Débit de données: énorme. Risque de perte de détails essentiels: considérable. Alors, classons nos données!

Entreprendre un travail de recherche est si complexe et demande autant de la part du chercheur qu’au moment de commencer il est indispensable de bien organiser les données reçues tout au long de la réalisation du projet. En effet, le débit d’information reçue à partir du moment où l’on commence une recherche est considérablement important et il faut être préparé pour savoir le gérer. Latour (2006) propose l’utilisation de ce qu’il nomme « carnet » comme moyen de stockage et classement de l’information d’entrée de la recherche pour faciliter au chercheur son futur travail de synthétisation et organisation des données. Particulièrement, je considère que la mis en pratique de cette démarche de classement de données permet de gagner du temps dans la recherche puisqu’on sera sûr et certain d’où on a gardé les informations et de ne pas perdre le moindre détail qui puisse être bénéfique pour notre recherche. A vrai dire, il y a quelques années, lors de la conception, développement et finition d’une recherche dans le domaine du FLE, j’ai eu la chance et le défit de travailler avec des données orales à travers des enregistrements audiovisuels des sessions de classe et je notais tout ce qui se passait dans la classe dans un « diario de doble entrada » (Villalobos, 1999) ou journal de double entrée avec des informations précises recueillies de la classe et à côté droit mes impressions et celles que je pouvais percevoir des participants . J’avoue que la collecte, le classement, la synthétisation et la systématisation de ces données recueillies pendant un semestre m’ont enseigné qu’il ne faut jamais oublier de noter le moindre détail et que des fois cette collecte doit être renforcée par deux caméras si possible afin d’éviter la perte de données importantes qui donneront lieu à des commentaires dans les limitations trouvées dans la recherche et les implications dans le traitement des données et les résultats. Pour cette raison, la proposition de Latour (2006) de quatre carnets 1 Carnet de Bord, 2 Carnet de collecte d’information, 3 Carnet d’essais d’écriture et 4 Carnet des effets sur l’autre de notre recherche me semble pertinente et essentielle pour mener à bien notre recherche avec le moins de risques de perte de données indispensables possibles.

Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Villalobos, J., La investigación cualitativa y algo más… Teoría y práctica en las lenguas extranjeras. Venezuela: Talleres Gráficos, ULA, 1999.


MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

2 réflexions sur « Débit de données: énorme. Risque de perte de détails essentiels: considérable. Alors, classons nos données! »

  1. Grecia, c’est Bing. On était ensemble en M1 de travailler sur le cours de corpus, t’en souviens ? Alors, est-ce que tu peux détailler un peu le travail des données oral à travers des enregistrement, s’il te plaît? Cela sera peut-être utile pour concevoir mes idées de mémoire. Merci d’avance!

    1. Salut Bing!
      Désolée d’avoir répondu si tard. Je vais te commenter un peu mon expérience au moment de gérer les données orales pour une petite recherche que j’ai faite. Premièrement, il faut faire attention avec les autorisations à demander, dans quelques contextes il n’est pas nécessaire, dans d’autres, il est obligatoire de présenter par écrit ton projet de recherche au participants, afin d’avoir les signatures d’autorisation de leur part et pouvoir ainsi les enregistrer avec des vidéos et des enregistrements sonores. Après, il faut se poser la question sur ce que tu voudrais étudier des données que tu vas récolecter, par exemple, mon intérêt a été d’enregistrer tant les interactions orales du groupe de classe complet et, en plus, de l’interaction menée par quelques étudiants que j’avais choisi comme participants en fonction de leurs assiduités en classe (j’ai demandé au professeur du cours quels étaient les étudiants les plus responsables, comme ça tu pourras avoir vraiment des participants jusqu’à la fin de la récolection des données). Ceci dit, j’ai du enregistrer avec des vidéos le déroulement de la classe entière et avec des aparéils d’enregistrement sonores qui ont été mis juste à côté des participants de l’étude, bien sûr avec leurs autorisations. La récolection des données a duré un semestre et il faut dire qu’il s’agit d’un tas d’info complexe, pour cette raison j’ai créé un « journal de recherche » avec deux divisions, d’un côté tout ce que je pouvais noter des classe observées et de l’autre côté mes impressions en tant que chercheur. D’autre part, j’ai fait des entretiens au début, au milieu et à la fin du semestre pour demander aux participants leurs impressions par rapport aux expectatives du semestre, au progrès et au résultats obtenus; d’ailleurs j’ai complété les données avec des « pre-test » et « post-test » pour chaque participant pour comparer leurs productions au début et à la fin du semestre avec leurs productions orales en classe. Ceci pourrait paraître un travail très complexe et long, mais il est passionant quand même. Finalement, après l’obtention des données, on peut se dire qu’il commence la fête hehehe, nous devons commencer à trier, syntétiser et systématiser les données pour pouvoir sortir les catégories de l’études qui soient en relation avec la problématique qu’on s’est proposé d’étudier au début. J’espère que ces commentaires puissent être d’aide ou au moins de point de départ de futurs conversations avec d’autres jeunes chercheurs pour pouvoir comparer leurs façons de travailler.
      Bon courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *