Un premier train de pensées

Presque tout le monde le sait, les confessions est l’une des œuvres de Jean- Jacques Rousseau. J’espère que, pour moi, la confession ne deviendra jamais pluriel. Je ne suis pas dans le train pour le moment, je le sais. Parce que je viens de publier mon premier billet, alors que pour avoir un vrai « billet de train », il faut milles fois plus d’efforts, même pas assez, surtout pour moi.

Une idée m’énerve depuis longtemps concernant mon mémoire, et je ne veux pas l’effacer de ma tête non plus. Puisque je ne sais pas si la passion et la curiosité autour de la problématique du cinéma français dans l’enseignement et apprentissage du FLE peuvent m’orienter vers le bon chemin.

Alors que je me disais toujours, j’aime le cinéma, j’aime enseigner, pourquoi ne pas faire un lien entre le cinéma et l’enseignement du FLE par mes propres moyens ??? Je me demande aussi, qu’est-ce que le bon chemin ? C’est à travers la recherche que je peux atteindre un autre côté, un domaine que je n’ai jamais approfondi ou pratiqué.

Cette phrase de Jean-Luc Godard tombe bien : « je ne veux parler que de cinéma, pourquoi parler d’autre chose ? Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout.  » On sait que le cinéma fait partie des nouveaux jean-luc-godard-1-728objets de recherche du XXème siècle, qui s’ouvre à de nouvelles perspectives et à de nouveaux types d’analyse. C’est ce qui m’intéresse dans l’éducation et l’enseignement de la langue française. Tel est le cas pour le cinéma dans une classe de FLE en Chine, au même titre que d’autres domaines comme la littérature, la peinture, la musique, etc. qui doit être considéré comme un support pertinent grâce auquel l’apprenant peut apprendre tout à travers les films. Le cinéma représente aussi un support authentique artistique et culturel qui va donner une vision différente de celle de la méthodologie traditionnelle aux apprenants sinophones. Alors, comment la langue et la culture sont-elles transmises par le cinéma ? Par curiosité, j’ai décidé de changer mon option pour la recherche.

A vrai dire, j’ai toujours peur, peur du manque d’expérience, de connaissances, peur de faire des erreurs, mais je m’en fiche !! Il faut que je me dépêche de recueillir des données, des sources, des informations et de les classifier pour construire mes savoirs. Par ailleurs, il est indispensable d’avoir la créativité, de mes idées fraîches pour bien former mon propre chemin. Dans mon chemin, j’ai besoin d’aide de mes camarades et de conseils de mes professeurs, je sais que vous êtes toujours là.


Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *