Immersion ailleurs?

L’immersion  sociolinguistique et culturelle à l’air d’être le médicament conseillé pour arriver à bien connaître les subtilités de la langue qu’aucun bouquin ne peut présenter. Quand on vit la langue étrangère jour par jour, dans la vie quotidienne et au milieu académique, on se rend compte que la richesse de cet apprentissage conscient mais plus particulièrement inconscient n’a aucun rapport avec l’apprentissage d’une LE à l’étranger, plus précisément, l’apprentissage du FLE à l’étranger. Ceci dit, je me pose la question sur l’importance du contact direct avec la langue étrangère comme « conseil » presque « obligation » pour que les apprenants arrivent à bien connaître, parler, vivre et partager la langue en question. Il faut donc essayer d’apporter un peu de la France en classe ?, mais pour les professeurs qui n’ont pas eu de chance de vivre en France et d’avoir un contact direct avec la langue, culture et société françaises, est-ce qu’ils sont condamnés juste à guider les étudiants dans leur apprentissage de la forme, du niveau linguistique, des règles grammaticales et, de l’autre côté, ils devront juste se contenter de parler moyennement de ce qu’ils peuvent connaître à travers les médias, les écrits ? Je ne voudrais pas donner de réponse, mais je connais un peu la réalité des profs à l’étranger et il est certain que les opportunités ne sont pas du tout les mêmes pour tous, alors nos bagages socioculturels de la langue à enseigner n’est pas probablement si riche comme il est nécessaire. On pourrait dire qu’il n’est pas suffisant de connaître un peu de littérature fraçaise et francophone, de lire les journaux, de feuilleter des pages de manuels, d’avoir quelques cours de culture et société françaises pour pouvoir parler du « français » comme LE et des « Français » qui la définissent aujourd’hui.


MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

5 réflexions au sujet de « Immersion ailleurs? »

  1. Bonsoir Grecia,
    Je voudrais te faire part de mon témoignage sur le rôle important que joue l’immersion dans l’apprentissage d’une langue étrangère. En effet, après avoir bénéficié d’une bourse de renforcement linguistique au sein de l’université de Perpignan ‘ Via Domitia’ en 2010, j’ai constaté que l’apprentissage d’une langue étrangère (le français de ma part) se fait d’une manière plus intuitive et efficace en étant dans le bain linguistique, d’où l’idée de venir continuer mes études en France. Ainsi, je trouve que ce type d’appropriation offre à l’apprenant un environnement homoglotte et favorable pour une assimilation naturelle plus que formelle de la langue cible, car en absence de ce milieu naturel, l’apprenant rencontre des difficultés dans son apprentissage, dans la mesure où il n’aborde cette langue qu’en classe ou au moment de faire ses devoirs; puis, ne trouvant pas de personnes pratiquant cette langue dans la famille ou dans la société, il ne peut évoluer ; son apprentissage n’est donc pas continu ce qui explique que la langue meurt car elle n’est pas constamment parlée ou écoutée.
    Voici quelques sources qui pourront t’aider dans ta recherche:

    • Christiane BLONDIN et Marie-Hélène STRAETEN, A propos d’immersion linguistique dans l’enseignement fondamental : un état de la question, Université de Liège.
    http://www.enseignement.be/download.phpdo_id=1845&do_check
    • Daniel Moore et Cécile Sabatier, une semaine en classe en immersion française au Canada. (2012), Grenoble, PUG.
    • Laurent Gajo / Lorenza Mondada, (2000), Interactions et acquisitions en contexte.

    Bon courage pour ta recherche.

    1. Merci Beaucoup Hanane pour ton témoignage sur l’importance de l’immersion linguistique dans ton processus d’apprentissage du français. Je suis d’accord avec toi puisque je vis cette expérience de la même façon et à la fin on comprend que même si tu as des années en train d’étudier le français à l’étranger, il n’y a pas de processus aussi effectif que l’immersion linguistique pour pouvoir vraiment développer non seulement la compétence linguisitque, mais aussi les autres compétences: socioculturelle, pragmatique et discursive, en français. Merci bien pour la bibliographie recommendée.

    2. Merci pour ton témoignage. Je pense aussi que l’apprentissage de n’importe quelle langue se nourrit de l’expérience, du vecu de la langue, car il est nécessaire que pour toute théorie il y ait une manière de la transposer dans la réalité, dans le caractère quotidien de nos vies. En effet, on est d’accord que la théorie présenté par Vygotsky quand à l’apprentissage en société est si vraisemblable qu’imaginer un apprentissage sans interaction avec les autres individus semble presque imposible. Je me rapelle d’une lecture que j’ai fait du cas d’une fille qui a été isoléE pendant ses premières années et qui n’a pas developpé du langage, l’article s’appelle « Genie, la fille sauvage » (2002). Dans cet article, on peut très bien se rendre compte des conséquences au niveau cognitif que l’isolement peut générer chez l’humain. Ceci juste pour exemplifier le caractère social de l’apprentissage et surtout du langague comme capacité de communication.
      Probablement tu connais, mais je partage aussi quelques bibliographies à consulter, intéressantes para rapport à ce qu’on est en train de commenter dans cet espace. Merci de ton commentaire.

      Moñivas, L. A., San Carrión, C., Rodríguez, F. M. (2002). Genie: la niña salvaje. El experimento prohibido (un caso de maltrato familiar y profesional). Alternativas. Cuadernos de Trabajo Social. N. 10 (pp. 221-230).
      Vygotsky, L. (1978). Mind in society: The development of higher psychological processes (Ed. By M. Cole, V. John-Steiner, S. Scribner, & E. Souberman). Cambridge, MA: Harvard University Press.

  2. Bonjour Grecia,
    ton sujet m’intéresse beaucoup, car je veux de mon côté travailler aussi sur l’immersion (je t’en avais parlé rapidement un jour) : sur ce qu’attendent les étudiants qui font cette démarche, leur vécu en France. Je me demande notamment ce que peut leur apporter l’accompagnement en Fle à l’université (ou dans d’autres institutions) pour qu’ils soient le plus satisfaits possible de leur séjour… donc j’espère vraiment que nous pourrons communiquer sur nos recherches !
    J’ai compris que tu t’interroges sur le passage (ou non) par l’immersion dans la formation des professeurs de Fle qui retournent ensuite enseigner dans leur pays, et sur la manière dont on peut pallier l’absence d’immersion en apportant « un peu de la France en classe », et j’espère que tu voudras bien m’expliquer cela plus précisément de vive voix et que nous pourrons échanger des pistes de réflexion/lectures !

    1. Bonjour Zoé, heureusement on a pu parler de ce sujet en direct la semaine dernière, alors désolée de répondre si tard. Oui, en effet, le sujet de l’immersion linguistique est passionant, car le processus d’apprentissage d’une langue en contexte d’immersion est si riche et il y a autant d’éléments qui y interviennent, non seulement cognitifs, mais aussi sociaux, qu’au moment de vouloir comprendre, analyser et décrire comment est-ce que l’immersion influence de manière extraordinairement possitive l’apprentissage d’une langue et comment elle passe à être le complément essentiel et presque obligatoire pour qu’un apprenant puisse développer de manière efficace sa compétence communicative, on se rend compte de la quantité de processus neurolinguistiques qui rendent possible l’acquisition d’une LE de manière presque naturelle. Evidemment, on ne peut pas laisser de côté l’enseignement formel de la langue dans un contexte scolaire comme base, surtout pas avec le français qui est une mangue merveilleusement complexe et riche en règles et exceptions, car il sera la base surlaquelle l’apprenant construira son nouveau système de langue dans son esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *