« La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! »

 

« Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. » C’était exactement le message du premier cours de Monsieur Martin – commencer à écrire le mémoire dès maintenant, dès aujourd’hui, dès hier. Mais, par où commencer ? La recherche est un labyrinthe des questions, des incertitudes, des réflexions, de la lecture, de la motivation, des défis, des objectifs…

Afin  de nous faciliter ce processus et de nous orienter vers l’issue du labyrinthe – vers une recherche « un peu plus objectif », Bruno Latour[1] nous propose de tenir quatre carnets (peu importe la forme) : le carnet de bord de l’enquête, la collecte d’informations, les essais d’écriture et celui consacré aux réactions des autres. Pourquoi cette démarche ? Simplement, « … tout fait partie des données[2]» (Latour, 2006 :194). Tout. Chaque lecture, chaque rencontre, chaque entretien, chaque interaction verbale ou non verbale, chaque réflexion, chaque brouillon… TOUT a un seul objectif –  la construction du mémoire. Pour cette raison, je reformule le proverbe ci-dessus de façon suivante: « La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! ». Donc, je commence l’organisation de mon mémoire par l’ouverture des carnets, mon premier point d’ancrage, mais aussi mon stimulant au fil de ce long pèlerinage – la recherche.

Tout d’abord, je crée un dossier sur mon ordinateur intitulé « Le trésor précieux ». Bien organisé, ce « trésor » sera le noyau de ma recherche –  les comptes rendus de lecture, les définitions, les citations, les références. En un mot – l’appui théorique. Ensuite, j’y rajoute le dossier nommé « Les croquis ». En prétendant d’être artiste, je ferai des croquis de réflexions menées en m’appuyant sur la théorie. Après, il faut bien ciseler.

Mon agenda personnalisé

Le deuxième carnet est, en fait, mon agenda qui traîne toujours dans mon sac. Intitulé « Les rencontres sur le terrain », il consiste en deux parties. La première, « Le terrain », est dédiée à mon organisation personnelle –  à la fixation des objectifs, au calendrier des colloques, des rendez-vous avec le directeur de mémoire, mais aussi à  l’organisation de l’enquête, des rendez-vous avec des personnes interviewées… Bref, cette partie comprend les notions d’espace et de temps, indispensables pour une recherche. La deuxième partie est celle des « Rencontres». Elle fait une analogie avec la rencontre inattendue d’André  Breton et Nadja. En rencontrant les autres et en interagissant avec eux, en discutant avec le directeur de mémoire,  avec d’autres professeurs, en assistant à des colloques, les réflexions s’entremêlent, se modifient, s’enrichissent, se cristallisent et deviennent inattendues.

Enfin, mon troisième carnet, « Le trésor inépuisable », est un petit dictionnaire personnel. J’y noterai toutes les expressions, les notions et les définitions que je trouve intéressantes, utiles et nécessaires. Il servira d’un outil incontournable dans ma recherche.

« Il n’est pas mauvais non plus de tenir soigneusement un quatrième type de carnet… » continue Latour (Latour, 2006 :196). À chacun de s’organiser ! Enfin, ce n’est pas la quantité de carnets qui compte, c’est leur qualité !

 

Référence :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

 

 

 

 

 

[1] Bruno Latour – sociologue, anthropologue et philosophe français, né en 1947 en Côte d’Or

[2] Soulignement de l’auteur


Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Une réflexion au sujet de « « La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! » »

  1. Ai-je vraiment associé l’écriture et l’aube ? j’en doute ! le monde peut aussi appartenir à ceux qui écrivent tard (vous parlez de Nadja d’André Breton, roman nocturne…) mais dès le premier soir de leur recherche… Merci Marija de me permettre ces petites facéties !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *