Dialogue entre professeur et étudiant concernant le thème du mémoire

E:Bonjour, Madame.

P:Bonjour. Alors, tu viens me voir pour discuter le thème du mémoire? J’ai vu ton mail.

E:Oui, exactement!

P: Alors, dit-moi ce que tu pense du mémoire.

E: J’ai suis votre cours pendant la dernière semestre et cela m’intéresse beaucoup. Pendant les vacances, je cherchait à trouver un thème intéressant dans ce domaine, et puis il y a deux thèmes qui me paraissent plus intéressants. Comme ce que j’ai déjà écrit dans le mail, le premier thème combinera l’enseignement des collocations avec celui de la production écrite afin de la perfectionner. Le deuxième étudiera seulement l’enseignement des collocations, mais d’une façon plus détaillée. C’est à dire de les étudier en penchant vers la morphologie, le syntaxe et la sémantique afin de trouver la façon de les mieux enseigner. Mais j’ai un souci pour la deuxième proposition, c’est que ce genre de recherches fait déjà l’objet de plusieurs recherches linguistiques par les linguistes. Il me parait qu’il n’existe plus à creuser…

P: Oui, tu as raison. Les linguistes ont fait pas mal de recherche sur les collocations. Mais il ne dit pas qu’il n’y a plus à étudier. Si tu aime vraiment l’aspect linguistique des collocations, je ne vois pas de raison de l’abandonner. À propos de ça, tu as étudié avant la linguistique?

E: Proprement dit, non. J’ai étudié la langue française à l’université sur quatre compétences. Juste en Master 1 à paris 3, j’ai suivi le cours de linguistique.

P: Si tu n’as pas d’expériences sur ce domaine, je te propose soit tu lis dès aujourd’hui des livres, soit tu prends le premier thème qui me paraît plus intéressant…

E: Le premier thème, celui lié avec l’écrit…c’est aussi un bon choix pour moi. Parce qu’en tant apprenant de la langue française, je me suis demandé depuis des années pourquoi les non-natifs ne peuvent pas produire un écrit tout comme les natifs. Nous n’avons pas de faute grammaticale, ni de faute syntaxique. Mais les natifs distinguent dès la première vue que l’écrit est rédigé par un natif ou pas. Quelques fois, on commet des fautes qui sont même difficiles d’être expliquées par les natifs, ces derniers nous ont dit seulement qu’ils ne s’expriment pas comme ça. L’approche des collocations m’a éclairé le chemin: c’est avec des collocations que les natifs se distinguent des non-natifs.

P: Tout à fait.

E: Partant de ce point, j’ai consulté certains articles traitant la relation entre les collocations et la production écrite, je vois qu’il existe vraiment un lien entre les deux. Donc, je trouve que ce thème est faisable.

P: Tu parle des articles, quel article as-tu lu?

E: L’article de Anika FALKERT, à propos de l’existence d’une compétence phraséologique chez l’apprenant de FLE. Il s’agit d’une expérimentation effectué sur les apprenants d’origine française qui apprennent l’anglais. L’auteur a comparé les corpus écrits des anglais natifs et ceux des apprenants français(non-natifs) sur l’utilisation des adverbes amplificatifs like highly, very, fully etc pour analyser l’existence de la compétence phraséologique chez l’apprenant. Cet expérimentation a identifié trois genres de l’emploi des intensificateurs: sous-utilisation, utilisation abusée et absence de l’utilisation des certains intensificateurs. cette recherche m’a fait voir l’espoir de conjuguer l’enseignement des collocations avec le perfectionnement de la production écrite.

P: Tu as déjà définir le public à dédier? Et le niveau?

E: L’identification du public et du niveau me préoccupe beaucoup, je ne suis pas très sûre pour le moment. Mais… Je sais pas si je doit fixer mon public comme les apprenants sinophones ou pas, franchement dit, je veux pas étudier seulement les apprenants sinophones pour la seule raison que je suis une chinoise. Mais il y a peut-être qu’une partie de mon mémoire porterais sur le sémantisme qui a la possibilité de comparer certaines langues. Je ne sais pas encore…

P: Si tu veux faire une comparaison entre les langues et tu travailles sur le chinois et le français, ça sera mieux de cerner les apprenants comme des sinophones. Pourtant, si tu veux travailler sur la généralité des apprenants, tu n’es pas forcée de n’étudier que les sinophones.

E: Au fond du cœur, je voudrais travailler sur le cas général.

P: Bon, avec quel niveau?

E: Niveau avancé, je crois. Ce sont des apprenants comme moi qui veulent faire les études à l’université ont le plus besoin de perfectionner l’écrit.

P: Tu entre ainsi dans le domaine de FOU, français objectif universitaire.

E: Ah oui. Madame, j’ai un autre souci. Après avoir lu des mémoires que vous m’aviez envoyés, je me suis rendue compte que mes idées coïncident avec les précédents. D’un côté, Je voudrais aussi parler de l’acquisition des collocations, surtout j’ai choisi cette semestre ce cours qui m’a beaucoup inspirée. D’autre côté, je ne veux pas faire des choses que les autres ont déjà étudiées…

P: Je vois. C’est bien d’introduire la notion d’acquisition dans le mémoire. Tu n’a rien à craindre, c’est vrai que les gens précédents l’ont déjà discuté dans le mémoire, mais ils n’ont pas eu à pousser juste au bout, tu peux essayer de l’approfondir. Je te recommande de lire le connexionnisme, peut-être ça va t’aider beaucoup si tu veux aller plus loin. Je t’enverrai plus tard une thèse dont le deuxième chapitre aborde explicitement le connexionnisme.

E: Merci. Nous avons fixé le thème et le public: l’enseignement des collocations pour objet le perfectionnement de la production écrite dédié aux apprenants de niveau avancé. Le domaine à approfondir: l’acquisition des collocations en référant du connexionnisme.

P: Tout à fait. Si tu as d’autres idées lors de la lecture, n’hésite pas de me le dire. Ok, je crois que aujourd’hui toutes tes questions sont réglées. On fixe un autre rendez-vous pour le moi prochain? On discutera la structure et la méthodologie du mémoire, ça te va, le 16 novembre?

E: Oui, ça m’arrange. Merci, Madame, vous m’avez beaucoup aidée.

P: Ne t’inquiète pas, tout va bien. Ah, c’est l’heure, il faut que j’y aille.

E: Je vous laisse, au revoir et bonne journée.

P: Au revoir.


Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Une réflexion au sujet de « Dialogue entre professeur et étudiant concernant le thème du mémoire »

  1. Bonjour YuJing
    Je trouve très intéressant ce sujet des collocations et j’ai pensé à ton travail récemment en lisant le texte d’une journaliste du New Yorker. Bien sûr ce n’est pas un travail universitaire mais il donne matière à réfléchir sur notre rapport aux collocations en LM et en LE. Elle explique notamment qu’en anglais -qui est sa LM- elle cherche surtout à fuir ces associations de termes plus ou moins figées qui rendent la langue presque stéréotypée, mais qu’en tant qu’apprenante du français, elle aspire précisément à maîtriser les collocations ; comme s’il fallait d’abord les connaître le mieux possible pour pouvoir s’en affranchir dans un second temps, pour pouvoir accéder à une parole personnelle, subjective. Je poste l’extrait qui dit cela précisément ainsi que le lien vers tout le texte.
    Bonne lecture !

    « The crazy thing is that once you’ve internalized the vocabulary you have to figure out how it goes together. In a language with sixty thousand words, there are approximately a hundred billion trillion ten-word combinations that make grammatical sense. Knowing which permutations work is, to some extent, intuitive. But fluency is also a function of familiarity, as grammar offers few clues as to the parts of speech that are not so much idioms as loose affinities. How is one to know that inclement almost always goes with weather; that aspersions are cast but insults hurled; that observers are keen; that processions are orderly; that drinks, as someone apparently decreed sometime in the early years of this century, must be grabbed and e-mails shot? In English, I strained to avoid such formulations. But in French conformity was my ambition. Speaking offered a sense of community, the rare chance to crowdsource my personal thesaurus. I was trying to join in, not to distinguish myself. I wasn’t a writer but a speaker. I wasn’t an observer but a participant. It was such a happy thing to strive for a cliché. » Love in Translation, Lauren Collins

    ttp://www.newyorker.com/magazine/2016/08/08/lauren-collins-learns-to-love-in-french

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *