Vers le mémoire : les premiers pas, un premier billet

Comme nous l’avons vu en classe de préparation du mémoire de recherche et comme nous l’a précisé notre enseignant, Serge Martin, l’écriture d’un mémoire se fait, bien évidemment, en écrivant. Mais peut-on vraiment écrire de manière désordonnée et ensuite rassembler les écrits ?

La réponse devrait  tourner autour de oui et non. Oui, il est bel et bien possible de s’éparpiller en multiples documents numériques ou physiques, perdus ou organisés de manière abstraite jusqu’à ne plus savoir où donner de la tête. Bien qu’il s’agisse d’une option, celle-ci n’est peut-être pas la meilleure.

En classe, nous avons étudié un extrait du livre de Bruno Latour, intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197), dans lequel ce dernier propose, comme outil méthodologique, l’utilisation de carnets. Il en distingue quatre principaux : un « carnet de bord » où l’utilisateur écrit ce qui se passe de manière chronologique, un carnet dédié « à la collecte de l’information », un troisième carnet comprenant  l’écriture progressive en parallèle avec les données mais aussi avec les  différentes sources utilisées et, enfin, un dernier carnet qui rassemble « les effets que le compte rendu rédigé a produits » .

Bien que cette organisation puisse présenter des avantages, j’ai fait le choix personnel de ne pas suivre à la lettre ces quatre carnets. Tout d’abord, plutôt que d’utiliser des carnets physiques, je choisis d’utiliser la technologie et donc d’avoir plutôt des carnets numériques. J’utilise un logiciel de la suite Microsoft Office nommé « Onenote » et remplace donc les « carnets » de Bruno Latour par des « sections ». Je compte trois sections, à ce jour, qui s’organisent de la manière suivante : ma première section est en fait une liste d’idées ou de réflexions, par semaine, concernant le mémoire. La seconde correspond au quatrième carnet de Bruno Latour car elle va contenir les effets de ce que j’écris ainsi que les conseils de mes enseignants et de mon directeur de mémoire. Quant à la dernière section, celle-ci est, en fait, une « To-Do » liste qui me rappelle les questions que je dois poser ou que je dois me poser, les éléments à lire, les démarches à effectuer, etc.

Pour ce qui est de l’analyse de données et des articles, j’utilise un autre logiciel gratuit appelé « Mendeley ». Celui-ci me permet de classer les articles que je récupère en ligne, de récupérer les références bibliographiques (qu’il introduit dans un document Word, à la demande), de surligner le texte ou de prendre des notes sur le document. Bien qu’il existe sûrement de nombreux logiciels pouvant effectuer cela, celui-ci est pratique car il récupère automatiquement les données liées au document (comme l’auteur, la maison d’édition, etc.) et enregistre aussi la date de consultation sur le site Internet (ce que j’oublie personnellement de noter à chaque fois que je consulte un site pour une recherche académique…).

Enfin, je compte écrire, au fur et à mesure, sur un même document Word, des parties ou des rapports suite à la lecture d’articles afin d’éviter de m’éparpiller. Je compte y intégrer des parties de dossiers effectués dans mes cours actuels et qui sont en rapport avec mon sujet de mémoire. Ayant déjà écrit un « Research Project » lors de mon année en mobilité aux Etats-Unis, je sais que je suis plus efficace si je garde tout dans un même fichier.

En fin de compte, j’ai donc troqué les quatre carnets de Bruno Latour contre trois sections de notes, un logiciel et un document Word. Je ne suis pas sûre qu’avoir autant de carnets ou de parties consiste en un avantage mais ce système marche plutôt bien pour moi et me permet d’être bien plus organisée que je ne le suis d’habitude !

En vous souhaitant une agréable soirée et une bonne continuation dans votre mémoire !


Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d’anglais mineure Français Langue Étrangère à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *