Petite philologie de l’identification

12 octobre 2012
Par

Pour des didacticiens de la lecture littéraire, nourris des écrits de Jauss, Iser et plus récemment Vincent Jouve, les dernières lignes de « La littérature enfantine », semblent remettre totalement en cause les fondements actuels de la théorie de la réception : « Nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes. Les enfants, eux tout particulièrement et tout le temps, lisent ainsi : en incorporant, mais non en identifiant » (p. 136). Benjamin nie-t-il le processus d’identification, qui selon Picard puis Jouve, fonde le statut du lecteur ? Plus encore, l’identification est au cœur du processus de la lecture subjective, qui actualise en nous le lecteur réel. Et quelle différence Benjamin fait-il réellement entre « incorporer » et « s’identifier » ? La suite du texte semble apporter un élément de réponse : « Leur lecture est dans un rapport très intime bien moins avec leur culture et leur connaissance du monde qu’avec leur croissance et leur puissance » (p. 136). L’identification serait d’ordre culturel, et donc un rapport d’extériorité ; l’incorporation serait de l’ordre de l’intime, à la limite de l’inconscient comme en témoigne l’emploi du terme « puissance » ; cette interprétation semble validée quelques lignes plus haut par l’affirmation selon laquelle « nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes ».

Il ressort de cette analyse que l’identification de Benjamin n’est pas l’identification des théoriciens de la réception. Le détour par le texte original de Benjamin lève définitivement l’indétermination. Ce dernier écrit : « einverleibend, nicht sich einfühlend » (p. 257) http://archive.org/details/GesammelteSchriftenBd.7

Einverleiben désigne effectivement l’action très matérielle, concrète, d’ingestion, ou d’annexion. Une volonté de faire sienne une extériorité. Sich einfühlen n’est en fait pas le mot que l’allemand utiliserait pour désigner le processus identificatoire tel qu’il est envisagé par la théorie de la réception. Il existe, en effet, le verbe sich identifizieren ; pour l’assimilation à quelqu’un ou à quelque chose, l’allemand emploie sich gleichsetzen. Sich einfühlen désigne en fait un processus totalement inverse de sich einverleiben : le fait de se mettre à la place de quelqu’un (par empathie ou par sympathie), donc un processus d’extériorisation. Dans les deux cas, il s’agit de ce que le français nomme identification ; mais ce sont les deux modalités de ce processus qui se trouvent envisagées et opposées : ce que nous pourrions rebaptiser l’appropriation (intériorité, augmentation de soi-même) et la projection (extériorisation de soi-même). Ainsi pour Benjamin l’identification, dans le processus de la lecture chez l’enfant, consiste à s’approprier  (einverleben) non à se projeter (sich einfühlen). Notons que les deux nouveaux termes que nous proposons ne traduisent évidemment pas mot à mot einverleben et sich einfühlen. Ils donnent une idée du sens qu’ont sans doute ces termes pour Benjamin, dans une langue, une époque, et une optique conceptuelle différentes…

Comment alors comprendre la différence que pose Marie-Aude Murail entre identification et projection[1] ? En effet selon elle la condition non négociable de l’identification est la similitude d’âge et de sexe entre le lecteur et le personnage ; dans tous les autres cas elle substitue le terme de projection. Elle prend d’ailleurs pour exemple sa passion pour Arsène Lupin à l’âge de douze ans. Doit-on alors choisir Marie-Aude Murail contre Walter Benjamin ? L’analyse philologique qui précède semble incliner à davantage de précautions… En effet, Marie-Aude Murail avoue avoir été, adolescente, éperdument amoureuse d’Arsène Lupin : cette projection dans l’être aimé a tout l’air d’une incorporation… Toute décalée que puisse apparaître la référence à la conception néoplatonicienne de l’amour, on aurait envie de conclure : toute projection amoureuse est incorporation. Mais l’amour n’est pas la lecture. A moins que…

Words, words, words…

(Hamlet, II, 2).

 

 



[1] Marie-Aude Murail « Réflexion autour de deux notions fondamentales : l’identification et la projection », http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/html

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , ,

Posté dans : 4. Racontage, Billets, 4. Racontage, Controverses

2 commentaires pour “ Petite philologie de l’identification ”

  1. Serge Martin le 13/10/2012 à 15:37

    Y a-t-il une solution à l’énigme que semble poser cette dichotomie proposée par Benjamin ? Je ne le crois pas car les présupposés ou plutôt les cadres réflexifs des uns (théoriciens de la réception, par exemple, constituant un sujet lecteur idéal – réel – par le processus d’identification) et des autres (auteur comme Marie-Aude Murail dissociant projection et identification) ne sont certainement pas les mêmes et peut-être sont-ils aussi très différents de ceux que Benjamin lui-même construit dans sa réflexion. Si Magali Jeannin a tout à fait raison de poser les jalons d’une petite philologie de l’identification et si Athanase oriente les réflexions de Murail vers une projection temporelle, il me semble que Benjamin demande également de réfléchir à quel sujet nous avons à faire. Je veux dire que, du sujet lecteur (récepteur) au sujet psychologique, il y a déjà une marge si ce n’est un saut ! Il me semble que Benjamin ouvre la réflexion vers ce que j’appellerais un trans-sujet, ou plus simplement qu’il observe une intersubjectivation comme processus qui augmente l’expérience plus qu’elle n’en rajoute, parce qu’elle fait voir, entendre, vivre autrement. J’insiste sur cet adverbe qui introduit une altération si ce n’est l’altérité qui vient s’associer à une identité rejouée, recomposée, du moins en permanence en interaction avec des modes d’individuation différents : par quoi, opposer identification et projection ou identification et incorporation au sens d’une extériorisation et d’une intériorisation, est certainement insuffisant si l’on admet que ces processus sont continûment interdépendant (pas d’identité sans altérité, pas d’intériorité sans extériorité). Ceci dit, l’orientation que prend Benjamin me semble pousser vers une conception du sujet ici en activité comme trans-sujet portant aussi bien les autres qu’ils soient auteur et/ou lecteur… Il me faudrait ici faire allusion voire référence à Michel Foucault (Qu’est-ce qu’un auteur ?, dans Bulletin de la Société française de philosophie, 63e année, n° 3, juillet-septembre, p. 73-104, Repris dans Correspondance Dits et Écrits : tome I, texte n° 69 – ).
    Bref, ce sujet de la lecture d’une œuvre, qui est certainement le même que le sujet de son écriture (voir les développements de Dewey à ce propos, chapitre II de Art et expérience lu dans l’autre cercle d’étude), transforme tous les autres sujets : sujet-lecteur, sujet psychologique, sujet du droit (autonomie), sujet philosophique (conscience de soi), sans compter le sujet genré et bien d’autres (le sujet scolaire, l’élève, par exemple pour ce qui concerne le jeune lecteur). Aussi, faudrait-il peut-être engager la réflexion de Benjamin du côté d’une pensée du sujet avec les œuvres littéraires et artistiques – sans reprendre d’ailleurs ces distinctions culturelles peut-être contestables dans les cadres d’expérience enfantin voire humain même si les cultures réorientent les expériences par et dans des cadres interprétatifs limitant la liberté ou, dirait Benjamin et d’autres, la puissance du sujet de l’œuvre tant du côté de l’écriture voire du livre que de la lecture.
    On n’a pas fini !

  2. Athanase le 13/10/2012 à 12:32

    En relisant le texte de Marie-Aude, il me semble qu’elle emploie le terme de projection dans un sens spécifique, où le temporel est quasiment substitué au spatial. Parce que les sujets en question sont des enfants qui grandissent, et qu’elle veut aider à grandir avec ses romans d’apprentissage, la projection ne désigne pas tant pour elle le personnage que je (lecteur) voudrais être maintenant, mais celui que je désirerais être plus tard, quand je serai “grand”, justement, avec tous les attributs de l’adulte : force, indépendance, etc. Bien sûr, l’intérêt de la lecture est qu’elle permet la réalisation fantasmatique, hic et nunc, de ce projet d’enfant, abolissant la distance, peut-être douloureuse, qui le sépare encore de cet avenir. Alors, projection ou incorporation ? L’incorporation amoureuse, elle, se moque du temps. D’ailleurs, elle a bien raison puisqu’elle a tout tout de suite.

Laisser un commentaire

Présentation

En vue de rédiger leur mémoire, les étudiants du master MEEF de l'IUFM de l'Université de Caen participant aux séminaires regroupés sous l'intitulé "ART, LANGAGE, APPRENTISSAGE" : « Activités artistiques et histoire des arts à l’école » et « Dire, lire, écrire à l’école : langue et littérature » se regroupent dans quatre cercles de lecture-écriture autour de quatre thématiques : 1. RACONTAGE : littérature et enfance ; 2. LANGAGE : apprentissages langagiers ; 3. EXPÉRIENCE : art et expression ; 4. CONSTELLATION : art et histoire. Par ailleurs, ils se retrouvent dans cinq ateliers de tutorat et participent à trois journées d'études dans l'année.

Catégories

Commentaires récents

Billets récents

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Carnets de recherche