Ne plus faire confiance à sa mémoire pour son mémoire !

(Mais quel jeu de mot subtil et original, n’est pas ?)

Nous y voilà. Le moment tant attendu. Celui qui sonne la fin d’une formation universitaire pour certains. La fin de toute une scolarité pour d’autres. Ou encore une étape de plus pour ceux qui aspirent à la soutenance d’une thèse. Cette entrée en Master 2, c’est avec dans l’ombre juste au dessus de l’épaule droite, un spectre : cette rédaction d’un mémoire. À la fois intriguée, inquiète, curieuse et fatiguée, je ne peux plus reculer. Nous ne pouvons plus reculer. Ce que je redoute depuis des années est enfin arrivé. Il va falloir écrire. Il va falloir soutenir. Il va falloir opérer ce passage du statut d’étudiant à celui de diplômé. Alors essayons de dédramatiser. Mais oui je l’avoue ce mémoire, cet exercice tout à fait singulier que je n’ai jamais pu expérimenter, je l’appréhende. Alors heureusement, je ne me sens pas seule. Bien sûr il y tous mes camarades de Master 2, nos professeurs, nos directeurs ou directrices de mémoire, ou encore tous ces théoriciens, ces écrivains qui nous inspirent et qui nous poussent à la recherche. Par curiosité, par envie et par ambition. Et puis il y a aussi des sociologues comme Bruno Latour qui lui nous propose des méthodes pour mener à bien cette étape d’une formation universitaire et humaine. Une histoire de carnets si je me souviens bien. Dans ce billet, je trouve inutile de réitérer, d’expliquer et d’interpréter ce que mes camarades ont si rigoureusement bien fait avant moi. Alors ici je m’attacherai plutôt à apporter ma pierre à l’édifice.

Je fais face à un constat : aujourd’hui je ne peux plus jouer la carte de ma mémoire pour la rédaction de mon mémoire !

Jusqu’ici, j’ai toujours pu faire confiance à ma mémoire. J’ai un véritable disque dur interne dans ma boîte crânienne qui peut enregistrer, stocker sur une certaine durée (mais limitée), une quantité non négligeable d’informations, du moins celles que je juge pertinentes et judicieuses à retenir. En cas d’espace saturé ou d’un chargement de l’information trop long, ma mémoire relègue les données à des prises de notes, celles furtives dans le creux de la main gauche, ou grâce à des Post It, ou encore avec un crayon Velleda sur le carrelage de la cuisine ou de la salle de bains. Au fil de ma formation universitaire, ma mémoire m’a été d’une aide précieuse, à travers tous les types d’activités et d’exercices que j’ai pu rencontrer.Le problème est que la rédaction de ces exercices était relativement courte (d’une trentaine de pages maximum) et sur une période elle aussi rapide (de quelques semaines à un ou deux mois). Là je n’ai pas le droit à l’erreur. Je n’ai pas le droit à l’oubli. On parle d’un mémoire. D’une centaine de pages en moyenne. Sur plusieurs mois. Alors ma chère mémoire, pour cette épreuve, je te prie de m’excuser mais cette fois, on va fonctionner différemment. Je ne peux plus fonctionner comme un robot. Je veux faire ressortir mon humanité dans mes recherches et dans l’écriture de ce futur mémoire. En commençant par écrire, tout simplement. Papier & stylo.

Mon carnet, je l’ai commencé bien avant le mois de septembre, bien avant de découvrir les propositions de Bruno Latour. J’ai volontairement pris un gros carnet, presque aussi lourd qu’un disque dur externe mais où j’entasse -j’écris- les données et les informations de manière totalement anarchique. Mais grâce à ce « Retour aux fondamentaux : une liste de carnet » sous titre dans Changer de société, refaire de la sociologie (La Découverte, 2006, p.194) (bien sûr j’allais en faire la citation, je ne pouvais pas passer à côté, telle une ingrate), Latour m’a apporté des solutions pour l’organisation de mes données. Je ne vais pas suivre son conseil de posséder quatre carnets distincts, comme des mini disques durs à connecter -à ouvrir- les uns après les autres. Je préfère n’en garder qu’un seul, pour avoir à la portée d’une seule main l’ensemble des informations, j’entends ici l’ensemble de ma/mon mémoire. En revanche, dans ce gros carnet, je vais utiliser quatre couleurs. J’ai pu lire dans un précédent billet qu’une autre de mes camarades a aussi choisi cette alternative et je suis ravie de constater que d’autres ont eu cette même idée. Peut être comme moi, certains de mes camarades ont besoin d’unité, leur « mémoire » dans une seule reliure.

Et ma mémoire interne ? Je ne la laisse pas de côté. Latour écrit «désormais tout fait partie des données ». Désormais ? Certes, je vais recueillir des données à partir d’aujourd’hui dans ce carnet. Mais n’oublions pas les données datant d’avant ce « désormais ». Un mémoire s’écrit à partir d’aujourd’hui. Mais le projet de ce mémoire est déjà le fruit d’un ensemble de réflexions et de données antérieures à ce « désormais », ce dont il faut se préoccuper et faire en sorte d’intégrer ces données au carnet. Et pour ça, je peux toujours faire confiance à ma mémoire  …


Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l’université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Une réflexion sur « Ne plus faire confiance à sa mémoire pour son mémoire ! »

  1. Merci Floriane pour ce jeu de pensée sur la/le mémoire… Bien sûr que le désormais implique un avant qui continue à travailler et qui comptera beaucoup dans la valeur du désormais… Merci de bien vérifier/modifier votre profil car on va vous appeler désormais mem110 !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *