« Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes »

Billet 1

Après avoir lu le texte de Labour, j’étais amené à penser au fameux proverbe aux Philippines « Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes », d’où ma décision de m’en servir comme titre de ce billet. La décision d’utiliser ce proverbe vient du fait qu’il reflète plus, pour moi, les réalités de la recherche. Comme ce que m’évoque ce proverbe, le travail d’un/e chercheur/se ressemble à celui d’un/e agriculteur/trice. C’est parce que, comme ce/tte dernier/ère, la première étape se déroule en choisissant les bonnes graines à semer pour pouvoir récolter les bons blés. En recherche, le recueil de « bonnes » données se place aux premiers rangs des étapes. Mais, d’après moi, également important est ce que nous faisons après avoir semé et avant la récolte ou, en d’autres termes, la phase de « suivi ». Je ne crois pas qu’il s’agisse toujours de questions de bonnes ou mauvaises graines. Les bonnes graines périssent aussi quand on ne les arrose pas ou les « fertiliser ». Le recours donc aux carnets se révèle très utile car, en les utilisant, je peux modifier, raffiner, peaufiner, enrichir ma recherche et, voire, en relever les « gestes ».
Pour moi, le défi ultime auquel fait face un/une chercheur/se est la question de graines à semer et les produits à récolter. Quelle/s graine/s? Comment qualifions-nous une « bonne » graine ? Quel type de produit visé ? Dans le domaine de la recherche, nous sommes confronté/es à un monde qui est bombardé d’idées, de notions, de concepts et mêmes ces mots peuvent être aussi mis en question. Je peux voire m’interroger sur les différences entre ces mots récurrents en recherche. Mais comment choisissons-nous réellement le bon sujet ? Cela se fait bien évidemment en fonction de nos intérêts. Mais comment qualifions-nous ces intérêts ? Quels sont vraiment les sujets qui m’intéressent ? Comment puis-je qualifier tel intérêt pour être sur que la recherche se fonde sur le réel ? Comment puis-je délimiter le sujet ? Quels sont les facteurs déterminants ? les variables ? Recherche purement qualitative ? Recherche hybride (quantitative et qualitative ? Voilà quelques questions préliminaires qui peuvent bien, selon Latour, « nourrir notre source d’inquiétude » dans Changer de société, refaire de la sociologie (La découverte, 2006, p. 194). , En m’inspirant des carnets proposés par Latour, je peux désormais commencer à répondre, même si de manière non-définitive, à ces questions. Quant à moi, j’organise mes carnets en partant de 4 carnets (à dater):
1. Problématique : Je dédie un carnet à la formulation de la problématique de mon sujet étant donné que mon sujet de départ reste toujours à délimiter, reformuler, raffiner et modifier. Je vais y mettre des schémas théorique et conceptuel pour la cerner ;
2. Citations et éléments bibliographiques : Je vais y classer les ouvrages auxquels je me réfère non seulement par ordre chronologique mais aussi en fonction des disciplines impliquées ;
3. Terrain (enquêtes, personnes interviewées (y compris leurs réactions) : La documentation du recueil de données et les méthodes employées sont à garder dans ce carnet.
4. Réflexions/ Compte-rendu : Ce carnet a pour objectif de me permettre de consolider mes connaissances à partir des lectures pour faire évoluer ma problématique et pour analyser les remarques issues du terrain.
Avoir un bon sens de l’organisation est sans doute bénéfique si nous voulons atteindre un objectif dans la vie. En tant qu’enseignants (ou futurs enseignants) de FLE, c’est une qualité indispensable pour fournir un environnement favorable non seulement à l’enseignement mais aussi à l’apprentissage de FLE.

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 194


LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

3 réflexions au sujet de « « Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes » »

  1. Bonjour Gleford. Je suis tout à fait d’accord avec votre lien entre un bon sujet de mémoire et un intérêt profond vers ce sujet. La recherche est déjà un travail long et dur. Sans un sujet qui captive l’attention, cela devient difficile d’avoir un bon résultat ainsi qu’un résultat qu’on attend. Bon continuation pour votre mémoire.

  2. Monsieur, merci beaucoup de vos remarques ! Elles sont bien prises en compte. Je me suis penché sur la problématisation à cause d’expériences de recherche chez nous. Ayant eu l’occasion d’assister à des soutenances de thèse (même au niveau tertiaire, nous appelons le mémoire comme thèse), j’ai déjà rencontré plusieurs étudiants qui ont dû tout refaire leurs recherches, sachant qu’ils avaient déjà fini les 5 chapitres de leurs recherches, et c’était vraiment traumatisant de la part des étudiants. Mais c’est vrai, « tout fait partie des données de la recherche».Il faut que je fasse attention à ne pas être bloqué par un seul aspect de la recherche (J’ai toujours tendance à ne pas regarder l’ensemble…) A nouveau, merci de l’attention !

  3. Gleford, j’aime beaucoup votre billet qui compare la recherche à l’agriculture (c’est un domaine essentiel pour penser la recherche depuis que l’homme est passé de la cueillette à la culture…) – je pense qu’il faut corriger « peste » par « geste » (?) et mettre le titre de Latour en italiques… par ailleurs, vous proposez quatre « carnets » qui me semblent vraiment pertinents mais votre attention forte à la problématisation vous fait oublier la préoccupation première de Latour : « tout fait partie des données de la recherche » (je paraphrase) ! Encore merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *