Organisation de la préparation de mon mémoire

Ça y est, je suis enfin en Master 2, qui exige absolument un mémoire à peu près de cent pages. La question reste maintenant est comment écrire ces cent pages? D’autant que je n’ai rien engrangé pour le moment dans la tête. La situation est d’autant plus grave que la mémoire me trompe quelques fois sur les connaissances déjà apprises. Il faut une solution afin d’éviter ce genre de drame causé par le trou de mémoire. L’idée de créer des carnets aidant à stocker et à catégoriser des données cueilles de Latour m’a indiqué un chemin vers la réussite. Je me presse de réaliser ce grand travail de la création des carnets.

Latour a évoqué l’importance du premier carnet qui enregistre toutes les données globales concernant des rendez-vous, des autres carnets. Je l’aime nommé “carnet de planification générale”, dans lequel, je peux lister exhaustivement les livres ou articles à lire, gérer soigneusement le temps consacré, noter des rendez-vous avec le professeur. Ce carnet tient lieu de l’agenda qui indique une piste de préparation du mémoire. Avec  l’objectif  d’avoir l’accès direct à tout moment à cette planification, je me juge plus pratique de procurer d’un agenda en papier. Tant que les autres carnets peuvent être les fiches de Word qui correspondent davantage à la mode de travail de nos jours.

Le deuxième carnet, sera enregistré dans mon ordinateur, va me permettre de recueillir des idées expliquées dans des livres. Pour bien organiser des connaissances éventuellement utilisées, je me suis  convaincue qu’il serait pas mal de les classifier par thèmes. À titre d’exemple: mon mémoire concernera probablement l’enseignement des collocations. Les thèmes à traiter seraient séparés en trois parties: le contexte, l’aspect linguistique, l’enseignement. Selon lesquels les données seraient stockées. Le livre changer de société, refaire de la sociologie recommande la nécessité de munir d’un troisième carnet «destiné aux essais d’écriture ad libitum» (Bruno Latour, changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, «Armillaire»  2006, p195). Cette idée des essais d’écriture me fascine et me fait peur à la fois. D’un part, la mise à écrire donne une opportunité d’assimiler les données moissonnées, de vérifier les acquis, ce qui permet une acquisition plus active et solide. Cependant, mes compétences faibles en écriture m’intimide d’autre part devant cette tâche énorme et difficile.

En dehors de ces trois carnets principaux, je tiens à créer un quatrième sur les notions, les expressions et les lexiques que nous étudiants étrangers rencontrons lors de la lecture. Ce carnet est plutôt un enrichissement de la langue française qui favorise sans aucun doute l’exactitude et la richesse de l’écriture du mémoire. Il me semble que cette organisation de préparation recourant aux quatre carnets explicitement définis remporterais la réussite.

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 195


Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *