Billet 3 – Rencontre entre une étudiante et son directeur de mémoire

Un bureau à la Sorbonne Nouvelle, quartier Latin, en fin de matinée par une journée pluvieuse de février. On entend frapper à la porte un coup discret mais insistant. Une étudiante se faufile dans le bureau.

L’étudiante – Bonjour Madame, je vous dérange ?

L’enseignante – Pas du tout, entrez je vous en prie. C’est mon heure de permanence, je vous écoute. Mais asseyez-vous, ne restez pas debout.

L’étudiante – Merci beaucoup. J’avais quelques questions par rapport à mon sujet de mémoire.

L’enseignante – Oui, je vous écoute.

L’étudiante – Mon sujet de mémoire porte sur l’enseignement précoce du français en Corée du Sud. Je voulais m’intéresser notamment à l’influence de la culture coréenne quant à l’acquisition du français.

L’enseignante – Quand vous dites « enseignement précoce », vous vous « limitez » à quel âge ? Il est très important de fixer un âge limite à votre recherche, surtout si vous vous intéressez à l’âge critique. Même si un bon nombre de chercheurs ne sont pas d’accord quant à « l’âge critique ».

L’étudiante – Je comptais m’intéresser aux enfants de la maternelle jusqu’à la fin de l’école primaire.

L’enseignante – Est-ce que vous pouvez justifier cette limitation ?

L’étudiante – Je pense que oui. Pour moi –et à mon avis pour d’autres personnes– « l’enfance » en tant que telle se finirait à la fin de l’école primaire puisqu’au collège il s’agit de pré-adolescents et d’adolescents.

L’enseignante – D’accord, vous devriez vous renseigner sur les « seuils fatidiques » pour une acquisition plus « facile » pour les enfants. Et faîtes attention à ne pas confondre éveil aux langues et enseignement précoce du français : ce n’est pas la même chose.

L’étudiante – Justement, pour moi c’est un peu la même chose ou plutôt je pense que l’éveil aux langues est un « avant-goût » de la langue étrangère qui sera enseignée par la suite.

L’enseignante – Oui et non puisque cette langue ne sera pas forcément enseignée et continuée par l’enfant dans la suite de ses études. Il s’agit plutôt de faire prendre conscience à l’enfant de l’arbitrarité du signe linguistique, qu’il existe plusieurs façons de dire un mot selon les langues.

L’étudiante – Oui, c’est vrai. Vous avez raison. Je ferai attention à ne pas faire « d’amalgame » et de bien faire une distinction entre ces deux notions.

L’enseignante – Oui, il est très important que vous ne fassiez pas un regroupement de ces deux termes dans une seule idée.

L’étudiante – Oui, merci beaucoup. J’avais une autre question : est-ce que vous connaissez la culture coréenne ?

L’enseignante – Pas du tout. Mais justement, en dirigeant votre mémoire, j’aimerais en apprendre plus sur cette culture.

L’étudiante – Dans ce cas-là, est-ce qu’il serait possible que je demande à un enseignant Coréen d’être mon deuxième lecteur pour mon mémoire ? Je veux être sûre de ne pas écrire des choses fausses concernant la culture coréenne.

L’enseignante – Bien entendu, cela peut être envisageable. Mais, vous parlez coréen ?

L’étudiante – Oui, j’ai une licence de coréen et je suis partie pendant deux mois et demis en échange linguistique dans une université coréenne. Enfin, j’ai assisté pendant un mois aux cours proposés dans l’université et ensuite je suis restée pendant un mois et demi pour en apprendre plus sur la culture et la vie coréennes.

L’enseignante – Ne vous dévalorisez pas alors en disant que vous direz des choses fausses dans votre mémoire.

L’étudiante – Oui, mais c’est vraiment pour être sûre.

L’enseignante – Je comprends. En tout cas, je pense qu’il est envisageable que vous demandiez à un enseignant Coréen, parlant français de préférence, d’être votre deuxième lecteur ou de lire simplement vos écrits. Vous avez d’autres questions ?

L’étudiante – Oui, je ne sais pas encore si je dois comparer avec le système français. Enfin, je voudrais comparer toute la recherche sur cet enseignement en Corée du Sud avec celui en France. Comme j’ai déjà eu l’expérience de donner des cours à des enfants en France.

L’enseignante – C’est un travail ambitieux et qui peut s’avérer très long ainsi que difficile. Je pense que vous devriez recentrer un peu plus votre sujet, histoire que cela ne parte pas dans tous les sens. Réfléchissez bien aussi à votre problématique. Les étudiants ont souvent du mal avec la problématique et c’est sans doute la chose la « plus difficile » à faire, mais prenez le temps d’y penser. Vous pouvez toujours écrire plusieurs problématiques, essayez d’en changer les mots et voir ce que cela donne. En tout cas, il faudrait que vous resserreriez votre sujet.

L’étudiante – D’accord, merci beaucoup pour tous vos précieux conseils. Je vais en tenir compte.

L’enseignante – Je vous en prie. N’hésitez pas à me faire des retours par mail sur l’avancée de votre travail et à me poser des questions si besoin.

L’étudiante – Oui, merci.

L’enseignante – D’autres questions ?

L’étudiante – Non, je pense avoir fait le tour des questions que je voulais vous poser.

L’enseignante – Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à venir me voir. Vous devriez noter vos questions dans un carnet que vous devriez garder sur vous : on ne sait jamais, si vous pensez à votre sujet et que d’un coup une question vous vient à l’esprit.

L’étudiante – Oui, c’est ce que je comptais faire. Je vous remercie en tout cas pour le temps que vous m’avez consacré. Bonne fin de journée.

L’enseignante – Merci, à vous aussi. Faites-moi un retour de vos lectures ou de votre avancée d’ici deux semaines : le plus tôt sera le mieux.

L’étudiante – D’accord, au revoir.


Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *