En tant que réalisatrice, je vais tourner un film français dans la classe de FLE

Dans l’avenir, je serai la réalisatrice dans la classe, et mes élèves seront les acteurs, on tourne un film en français.

C’est pour attirer l’attention, n’est ce pas?

Ce projet de mémoire hisse en première ligne la problématique du cinéma dans l’enseignement et apprentissage du FLE. Le cinéma, comme le 7ème art,  devient un nouveau objet qui s’ouvre de nouvelles perspectives et de nouveaux types d’analyse, c’est ce qui nous intéresse dans l’enseignement du FLE en Chine. Tel est le cas, le cinéma en tant qu’activité divertissante,  doit être considéré comme un support pertinent grâce auquel l’apprenant peut apprendre tout à travers les films français.

Face aux problèmes soulevant dans l’enseignement du français en Chine, comment améliorer leurs « méthodes» sur les aspects de compétences langagiers et culturels devenant un enjeu indispensable et inégligeable pour nous, en tant que futur enseignants dans l’enseignement du français en Chine.

Cependant, pourquoi enseigner le français par le cinéma doit être pris en compte dans l’enseignement du FLE en Chine? Peu de gens fait une recherche profonde sur cette question, du fait que cette approche est marginalisée par rapport à d’autres domaines, notamment la littérature française en Chine, aux d’autres méthodes, comme la grammaire-traduction.

Le cinéma représente un support authentique artistique et culturel va donner une vision différente que celle de méthodologie traditionnelle aux apprenants chinois.  On sait que le cas d’enseignement du FLE en Chine, la place de la grammaire se trouve toujours au premier rang pour les enseignants, ainsi que pour les élèves. Les Chinois sont fort en écrit, parfois,  l’enjeu de l’orle est négligeable. A ce titre, une étude va porter sur l’enseignement des compétences langagières et des connaissances culturelles par le cinéma. Comment la langue et la culture sont-elles transmises par le cinéma ?

Parallèlement, il pourrait être pertinent d’observer le rôle du cinéma dans une classe de langue dans les classe de DULF ou une observation dans le cours de Monsieur François Vanoosthuyse, le cinéma et didactique du français, où il est possible de l’utilisation du support cinématographique dans le processus d’apprentissage des étudiants. L’objectif est de sortir de la consommation de divertissement et de construire un regard personnel et d’élaborer une relation critique avec les images animées. En effet, au-delà des objectifs langagiers d’une séquence de cours même, le cinéma pourrait permettre à l’apprenant de s’approprier des contenus non langagiers, telle que le « penser », le fait de pourvoir avoir un regard critique et établir une véritable argumentation dans une langue étrangère. Bien entendu, tout est à penser en fonction des différents niveaux des élèves et des compétences proposées par CECRL.

Cependant, j’ai des doutes que c’est possible de traiter les deux aspects en même temps, dont les images et les sons, ou bien je ne peux que en traiter un seul? je ne suis pas encore dans le détail de mes recherches, mais les interrogations deviennent de plus en plus nombreuses.

mots-clés: cinéma, enseignement et apprentissage du français, film, didactique du français

bibliographie:

Tardy Michel, 1973,  le professeur et les images,  presse universitaires de France.

Rachel Cohen, 1992, quand l’ordinateur parle…, Presse universitaires de France

BERBARD PLANQUE, 1971, audio-visuel et enseignement,  Casterman.

CASETTI, Francesco. 2012. Les théories du cinéma depuis 1945. Trad. Sophie SAFFI. Paris : Armand Colin.

AUGER, Nathalie. 2008. « Les arts du langage ». Diversité : ville, école, intégration. N° 158, p. 162- 165

BERTUCCI, Marie-Madeleine et SIVAN, Pierre. 2009. « Cinéma et enseignement du français : histoire d’une rencontre manquée. Entretien avec Olivier Curchod ». Le français aujourd’hui. N°165, p. 79- 90.

Jean-Claud Beacco, Jean-Louis Chiss, Francine Cicurel, Daniel Véronique, 2005. « Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues ». PUF


Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

4 réflexions sur « En tant que réalisatrice, je vais tourner un film français dans la classe de FLE »

  1. Bonjour Bing, j’aime beaucoup ton sujet de recherche. Maintenant en Chine, l’ambassade de France organise chaque année un concourt de films courts qui s’adressent à tous les apprenants de français, l’Alliance française ainsi que beaucoup d’autres institutions des langues offrent non seulement des listes de films français recommandés mais aussi des ressources gratuites sur internet, les professeurs de français conseillent également de regarder des filmes afin d’améliorer la compréhension et la production orales…Il semble que l’on prend en compte la place des films dans l’apprentissage de la langue et de la culture françaises, mais réellement, peu de gens réfléchit sur la manière de regarder un film français, comment faire le lien entre la culture dans le film et dans la vie, quels sont les représentations des différents accents, quels sont les styles de décor et y-a-il des symboles …Sans accompagnement de l’enseignant, à mes yeux, regarder un film français deviendrait purement un acte de « se détendre », il est difficile de se pénétrer tout seul dans des éléments détaillés (culturels et langagiers, etc.). Par conséquent l’effet d’apprentissage est moins favorable. Donc l’introduction du film en cours de FLE est imminent.
    Tu as mentionné la question des images et des sons, à mes connaissances, la relation de l’image et du son est comme l’image et le texte dans les albums de jeunesse, il ne faut pas les isoler, la combinaison de ces deux éléments construisent un récit complet. Alors si tu introduis un film des années 20 du 20e siècle, une époque où il n’y avait pas encore les films sonores (ex. Les vampires) , il faut que tu réfléchisses peut-être une autre manière de la mise en place du film muet.
    A la fin, je voudrais dire que j’ai acheté cet été un livre concernant les films français des années 90 du 20e siècle, une épouse glorieuse pour les films français. Je peux te l’emprunter si tu veux. Bon courage !

    1. Merci beaucoup, yiheng. Tes idées sont intéressantes et utiles pour moi. Je vais les ajouter dans « mes idées de mémoire » . J’aimerais emprunter ton livre concernant les films français, s’il te plait? Hier soir, je suis rencontrée un ami qui est un peu spécialiste sur le cinéma, et il m’a conseillé de voir plus de films français. En même temps, il va me donner une liste de film à regarder. j’adore les films…J’espère que je pourrai bien développer les choses dans mon mémoire de recherche.

  2. Bonjour, Bing, j’aime bien ton idée d’être une réalisatrice qui tourne un film en français avec les apprenants en classe de FLE. En tant que chinoise qui avait la chance de suivre un cours de film à l’université en Chine et d’assister à un cours basé sur un extrait de film à DULF assuré par notres camarades lors du stage, je voudrais partager avec toi mes idées. En ce qui concerne le cours de film français à mon université en Chine, je dois dire que les films choisis sont plutôt très vieux, par exemple, à bout de souffle en 1960, la parapluie de cherbourg en 1964. A ce moment- là, notre professeure n’a pas bien exploité ces films: elle nous a fait regarder ces films soit en répétant les paroles, soit en écrivant des commentaires, pas vraiment pour développer notre compétence languagière. En conséquence, je me sens nécessaire de mener une révolution didactique sur le cours de film en FLE en Chine. De plus, l’expérience de stage auprès des étudiants de DULF m’a convaincu que le film français mérite d’être bien exploité dans la classe de FLE, en particulier après avoir écouté notres camarades qui ont fait une séquence extraordinaire sur le film intouchable pour le niveau A2. J’ai témoigné la passion des apprenants envers le film français. Donc, je trouve qu’il sera formidable d’introduire le film français dans la classe de Fle en Chine, cela va encourager davantage l’apprentissage du français. Toutes mes expériences me conduit à une conclusion qu’il serait mieux de travailler en même temps le son et l’image car ces deux éléments sont indispensables pour constituer un film, n’est-ce pas?

    Une autre remarque, il faut fixer le niveau des apprenants afin de définir des critères de choix des films à utiliser.

    1. Merci yujing, t’as raison. Je suis d’accord avec toi. Pourtant, tourner un film en class de FLE m’oblige de créer ou produire un ou des scénarios pour mes « acteurs et actrices ». je pense que c’est pas très difficile pour moi de les inventer ou créer, puisque je suis douée en imagination de n’importe quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *