paris, je pourrai les contacter facilement. Où si ce serait permis, l’entretien pourrait se faire sur Skype.
P : D’accord. Je pense que votre recherche est intéressante parce qu’elle traite du plurilinguisme en contexte philippin. C’est peut-être un cas particulier. En plus, je ne connais pas bien votre pays. Bien, vous commencez par schématiser le parcours de votre recherche en vous appuyant sur des théories afin d’en fournir un cadre solide.
E : D’accord. Puis-je vous l’envoyer par email ?
P : Oui.
E : Et notre prochain rendez-vous ?
P : On se verra lundi prochain.
E : D’accord. Merci beaucoup de votre temps. Au revoir et bonne journée !


LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

2 réflexions sur « The « rendez-vous » »

  1. Je comprends mieux sur quoi tu travailles (en cours on n’a pas le temps de vraiment bien comprendre) et je trouve ça très intéressant, j’ai déjà appris des choses en lisant ton dialogue !

    1. Zoé, merci beaucoup du temps pour lire mon billet! Ton commentaire commence à me soulager déjà. C’est vrai que j’avais du mal à dire en cours ce que je voulais faire dans mon mémoire parce que je m’inquiétais de ne pas peut-être pouvoir justifier mon choix étant donné que nos sujets restent toujours à être validés par un directeur de mémoire mais je me suis dit qu’il faudrait que je me batte pour ce sujet jusqu’au bout parce que cela va me permettre de mettre au cœur de ma recherche l’enseignement/apprentissage du FLE aux Philippines. À force de lectures et quelques participations aux discussions des séminaires, j’ai l’impression que c’est un peu clair maintenant qu’avant.
      Encore une fois, merci beaucoup de ton commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *