Plurilinguisme aux Philippines: vers une revalorisation des dialectes

Mots-clefs : plurilinguisme, imbrications identitaires, conflits identitaires, langue, langue maternelle, langue seconde, dialecte, créole, langue étrangère, représentation, politique, héritage linguistique

Les Philippines se dotent déjà, même avant l’arrivée des pays colonisateurs, d’une multitude d’identités imbriquées. Ces identités sont diverses d’abord du fait de son aspect géographique. En effet, le pays est un archipel composé d’à peu près 7,107 îles dont les 3 îles principales de Luzon, Visayas et Mindanao où habite la majorité de la population. Les nombreuses îles du pays manifestent une grande diversité car cette division géographique ont contribuée à la division linguistique et culturelle du pays, d’où le grand besoin d’une langue unifiant pour la cohésion nationale qui est le filipino. En réalité, ce nombre d’île reste toujours comme une estimation car on ne prend en compte que les îles déjà explorées. Il est donc fort possible qu’il y a toujours des peuples « non découverts » du pays. Ensuite, cette diversité est aussi façonnée par ses rapport culturels avec ses pays voisins (tels que la Malaisie et l’Indonésie) et, avec son rapport commercial, la Chine. C’est pour cette raison que les langues de ses pays voisins (notamment l’Indonésie) partagent des ressemblances linguistiques avec les Philippines. Mais un point tournant de l’histoire du pays est l’arrivée des colonisateurs (d’abord par les Espagnols (arrivée en 1521 de Ferdinand Magellan), ensuite par les Américains et, puis, par les Japonais au 20eme siècle) qui va bouleverser le paysage linguistique et culturel déjà complexe du pays suite à l’imposition des langues et des cultures des colonisateurs.

Les imbrications linguistique et culturelle qui sont « conditionnées » historiquement, géographiquement et politiquement, ont donné lieu à un environnement très divers aux Philippines. Malgré le fait que le filipino (basé sur la langue tagalog du nord) en tant que langue officielle et l’anglais comme langue seconde du pays pour assurer la cohésion nationale et pour aider ses citoyens à se préparer aux demandes de la mondialisation (raisons économiques), il existe quand même des répercussions identitaires. Selon la Constitution Philippine, pour la communication et l’instruction, les langues officielles des Philippines sont le filipino et, si c’est permis par la loi, l’anglais (Philippine Constitution of 1987, art. 14, sect. 7). Pour promouvoir un système éducatif fondé sur le bilinguilisme, le décret présidentiel de l’ancienne présidente Gloria Macapagal-Arroyo a mis en œuvre une déclaration considérant désormais l’anglais comme une langue seconde à enseigner à partir de l’école élémentaire (Grade 1 – Grade 6) (Executive Order No. 210, s. 2003). De ce fait, le système éducatif philippin, ayant imposé l’anglais comme langue d’enseignement, a mis en jeu le statut des autres langues et dialectes. L’anglais est devenu langue du succès scolaire et indice de statut social (niveau d’éducation, culture…). Ce regard de l’anglais a changé les représentations des Philippins de leurs propres langues maternelles au point de « minoriser » celles-ci et au profit de l’anglais. A cause de ces conflits identitaires, le Gouvernement Philippin a récemment décidé de commencer à introduire les langues régionales comme matière d’enseignement de chaque région pour les valoriser. Là, nous commençons à voir un mouvement du plurilinguisme, d’où la nécessité de bien comprendre ce concept pour la survie de l’héritage du pays.

Dans cette recherche, il y des choses à réviser en fonction du contexte philippin. D’abord, il faudra bien cerner les définitions de « langue », « langue maternelle », « langue seconde », « langue officielle », « dialecte », « représentations », « nationalisme » pour saisir les spécificités linguistiques aux Philippines. Ces notions, souvent, très vaste en parlant de l’étendue de definitions qu’elles peuvent recouvrir rendent le contexte philippin plus complexe. En s’inspirant des defintions offertes par la didactique des langues, suffirait-il de décrire les spécificités de notre contexte ? Magre cela, ces defintions vont quand même servir de point d’ancrage de compréhension du contexte philippin. Après avoir défini ces termes, je vais analyser les statuts des langues et des dialectes en présence dans les cours de français et la manière dont ils interviennent dans l’enseignement/apprentissage du français. L’analyse de leurs statuts se fera en m’appuyant sur les aspects historique, culturel, social, et geo-politique du pays parce que même si l’on a affaire à un contexte où il y a une langue nationale pour réunir tout le pays , on ne peut pas ignorer le fait qu’il y a, d’après Fismann, « différents registres qui co-existent très souvent à l’interieur d’une communaute linguistique et qui rend caduque ainsi l’idee du partage d’une meme langue » dans Sociolinguistique (Nathan, 1971, pg 43-49). Mais l’idee d’une communaute linguistique est voire un point à debattre à cause de la diversté linguistique aux Philippines. Le pays se compose d’à peu près 7,100 îles qu’habitent des peuples venant de divers «sous-cultures ». Cet aspect est essentiel car la diversité linguistique est à voir d’abord sur le plan geographique conditionnant le contexte philippin. Cette idee de « « lieu/espace », dans les mots de Baggioni et. al. dans la revue Communaute linguistique (Sprimont, pg 89), constitue une commaunate linguistique. Le pays possède-t-il une seule communauté linguistique du fait de l’existence d’une langue nationale ou des communautés linguistiques? Ne peut-on plus considérer les dialectes comme des communautés linguistiques ? Ces questions se révèlent même plus sérieuses du fait de la possibilité d’ « un individu de s’insérer dans l’une ou l’autre des ces communautés » selon Calvet (Nathan, 2005, pg. 83-84) dans la Sociolinguistique. Ensuite, je vais tenter de décrire de manière exhaustive le système éducatif philippin, ciblant le « Département de l’Education » du pays, se disposant de pouvoir politique en termes de décisions impliquant l’enseignement/apprentissage des langues (maternelles et étrangères). Ce département est un acteur clef dans la realisation d’un système éducatif multilingue renforcé par les langues maternelles suite à un décret officiel incluant l’enseignement des langues maternelles des régions dans le curriculum scolaire du pays (Guidelines on the implementation of the mothertongue-based multilingual education (MTB MLE), Department of Education order no. 16, s. 2012). Quant à la méthodologie de recherche, des enquêtes sont à effectuer et sont à analyser à l’aide des méthodolgies de l’analyse de discours dans l’objectif de faire dégager les représentations des apprenants philippins (qui ont appris ou sont en train d’apprendre le français) des langues qui les entourent et de répertorier les compétences acquises des langues précédemment apprises. Etant donnée que le francais s’offre de manière générale dans les universités et dans les centres de langues fréquentés par les apprenants professionnels, les sujets de cette recherche relève de la population adulte. Avec ces compétences, je vais proposer des démarches pour aider les apprenants à s’en servir pour apprendre une langue étrangère. Finalement, je vais faire une réflexion sur le rôle des classes de langues étrangères (notamment celles du français) pour introduire des activités ayant pour but la sensibilisation des apprenants au plurilinguisme contribuant à la valorisation des langues connues.

Bibliographie :

Daniel Baggioni et. al.,”Communaute linguistique”, in Moreau(ed.) Sociolinguistique : les concepts de base, Sprimont, Editeur Pierre Mardaga, 1997, p. 88-93.

Joshua A. Fishmann, Sociolinguistique, Paris, Nathan, 1971, pg 43-49.

Louis-Jean Calvet, Louis-Jean, La Sociolinguistique, Paris, PUF, 5ème édition, 2005, pg 83-84.

Philippines, Executive Order No. 210, s. 2003: ESTABLISHING THE POLICY TO STRENGTHEN THE USE OF THE ENGLISH LANGUAGE AS A MEDIUM OF INSTRUCTION IN THE EDUCATIONAL SYSTEM, 17 mai 2003.

Philippines, Philippine Constitution of 1987, art. 14, sect. 7.

Philippines, Guidelines on the implementation of the mothertongue-based multilingual education (MTB MLE), Department of Education order no. 16, s. 2012.


LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

3 réflexions au sujet de « Plurilinguisme aux Philippines: vers une revalorisation des dialectes »

  1. Bonjour Gleford
    J’ai lu ton travail du début jusqu’à la fin. Je le trouve très très intéressant et comme a dit Brieuc passionnant. Tu mets l’accent sur un terrain peu étudié car le contexte phillipin n’est pas très abordé du moins pour ce que j’ai lu. En plus de cela, j’ai senti en lisant ton travail une volonté de creuser cette piste, et une envie très forte de réaliser cette recherche.
    Bonne chance pour la suite.

  2. Ton billet est très intéressant.
    En plus de présenter un pays peu connu ici et où la question des langues semble complexe et passionnant, tu exposes ton plan. On sent que tu as déjà mûrement réfléchi à toutes ces questions et que tu sais comment traiter ton sujet.
    Il ne reste plus qu’à te souhaiter bonne chance dans la rédaction.
    brieuc

    1. Merci beaucoup du temps pour lire mon billet. D’abord, c’est vrai que le contexte du FLE aux Philippines reste peu connu. En m’engageant à ce sujet pour montrer comment se fait l’apprentissage/enseignement du FLE chez nous, j’espère pouvoir dégager les spécificités de l’enseignement/apprentissage du FLE chez nous et réfléchir sur de nouvelles stratégies de transmission qui s’adaptent à notre contexte.
      Le contexte d’enseignement/apprentissage des langues étrangères aux Philippines ne se limite qu’à un certain nombre d’écoles. Généralement, les langues étrangères sont offertes uniquement comme cours facultatifs dans la plupart des écoles. Heureusement, à l’université où je travaille, le français est en même temps un cours facultatif et obligatoire. D’une part, les étudiants en études internationales doivent apprendre le français sur deux semestres. De l’autre, c’est aussi un cours facultatif à destination des étudiant/e/s issu/es des autres disciplines (majoritairement des étudiants en biologie, chimie, psychologie,…) qui veulent renforcer leurs qualifications facilitant donc leur accès au marché du travail a l’étranger. Ce deuxième public n’apprend le français que sur un semestre. Mais plus que lesdites illustrations du statut du FLE chez nous, c’est le plurilinguisme qui m’a attire. Je voudrais me servir du FLE pour sensibiliser mes apprenants à ce concept pour revaloriser à nouveau notre langue maternelle et pour essayer de les inciter à mettre en œuvre leurs compétences dans les autres langues apprises. Pour choisir finalement ce sujet, je suis parti du principe que « apprendre une langue ne doit pas signifier « au détriment des autres (surtout notre langue maternelle) » mais plutôt « un enrichissement et survie de notre propre identité linguistique ». A présent, l’impérialisme a déjà pris une toute nouvelle forme surtout en parlant des langues. C’est inimaginable de voir combien de langues ou dialectes disparaissent chaque jours à cause de la supériorité de l’autre. Je termine jusque la ma réponse parce que je vais encore continuer à nourrir ma réflexion. A nouveau, merci bien de ton intérêt pour mon sujet ! Il me reste encore à inclure les bibliographies dans le corps de ma proposition pour encadrer ma recherche.

      Gleford

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *