Projet de mémoire: un dilemme du choix de thèmes

Bien que les professeurs nous aient réitéré l’importance du commencement dès l’été de la réflexion sur le thème à aborder dans notre mémoire de Master 2, je suis toujours dans l’embarras: le domaine a été bien fixé, mais le thème précis reste non réglé. Devant moi, deux idées me harcelèrent depuis des mois. Soit j’ai choisi l’option 1: Enseigner les collocations dans la classe de FLE avec pour objectif le perfectionnement de la compétence écrite, ce que j’ai écrit pour la candidature de M2. Soit une autre option 2 qui se limite à l’enseignement des collocations en analysant explicitement sa morphologie et sa sémantique contextuelle à l’aide des corpus. Sa nom donc est “Enseignement de la collocation en classe de FLE: de la morphologie à la sémantique”.
Heureusement, la raison pour laquelle que je veux mener des recherches sur les collocations est pareille pour les deux options: Après avoir suivi le cours de phraséologie en Master 1, j’ai compris pourquoi les apprenants de niveau avancé commettent les erreurs sur les collocations plutôt que sur la grammaire ou la syntaxe: les collocations sont des suites de mots accrochés ensemble du point de vue d’un natif, mais cela ne semble pas aussi accroché aux yeux des apprenants étrangers. Mais pourquoi option 1 veut aborder la production écrite?
Parce que le manque de conscience de la relation collocationnelle des éléments au sein de la collocation freine le perfectionnement de la compétence écrite, à savoir que un bon article regorge des collocations, surtout ceux dans le champ de recherche. En conséquence, je souhaite mener des recherches sur l’enseignement des collocations avec pour objectif le perfectionnement de la compétence de production écrite.
I. Définition du projet
L’enseignement des collocations est un domaine nouveau dans la didactique du FLE. Le fait de le relier au perfectionnement de l’écriture donne une chance aux apprenants non-natifs de découvrir les relations entre les mots et de comprendre leurs erreurs lors de la production. En poursuivant l’apprentissage des collocations et leurs caractéristiques, les apprenants non-natifs peuvent enfin parvenir à acquérir la conscience de ces relations. En didactique du FLE, l’enseignement des collocations offre une nouvelle voie pour aider l’apprentissage de l’écriture.
II. Problématique et objectifs de recherche
Actuellement, il est rare que l’enseignement des collocations soit vu comme une discipline aussi importante que les autres aspects linguistiques dans la classe de FLE, en particulier, l’enseignement des collocations n’est pas combiné avec l’enseignement de l’écriture. L’objectif est d’étudier leur relation et les intérêts apportés par l’enseignement des collocations du point de vue de la compétence écrite. Aussi, je propose d’étudier la problématique suivante: Comment introduire la notion de collocation en classe de FLE? Est-il important d’aborder les collocations lors de l’enseignement de l’écriture? Dans quelle mesure les apprenants de niveau avancé peuvent-ils tirer profit de l’apprentissage des collocations? Comment enseigner les collocations, et comment lier l’enseignement des collocations à l’enseignement de l’écriture?
III. Démarche méthodologique
Pour bien étudier ce projet, il faut un groupe d’apprenant de niveau au moins B2 comme l’objectif d’expérimentation. Avant de mener mes recherches, je vais étudier le cadre théorique de l’enseignement des collocations et celui de l’enseignement de l’écriture. Puis, je vais proposer des questionnaires et des modèles à analyser afin de vérifier la relation entre l’enseignement des collocations et l’écriture. Enfin, j’envisagerai de proposer des méthodes de les combiner en proposant des séquences concrètes.
La difficulté liée à cette option est bien celle de trouver un bon terrain avec les apprenants collaboratifs et un soutien de l’université si je veux éventuellement effectuer cette expérimentation auprès des étudiants de DULF.
Option 2:Enseignement de la collocation en classe de FLE: de la morphologie à la sémantique
Cette option me semble plus simple qui n’impose pas un tel terrain exigé par l’option 1. Car son cadre de recherches est bien limité, il semble qu’il y ait plus de garanties de profondeur de la recherche. Pour mieux comprendre pourquoi les apprenants commettent des erreurs sur les collocations, je crois qu’il est très convenable d’analyser de plus près les aspects linguistiques propres aux collocations: les catégories de leur morphologie, les relations,le degré de figement entre des unités collocationnelles, le lien entre la morphologie et la sémantique, les outils aidant à mémoriser la morphologie(peut-être une création des schémas ou des équations illustratives) et le sémantique(l’apport par des corpus, la comparaison entre des langues etc). Fixée sur les collocations elles-mêmes, cette option demande les recherches théoriques à travers des livres, des documents. Il est peu adaptable à un terrain précis.
Ces deux options me semblent toutes bien pour le moment. La décide doit être faite le plus vite possible… Quel dilemme!


Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

8 réflexions au sujet de « Projet de mémoire: un dilemme du choix de thèmes »

  1. Salut!
    En raison de mon arrivée tardive, je commence à découvrir les échanges entre les étudiants. Moi aussi, je m’intéresse aux collocations.

  2. Bonjour Yujing,
    je me souviens que le cours sur les collocations du second semestre de l’an dernier t’avait énormément plu !

    A la lecture attentive de ton billet, j’ai eu l’impression (à tord ou à raison) que l’option 1 t’inspire davantage ! Tu as déjà une idée de la démarche à suivre, d’un terrain potentiel et des objectifs à atteindre. Je n’ai pas ressenti une telle clarté pour l’option 2.
    Je comprends que l’idée d’avoir besoin d’un terrain te freine un peu mais je ne pense que le DULF refuse de t’accueillir. Sinon, tu peux (peut-être …) aller voir les étudiants à la sortie des cours et leur demander s’ils seraient d’accord pour répondre à ton questionnaire …
    Et si cela peut te rassurer, sache que tu n’es pas la seule à ressentir des difficultés à définir clairement ton sujet de mémoire.

    Bon dimanche !

    1. Oui, Justine, vous donnez une excellente piste de terrain à Yujing : en effet, très souvent le terrain est tout proche et l’expérience linguistique-culturelle des étudiants du master et au-delà du département est tellement riche que c’est une terrain de premier ordre pour nos-vos recherches ! Parfois, pour aller loin, il faut regarder tout près !!!

      1. Merci Monsieur Martin. L’idée de trouver un terrain tout proche m’inspire beaucoup, peut-être je peux exploiter aussi les camarades étrangers surtout que mon mémoire étudiera le perfectionnement de l’écrit dans le cadre universitaire des apprenants de niveau avancé par le biais d’enseigner les collocations.

    2. Merci Justin pour le rassurement. Après avoir lu ton conseille, j’ai réfléchi sur la question de terrain qui n’est pas insoluble. Comme tu l’as dit, il est peu possible que le DULF refuse des observations. En fait, je me suis demandée pourquoi pas utiliser le terrain tout proche, par exemple les camarades étrangers de notre discipline FLE à Paris 3? Ils ont tous un niveau avancé et chacun doit faire un tas de dossiers même le mémoire lors que mon public à étudier se fixe sur l’apprenant de niveau avancé qui veut réussir le travail universitaire. En conséquence, mes camarades étrangers répondent parfaitement à mes critères et leur travail université s’inscrit sans doute dans le domaine du FOU qui coincide aussi avec l’objectif de mon mémoire concernant le perfectionnement de la production écrite dans un cadre universitaire.
      Bien sûr, je peux toujours effectuer des observations auprès des étudiants du DULF pour enrichir mes données.

  3. Bonjour Yujing, je viens de lire ton projet avec intérêt. Je ne peux pas t’aider à résoudre ton dilemme, mais en revanche j’ai noté que dans ton option 1, tu voyais comme une difficulté le fait d’expérimenter tes hypothèses auprès d’étudiants de DULF. Je te comprends. Cependant, si jamais tu choisis cette option et que tu as besoin d’aide dans tes démarches, n’hésite pas à me solliciter. Je ne connais ni les enseignants de DULF, ni les étudiants, mais cela m’intéressera aussi de les rencontrer. Je ne vois pas encore qui tu es, je suis désolée, mais j’espère que nous aurons l’occasion de parler de ton projet. Bon travail !

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire et exuse-moi pour le retard. Pendant ces dernières semaines, j’ai décidé enfin de choisir la première option. Cela implique la possibilité d’un besoin d’observer les cours auprès des étudiants de DULF. j’ai effectué déjà des observations des cours au DULF en M1, c’était très intéressant et enrichissant en même temps. Bien que les étudiants de l’option A recherche ne soient pas forcés de faire un stage, nous pouvons quand même mener des observations (si l’université nous permet) pour nous enrichir les idées, n’est-ce pas? Pour le M1, c’est Madame Borgé qui s’occupe l’organisation des observations, mais pour M2, on ne sait rien. Je crois qu’il faut demander à Madmae Spaeth, la responsable du m2, spécialité 1.
      J’aime bien parler face à face avec toi. Et tu me connaitras.
      Merci encore une fois pour ton attention sur mon article.

      1. à mon tour de voir ta réponse tardivement… En revanche, je ne vois pas qui tu es, je vais mener mon enquête pour qu’on puisse enfin discuter de vive voix. A bientôt j’espère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *