Écrire son mémoire, qu’est-ce que cela implique et comment s’organiser?

Écrire son mémoire est, d’après la formation que j’ai reçue jusqu’à présent en didactique des langues, une étape durant laquelle un enseignant en formation développe sa facette de chercheur, et par conséquent, travaille dans le but faire un apport à son domaine d’études.

L’idée d’écrire son mémoire, suscite ainsi plus de questionnements que de certitudes, et c’est justement cela le point de départ d’un travail conscient, qui s’insère dans la théorique et la pratique autour d’un sujet en particulier, notamment au travers d’une collecte de données.

De cette manière, il est tout d’abord nécessaire de trouver une méthodologie qui permette de recueillir et d’organiser ses données de façon efficace. Une des premières propositions prises en compte à ce sujet est celle de Bruno Latour[1], d’après cet auteur il est indispensable de bien savoir recueillir et classer ses données pendant le travail de recherche. Il propose donc l’emploi de quatre carnets, soient ceux-ci manuels ou numériques. Le premier est un agenda ou carnet de bord ; le deuxième est un carnet de références bibliographiques ; le troisième est un carnet pour avancer dans ses écrits et le quatrième est un carnet pour les retours des autres par rapport aux progrès au fur et à mesure de sa recherche.

Cette proposition me semble pertinente, et je privilégierai personnellement l’usage du carnet numérique. En effet, je crois qu’il est tout à fait nécessaire d’avoir un agenda afin de suivre un plan, et de maintenir une progression avec des dates précises. Je trouve aussi important d’avoir un carnet consacré aux citations et références classées par thème, pour pouvoir bien les insérer dans son travail final. Puis, il est impératif d’avoir un carnet d’écrits, d’autant qu’il permet à la fois de consigner des idées et de donner une structure au corps du mémoire. En revanche, je ne consacrerai pas un carnet exclusivement aux retours (auprès de mes collègues, et bien évidemment de mon directeur de recherche), mais je les intégrerai à l’agenda.

En outre, sur le plan de la rédaction, moi, en tant que francophone non-natif, je trouve vraiment utile et formateur d’avoir un carnet de synonymes. Pour cela, je me sers d’un outil mis à disposition par Université de Caen sur le site internet : http://www.crisco.unicaen.fr/des/ car il constitue un bon recueil de synonymes qui facilitent l’écriture d’un travail académique de ce niveau.

Avec l’ensemble de ces éléments sur la table, il ne reste qu’à écrire !

 

[1]                     Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197


Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A.
Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

3 réflexions sur « Écrire son mémoire, qu’est-ce que cela implique et comment s’organiser? »

  1. Tout à bord, merci à vous de me fournir un bon outil de synonymes qui me permet de enrichir mes connaissances dans le champ lexical, ça sera utile pour ma rédaction du mémoire. Du coup, vous avez raison qu’il faut avoir plus de questionnements que de certitudes. Mais pour moi, le problème peut-être c’est que je n’arrive pas à réduire mon sujet de mémoire. C’est-à-dire, le sujet est trop large. Pour trouver plus de questionnements, il faut qu’on lise beaucoup, non? L’écrire n’est pas facile, en tant que non natif. Est-ce que vous avez un tel souci comme moi? on échangera des idées après! !

    1. Bonjour Bing, j’espère que l’outil vous soit bénéfique pour la rédaction de votre mémoire.
      D’ailleurs je crois que c’est normal de se sentir un peu perdu au moment de délimiter son sujet, mais l’important, à mon avis est de prioriser ses intérêts, de penser à travailler un sujet que vous trouvez vraiment passionnant (car nous allons passer quasiment une année à travailler dessus), et de suivre les indications de votre directeur. Il y a du boulot !
      Puis, pour la rédaction en tant que non-natif, le seul souci pour moi c’est le temps, évidemment l’écriture vient plus naturellement quand on le fait dans sa langue première, et pour moi la réflexion au moment d’écrire prend un peu plus de temps. Mais on va surement s’en sortir, courage !

      1. Merci, Cristian Vivas, si tu as des questions toujours non résolues, avec plaisir de t’aider! Bon courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *