Inspiration de l’ouvrage Apprentissage d’une langue étrangère sur la conception des exercices articulatoires

413mLlQrAeL._SX374_BO1,204,203,200_

Cet ouvrage a pour l’objet de réfléchir sur les liens entre appropriation et contexte en mettant surtout un accent sur les notions de « contexte ». ce qui a fourni une base théorique à mon mémoire, parce que le terme contexte est très important dans mon mémoire de M2

Les auteurs de ce livre Rémy PORQUIER et Bernard PY ont bien identifié et caractérisé les divers notions de contexte, parmi lesquels les auteurs ont mis un accent sur le contexte linguistique, le contexte situationel et le contexte d’appropriation. Le « contexte » que j’ai besoin dans mon mémoire est le contexte linguistique. Je l’analyse ainsi en détail.

La notion de contexte en sciences du langage se présente comme « un concept-passerelle » entre les disciplines qui traitent à divers titres des questions du sens et de la signification. Elle traverse toutes les sciences humaines.

Selon le niveau d’analyse, au moins deux acceptions sont reliées au terme de contexte : celle de contexte linguistique et cette de contexte situationnel. Pour mieux distinguer les deux acceptions, la première est appelée souvent co-texte, et le deuxième situation.

Au niveau du contexte linguistique, le contexte est l’ensemble des unités linguistiques qui précèdent et le suivant. Les unités linguistiques comprendent les phonèmes, les morphèmes, les mots, les syntagmes, ou même les phrases. L’étude des contextes linguistiques revient à analyser, par exemple, les contextes phonologiques ou les contextes morphosyntaxiques.

Comme une partie de mon mémoire sera consacrée aux solutions des difficultés rencontrées par les sinophobes dans l’apprentissage de la phonétique française, je compte concevoir quelques exercices pour favoriser la prononciation et la distintion des phonèmes mis en question. Suite à un concept présenté plusieurs fois dans l’ouvrage[1] de Monique CALLAMAND(1981)——contexte facilitant, je sais que le contexte articulatoire peut influencer ou même changer la prononciation de certain phonème. Le contexte articulatoire peut être une combinaison articulatoire. Par exemple, si un apprenant prononce le phonème /ø/ comme /o/, on peut le corriger avec la combinaison du phonème /s/, parce que /s/ est une consonne aiguë, donc la voyelle suivante est portée à un son plus élevé. Au contraire, si le phonème /ø/ est prononcé comme /e/, c’est mieux de le corriger avec les phonèmes /m/ et /b/.

Ce livre a éclairci si bien les classements de contextes différents que je ne vais pas se perdre dans les énormes significations du mot contexte.

 

[1] Il s’agit ici de l’ouvrage: Monique Callamand Méthodologie de l’enseignement de la prononciation [M]. Clé international, 1981


Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *