Compte rendu: Javier SUSO LOPEZ, Université de Granada, La dimension éthique dans la didactique du FLE: bref parcours historique

Javier SUSO LOPEZ a proposé d’ouvrir ce colloque consacré à l’éthique et la responsabilité pour la didactique des langues en remontant au XVI e siècle pour offrir un regard rétrospectif sur cette question dans l’histoire. Il a proposé d’en aborder en deux grandes parties: l’éthique et la responsabilité des XVI e et XVIIIe siècle et la construction de la déontologie.

Éthique et responsabilité dans l’enseignement du français LE au cours des XVIe et XVIIIe siècles

Durant cette période, le français n’est pas encore une discipline scolaire dans les pays étrangers. Elle est enseignée dans quelques institutions nobiliaires(c’est à dire: pour les nobles, l’aristocratie de l’étranger).

Dès le XVIe siècle, les professeurs de langues en France sont envoyés en Allemagne ou dans quelques autres pays d’Europe. Depuis lors, les maitres des langues ont été confrontés aux problèmes éthiques de la responsabilité professionnelle.

Les conditions de travail des précepteurs et des demoiselle-gouvernantes sont difficiles: travaillant généralement auprès d’une famille noble, leurs conditions de travail ou de vie  dépendent largement de la famille qui les accueille. Selon des études menées, les précepteurs et les demoiselles de compagnie ont «une existence errante». Non seulement ils dépendent de leur employeur, mais ils rencontrent également un problème d’identité: parmi eux, certains sont exilés de leur pays d’origine pour une raison religieuse ou politique. Cette double identité alourdit leur vie déjà pénible. À titre d’exemple, il y a une vague d’exil dont les membres sont plutôt les jeunes gens huguenots qui se réfugient en Prusse après la révocation de l’édit de Nantes. Roland Desné a indiqué dans le Documents 1988 que «leurs salaires, fort médiocres, leurs conditions de travail et de vie, peu enviables, leurs espoirs, souvent déçus» lorsqu’ils exercent ce métier de maître de français langue étrangère.

Partant de ce point de vue, l’auteur résume deux problèmes auxquels ils sont confrontés : 1, l’irréprochabilité morale complète. 2, l’impossibilité de s’opposer à leur employeur. La famille d’accueil veut contrôler les savoirs transmis et les supports utilisés car c’est par le biais de la langue française que les savoirs de la géographie, de l’histoire, etc.  sont transmis. Il s’agit donc ici d’un problème de confiance. Ensuite, l’auteur attire l’attention sur les paroles de madame Leprince Beaumont, demoiselle gouvernante. Ses paroles fournissent un critère à la langue française employée par les précepteurs ou demoiselles gouvernantes: ce doit être «un français très simple et élégant » qui «expliquait d’une façon claire et méthodique toutes les matières dont l’éducation domestique devait meubler les têtes de jeunes filles». (Nikliborg, in Janssens 1999:34-151).

Les maitres de langues établis pour leur compte en ville: certains hommes dans les pays européens comme les Pays-bas, exercent leur profession sous forme de cours particuliers ou cours dans la petite académie d’un groupe.

Il en va de même pour les femmes: Madame Ackermann et Madame Leprince de Beaumont ont chacune une influence importante dans leur pays car elles créent avec leur propre méthode d’enseignement une petite société de jeunes filles (qui ressemble à une sorte de salon) qui leur permet de communiquer en français avec aisance.Le contexte général dans lequel s’inscrivent les petites sociétés est très différent, aussi, ces deux femmes connaissent des réalités de travail fort dissemblables.. Madame Ackermann subit un dénigrement car elle travaille dans un milieu protestant qui impose une morale protestante très stricte. En revanche, Madame Beaumont a plus de chance: avec des filles de la haute société anglaise, elle bénéficie d’une certaine tolérance.

Certains maitres de langues exercent aussi la profession d’auteur de manuels. Ce phénomène complexifie l’éthique des professeurs des langues. D’un côté, les manuels sont des produits du marché de langues qui impose ses règles et ses exigences en termes de rentabilité, d’efficacité ou de propagande. En conséquence, l’éthique professionnelle est parfois contaminée par ces problématiques pragmatiques Par ailleurs, on trouve également une rivalité entre les objectifs qui concernent  la compétences linguistique, la politesse, la méthode de travail efficace, la bonne mine, la profession de l’art de l’entretien, la capacité d’agrément etc. Il en résulte que l’éthique cède parfois la place à la défense de ses propres intérêts.

Quel est le profil d’un bon maitre? D’après ce que Madame Dominique de Villiers a écrit dans la lettre à Mademoiselle D.S. Sur l’abus des grammaires dans l’étude du français, et sur la meilleure méthode d’apprendre cette langue (1797), un bon maitre doit connaitre bien la nation à enseigner, savoir expliquer explicitement la langue, il doit connaitre aussi les savoirs concernant la philosophe et la littérature.

La construction d’un code déontologique à partie de la conversation du maître de langues en professeur (XIXe siècle)

Dans le but de professionnaliser le métier d’enseignant, il faut élaborer un corps de savoirs sur la discipline et de savoir-faire sur la pédagogie, les méthodes de travail. En parallèle, l’élaboration des critères éthiques sur la responsabilité professionnelle s’avère être aussi d’une grande importance: Antoine Novoa insiste sur «l’élaboration d’un ensemble de normes et de valeurs» qui est le code déontologique. Ce code se construit non seulement de l’extérieur mais aussi de l’intérieur, à travers les réflexions menées par les enseignants eux-mêmes sur les valeurs, la responsabilité, la représentation idéologique de la culture de langue et celle du français. Quel français faut-il enseigner ? Quelle image donner du français à travers l’enseignement ?

Le code déontologique a quelquefois tendance à subir les influences des représentations professionnelles qui vont parfois à l’encontre des attentes sociales ou législatives. Par exemple, en Espagne, les enseignants ne peuvent laisser libre cours à leur créativité pédagogique mais doivent considérer l’objectif pratique des langues qui est imposé par le gouvernement.


Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

2 réflexions sur « Compte rendu: Javier SUSO LOPEZ, Université de Granada, La dimension éthique dans la didactique du FLE: bref parcours historique »

  1. Merci Yujing, j’ai été très intéressée par ta restitution, car c’est la communication que j’ai trouvée la plus intéressante de ce colloque et malheureusement l’orateur lisait son texte non seulement trop vite pour moi mais en sautant des passages faute de temps… du coup je n’en ai pas saisi la totalité (notamment toutes les citations qu’il affichait sur l’écran en même temps qu’il parlait… je n’avais pas la possibilité et de les lire et d’écouter en même temps). Je suis très impressionnée que tu sois arrivée à prendre des notes aussi précises ! Merci. Je ne sais pas quand les actes du colloque seront publiés mais j’espère pouvoir lire sa communication en entier, avec ses références.
    Petite remarque : fais attention tu as laissé entre crochets des points de correction sur ton écrit, je pense que tu peux retourner les supprimer dans ton texte, qui est vraiment très agréable à lire !

    1. Merci Zoé pour la remarque, je n’y ai pas fait attention. En fait, j’ai pris des photos du diaporama du l’orateur, si tu en veux, je peux t’envoyer. Je suis contente que tu aimes ce compte rendu. J’ai conscaré d’environ 3 heures à réécouter l’enregistrement et à revoir les diaporamas. Avec ton conmmentaire, je crois qu’il vaut la peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *